Accueil Actualité Photo Expositions Photo Les violences faites aux femmes dans l'objectif de Denis Rouvre

Les violences faites aux femmes dans l’objectif de Denis Rouvre

Avec le projet « Unsung Heroes, Elles brisent le silence » réalisé conjointement avec Médecins du Monde, le photographe Denis Rouvre donne à voir et à entendre les violences faites aux femmes à travers 60 portraits réalisés aux quatre coins du monde.

Toutes ces femmes racontent les violences institutionnelles, sociétales, domestiques, morales et physiques auxquelles elles sont exposées. Mais aussi leur acte de résistance, leur engagement, leur volonté de faire évoluer les consciences et de défendre leurs droits bafoués.

Pour la vice-présidente de Médecins du Monde, Catherine Giboin, il s’agit « d’un geste politique, artistique et humain qui entend porter à l’attention du plus grand nombre des histoires ordinaires, singulières, bouleversantes, où s’exprime la violence du monde. »

9 portraits et témoignages extraits de l’exposition qui témoignent des violences faites aux femmes

9
AFIFA, palestinienne. Les attaques des colons et de l’armée israélienne, l’expropriation, la destruction des cultures et les déplacements forcés ont de graves conséquences sur la vie et la santé des populations palestiniennes.

Afifa Palestine
© Denis Rouvre

On est venu m’informer que mon fils Ahmad avait été blessé. J’ai pensé que ce n’était pas grave, parce qu’Ahmad avait souvent été blessé par le passé : une fois une blessure grave au genou, une fois à la tête, une fois une blessure avec une balle en caoutchouc dans la jambe… Cette fois-ci, je n’y croyais pas. Il y avait un mariage au village ce jour-là. Ahmad s’y rendait, il s’était lavé et bien habillé. La fête commençait à 10 heures. Mais les gens m’ont dit qu’il s’était rendu au check-point et qu’il avait été blessé là-bas.

On a décidé d’aller tous ensemble voir au check-point. On a attendu jusqu’à 3 heures que les Israéliens arrivent, ouvrent le check-point et nous laissent passer. Puis on est allés à l’hôpital, et on l’a vu sortir de la chambre d’opération. Il est resté une semaine là-bas. Il était méconnaissable, tellement son visage était tuméfié. Il était à bout de forces. Méconnaissable. Je savais qu’il ne s’en sortirait pas. Au bout d’une semaine, le jeudi, j’étais inquiète, je suis allée à l’hôpital. Les médecins m’ont dit que je n’avais pas le droit d’entrer. Je leur ai dit : « Non ! Je veux le voir ! » Ils m’ont dit : « Si tu vas le voir, tu nous promets que tu pars ensuite ? »

Je le leur ai promis. Je suis entrée dans sa chambre. J’ai vu qu’ils avaient débranché les appareils. Ils lui avaient fermé les yeux avec du sparadrap. Je leur ai demandé pourquoi ils lui avaient clos les yeux. À cause de la lumière ? Ils m’ont dit que oui. Ils ne m’ont pas dit qu’il était mort. Je suis sortie et me suis assise en haut des escaliers, sans rien ressentir de spécial. Quelques instants plus tard, mon neveu qui travaille comme infirmier dans cet hôpital est venu me voir. Il pleurait. Il m’a dit : « Ô ma tante, Dieu donne la vie et la reprend. Ahmad nous a quittés ». Là, je me suis effondrée. J’ai tellement pleuré et crié que tout l’hôpital a tremblé.

Ça fait trois ans que je n’ai pas mis les pieds dans une fête, même aux mariages de mes proches. Ma nièce s’est mariée, et même là, je n’ai pas eu le cœur d’y aller. Je ne peux plus voir de jeunes mariés, je n’ai plus le cœur à ça. C’est une perte trop grande. Perdre sa mère, son père ou son frère, d’accord, mais son fils…

Précédent

Médecins du Monde et le photographe Denis Rouvre se mobilisent contre les violences faites aux femmes

Pendant huit mois, dans neuf pays à travers le monde, Denis Rouvre a patiemment recueilli les portraits et les témoignages de femmes qui ont brisé le silence avec courage et sincérité. 

Particulièrement touché par les histoires de ces femmes, le photographe a fait en sorte que « ces ombres entrent dans la lumière » afin de dénoncer les violences faites aux femmes et « Pour dire la souffrance particulière vécue par les femmes. Pour dire aussi la force d’être femme. La capacité à se relever et à se battre, encore. »

Pour Denis Mukwege, Médecin gynécologue et prix Nobel de la paix « Puisse Unsung Heroes éveiller les consciences, surtout celles des hommes, car l’éradication des violences liées au genre n’est pas seulement l’affaire des gouvernements ou de la Justice, elle commence au niveau individuel et elle passe par la sensibilisation et l’éducation dès le bas-âge. »

Médecins du Monde agit et milite pour le droit des femmes à disposer librement de leur corps et à décider de façon libre et éclairée de leur sexualité, de leur santé et de leur vie.

L’association accompagne les personnes dans la connaissance de leurs droits, renforce leur capacité d’agir et interpelle les décideurs afin de les mettre face à leurs manquements et leurs responsabilités.

Exposition à Paris à la Galerie Joseph

7, rue Froissart – 75003 Paris
Du 9 octobre au 2 novembre 2019
Du mardi au dimanche de 11h à 19h

Exposition à Bordeaux à l’Espace Saint-Rémi

4, rue Jouannet – 33000 Bordeaux
Du 9 novembre au 27 novembre 2019
Du mardi au dimanche de 11h à 18h

Avatar
Antony Barroux
Depuis juillet 2006, Pixfan.com traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom

A ne pas manquer