Yannick Délen finaliste des Sony World Photography Awards (SWPA) 2015 dans la catégorie étudiants.

Les 10 finalistes ont été sélectionnés parmi 230 candidatures. Les lauréats se verront attribués un total de 35000 euros de matériel Sony. Les finalistes seront exposés à la Somerset House de Londres du 24 avril au 10 mai 2015.

A 22 ans, Yannick Délen est étudiant à l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie, il a été sélectionné avec Wasting Time une photographie qui présente sa vision de la culture de consommation de masse.

France – Yannick Délen, Ecole Nationale Supérieure de la Photographie

Yannick DélenWasting time
© Yannick Délen, École Nationale Supérieure de la Photographie, France, Shortlist, Student Focus, 2015 Sony World Photography Awards

Peux-tu nous décrire ton parcours photographique ?

Yannick Délen : J’étais simplement amateur, jusqu’à la rentrée dernière où j’ai intégré l’école. Concernant ma pratique elle a vraiment évolué en quelques années. Au tout début je faisais des photos sans but précis, juste celui de faire de « belles images ». Puis pendant un ou deux ans ma pratique s’est beaucoup réduite pendant que le point de vue que je portais sur mon environnement évoluait énormément et me poussait à vouloir raconter beaucoup plus de choses dans mes images. J’ai réalisé qu’elles pouvaient devenir le support de nombreuses réflexions, qui faisaient à leur tour, évoluer mon point de vue.

Quel est le fil directeur de ton thème favoris ou de tes thèmes en général ?

Yannick Délen : Le sujet des déchets a tendance à m’intéresser, je pense qu’il est important d’en parler. Mais dans le reste de mon travail j’aime travailler avec le banal, l’environnement quotidien. Je pense que c’est ma matière première. Ce qui m’intéresse là c’est que certains travaux (tous dépends de la sensibilité de chacun) ont la capacité de modifier la manière dont on perçoit ce qui nous entoure. Ce qui a le pouvoir d’insérer des petits moments de contemplation dans la vie quotidienne, un heureux émerveillement.

De l’idée initiale au résultat final, comment as-tu travaillé cette image ?

Yannick Délen : Les rares moments où j’ai des idées de mise en scène, elles évoluent en général assez vite, je compose avec ce que j’ai sous la main et je vois rapidement si l’idée peut aboutir ou pas. Il se trouve qu’à ce moment je commençais à entasser les sacs plastiques dans un tiroir ne voulant pas les jeter, mais en ne savant pas non plus quoi en faire. Les sacs plastiques sont pour moi le symbole du déchet, et ils posent toujours problème aujourd’hui puisqu’ils ne sont pas recyclés. A partir de là je me suis dis que je pouvais traiter d’une question globale et actuelle en essayant de décrire en comportement sociétal. L’espace étant assez restreint ça m’a pris pas mal de temps pour trouver la focale et l’angle que je voulais. J’ai ensuite travaillé avec l’éclairage que j’avais, les écrans et une lampe lointaine pour les sacs plastiques, et une pause longue m’a permis de travailler avec ces faibles éclairages.

Ou as-tu puisé ton inspiration ?

Yannick Délen : Ce qu’il y avait autour de moi et ce que je voulais exprimer étaient la base. J’ai une attirance en général pour les lumières de nuit, et j’aime beaucoup ce que celle des écrans peut produire, ça faisait longtemps que j’avais envie de faire quelque chose avec. Sinon en terme d’images la peinture clair-obscur m’a toujours un peu fasciné.

Qu’est ce qui te touche le plus en général dans une image ?

Yannick Délen : Cette question n’est vraiment pas simple. Énormément de choses peuvent me toucher dans une image, surtout que mon intérêt pour les images a commencé par le dessin. Mais je crois que ce qui m’intéresse le plus c’est quand un travail arrive à me faire changer mon point de vue sur les choses. Quand des images laissent une emprunte dans la vie de tous les jours je trouve ça fort.

Quelle a été ta motivation pour participer à ce concours ?

Yannick Délen : Quand je participe à concours je n’ai jamais grand espoir mais il est clair que celui-ci peut apporter une certaine visibilité, à l’international qui plus est.

Sites personnels de Yannick Délen : http://www.yannick-delen.com/ / http://yannickdelen.tumblr.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom