Vente monographique Willy Ronis, collection Stéphane Kovalsky

0

Vente monographique Willy Ronis, mardi 13 décembre 2016 chez Artcurial à Paris.

Image à la une : Willy Ronis, Les amoureux de la Bastille – Paris, 1957

Le département Photographie d’Artcurial dispersera le 13 décembre prochain 164 œuvres emblématiques ou plus intimes, de l’immense artiste de l’école humaniste, Willy Ronis.

Une ouvrière solidaire qui dresse sa colère dans un sombre atelier parisien, un nu solaire en Provence, des jeux d’enfants dans la cale d’une péniche, une femme naufragée perdue dans les feuillages, un gamin lançant vers le ciel un avion en balsa… ces images de Willy Ronis sont devenues des icônes.

Membre capital du mouvement de la photographie humaniste, Willy Ronis est décédé le 11 septembre 2009, quelques mois avant de célébrer son 100e anniversaire. Toute sa vie, il a posé sur les autres un regard alliant attention humaine et haute exigence esthétique.

Si l’importance de son œuvre a été reconnue plutôt vers la fin de sa vie, son héritage artistique n’en a été que plus important. Soucieux de transmettre aux générations futures son témoignage, il avait par deux fois, légué à l’État français l’ensemble de son œuvre : en 1983 et 1989.

L’essentiel de ce fond de plusieurs milliers d’images, est aujourd’hui conservé par la Médiathèque du Patrimoine.

Au-delà du leg, Willy Ronis a laissé à son petit-fils Stéphane Kovalsky, 6 000 clichés et archives documentaires provenant de son fond privé.

C’est parmi cet ensemble qu’ont été choisies les 164 œuvres proposées aux enchères. Cet ensemble couvre toutes les années de création du photographe, offrant un panorama complet de son travail.

Vente monographique Willy RonisAutoportrait aux flashes, Paris, 1951
© Willy Ronis

“Sans Willy Ronis, une partie du monde nous serait inconnue.”
Didier Daeninckx, octobre 2016

Vente monographique Willy RonisLa syndicaliste Rose Zehner pendant les grèves chez Citroën, Paris 1938
© Willy Ronis

Vente monographique Willy RonisVenise, Fondamenta nuove, Venise 1959
© Willy Ronis

“La transmission de la photographie, entre mon grand père et moi, a commencé quand j’étais encore enfant, alors que je passais des vacances chez mes grands-parents, c’est à dire bien avant que je ne sache que je serai moi-même photographe. C’est rétrospectivement que je me suis rendu compte qu’il avait su me prendre par la main pour m’ouvrir l’œil sur l’approche et la composition d’un sujet dans la rue. Ajoutez à cela la magie du laboratoire où j’ai découvert de près, certaines de ses photographies que j’ai vu émerger du néant rouge pour apparaître dans les bacs. J’ai mûri cela, sachant que son œuvre continuerait sa route de façon autonome lorsque j’assistais à la signature de ses donations au Patrimoine Photo. Je suis donc heureux de pourvoir partager aujourd’hui quelques œuvres de mon grand-père.”
Stéphane Kovalsky

Vente monographique Willy RonisLe nu provençal, Gordes 1949
© Willy Ronis

Vente monographique Willy RonisLe petit Parisien, Paris
© Willy Ronis

Informations pratiques

Vente monographique Willy Ronis

Exposition du vendredi 9 au mardi 13 décembre 2016 :

9 décembre, de 11h à 19h
10 décembre, de 11h à 18h
11 décembre, de 14h à 18h
12 décembre, de 11h à 19h

Artcurial
7, Rond-Point des Champs-Elysées
75008 Paris

http://www.artcurial.com/

Partager

A propos de l'auteur

Auteur : Antony Barroux. Depuis juillet 2006, Pixfan traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Reflex : l’appareil photo argentique réinventé

Lancement aujourd'hui de la campagne de financement participatif de Reflex, le premier appareil reflex argentique 35mm depuis 25 ans. Reflex...

Fermer