Accueil Actualité Photo Workshop Nikon à Bayeux : formation aux reportages en zone dangereuse

Workshop Nikon à Bayeux : formation aux reportages en zone dangereuse

Photo © Nikon

Workshop Nikon

Dans le cadre du Prix Bayeux Calvados qui récompense chaque année les Grands Reporters de Guerre, le Workshop Nikon a pour but de former des photoreporters aux risques liés à l’exercice de leur métier.

Organisé en partenariat avec Le Manoir (centre de formation au reportages en zone dangereuse), le Workshop est accessible sur candidature aux jeunes talents du photojournalisme. Nikon souhaite ainsi aider les jeunes reporters à se former avec des experts et dans des conditions réelles de photojournalisme.

Nikon est engagé depuis 12 ans auprès du Prix Bayeux Calvados. La marque s’investir à travers plusieurs axes :

  • Parrainage du Prix Nikon,
  • Soutien à la grande exposition dans les rues de Bayeux,
  • Contribution à l’opération « Regard des jeunes de 15 ans » afin de sensibiliser les collégiens à l’image et à l’actualité. 

Workshop Nikon : Quels sont les risques encourus par les correspondants de guerre ?

Dans tous les grands conflits de l’histoire, les reporters de guerre, ont été nos yeux et nos oreilles. Témoigner, donner des clés pour comprendre et recouper les informations – autant de tâches qui justifient la présence de photoreporters dans les zones de conflit. Pour autant comme l’explique Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde, “Aucun reportage ne vaut une vie, mais le risque zéro n’existe pas”.

Aujourd’hui, et c’est l’une des nouveautés de ces dernières guerres, les journalistes et les photoreporters sont des cibles privilégiées pour les belligérants. Cette situation accentue encore le risque pour les photojournalistes.

D’où la nécessité très formé et bien accompagné. Durant cette formation diplômante de 5 jours, les participants reçoivent un enseignement théorique et pratique qui leur permet d’acquérir les bons réflexes sur le terrain :

– Dangers des transmissions : évaluation des risques, savoir prendre les bonnes décisions.
– Déplacements : décrypter les situations critiques, adopter les bons réflexes.
– Connaissances des armes
– Santé et Sauvetage : réagir avec une plus grande dextérité aux accidents avec les gestes de premier secours.

Afin de mettre en application les connaissances, les enseignements sont directement mis en œuvre à travers des exercices pratiques intensifs.

Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre

Première ville libérée de France, la Ville de Bayeux a lancé en 1994, un Prix destiné à rendre hommage aux journalistes qui exercent leur métier dans des conditions périlleuses pour nous permettre d’accéder à une information libre.

La 27e édition du Prix se tiendra du 5 au 11 octobre prochains. Le jury sera présidé cette année par le photographe britannique Ed Vulliamy.

Né en 1954, Ed Vulliamy a travaillé pour The Observer à New York de 1997 à 2003. Il y a notamment couvert les événements du 11 septembre. Il fait partie de la génération que les journalistes appellent communément la « génération Sarajevo ». Dans les années 1990, il a couvert les conflits en Slovénie, en Croatie, en Bosnie, et plus tard en Irak. Il n’était pourtant pas prédestiné à ce métier si particulier de correspondant de guerre pour quelqu’un qui déteste la guerre.

“Je déteste la guerre : mon père était pacifiste et ma grand-mère, Irlandaise ayant vécu la guerre d’indépendance, l’était tout autant, explique-t-il. Mais la guerre ne cesse de venir à moi !”

Ed Vulliamy

Distingué pour son travail à plusieurs reprises, en particulier par Amnesty International pour son engagement en faveur des droits de l’homme, il est l’auteur de nombreux reportages notamment sur la mafia italienne. Il a été élu Reporter Étranger de l’année pour les British Press Awards en 1997.

“Je ne me considère pas comme un journaliste de guerre. Je me vois comme un journaliste anti-guerre.”

Ed Vulliamy
Photo © Nikon

Modalités de participation au Workshop Nikon

Les candidats et candidates doivent adresser leur dossier comprenant un CV, une lettre de motivation et une ou plusieurs productions d’un reportage photo réalisé en zones dangereuses.

Les candidatures doivent être envoyées avant le 30 août 2020 à securite.academie@francemm.com.

A l’issue de cet appel à candidature, une sélection sera faite parmi tous les candidats pour créer une équipe de 12 personnes. Le Workshop Nikon durera 5 jours, du 6 au 11 octobre 2020.

Photo © Nikon

Télécharger l’appel à candidature

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Exit mobile version