Accueil Actualité Photo Urban Photo Awards 2019 découvrez les photographies lauréates

Urban Photo Awards 2019 découvrez les photographies lauréates

Le photographe bengali Md Enamul Kabir est le grand lauréat des URBAN Photo Awards 2019. Sa photographie intitulée Coexhistence a été désignée par le Président du Jury, Martin Parr, lors de la cérémonie de remise des prix du concours qui s’est tenue le samedi 26 octobre 2019, au festival « Trieste Photo Days », festival international de photographie urbaine.

Grand vainqueur Urban Photo Awards 2019

Pour Martin Parr « Tout est à la bonne place, avec cette photographie magique de l’Inde. La nature surréaliste est ici presque difficile à croire. »

Urban Photo Awards 2019
© Md Enamul Kabir

Meilleur Auteur Urban Photo Awards 2019

Récompensé comme meilleur auteur et lauréat de la catégorie Projets & Portfolios le photographe belge Alain Schroeder pour son reportage sur la Corée du Nord.

Urban Photo Awards 2019
© Alain Schroeder

Pyongyang, Corée du Nord. Le 9 septembre 2018, à l’occasion du 70e anniversaire de la fondation de la Corée du Nord, à 10 heures précises, l’explosion d’un canon et un gros nuage de fumée près de la tour du Juche au centre de Pyongyang, annoncent le début du défilé militaire.

Les lauréats de chaque catégorie sont Md Enamul Kabir (Streets), Giancarlo Staubmann (People), le photographe polonais Marcin Giba (Spaces) et le photographe italien Sergio Baseggio (Creative).

Lauréats Urban Photo Awards 2019 catégorie : Street

1ère place :
Md Enamul Kabir – Coexistence 

Mentions honorables :
Denis Buchel – After Work

Urban Photo Awards 2019
© Denis Buchel

Jaume Escofet – Politician

Urban Photo Awards 2019
© Jaume Escofet

Simone Mantia – Encierro

Urban Photo Awards 2019

Francesco Licandro – Selfie Quasi Perfetto

Urban Photo Awards 2019
© Francesco Licandro

Mentions remarquables :

Mariangela Muggianu – La Marcia Dei Pasticceri

Urban Photo Awards 2019
© Mariangela Muggianu

Giancarlo Rupolo – Relax In Attesa

Urban Photo Awards 2019
© Giancarlo Rupolo

Lauréats catégorie : People

1ère place :
Giancarlo Staubmann – Summer On The Lake

Urban Photo Awards 2019
© Giancarlo Staubmann

Mention honorable :
Colmar Wocke – The Two Swans

Urban Photo Awards 2019
© Colmar Wocke

Mentions remarquables :
Shinya Itahana – Pattern Of Grassland

Urban Photo Awards 2019
© Shinya Itahana

Roberto Malagoli – Il Tempo è un Gioco

Urban Photo Awards 2019
© Roberto Malagoli

Mauro De Bettio – Pain & Passion

Urban Photo Awards 2019
© Mauro De Bettio

Harry Giglio – Untitled

Urban Photo Awards 2019
© Harry Giglio

Lauréats catégorie : Spaces

1ère place :
Marcin Giba – City Swimming Pool

Urban Photo Awards 2019
© Marcin Giba

Mentions honorables :
Ovi D Pop – Dead Or Alive

Urban Photo Awards 2019
© Ovi D Pop

Jiho Park – Morning  In Murmansk

Urban Photo Awards 2019
© Jiho Park

Mentions remarquables :
Rebeka Legović – Neither In Heaven Nor On Earth

Urban Photo Awards 2019
© Rebeka Legović

Patrick Zélis – Untitled

Urban Photo Awards 2019
© Patrick Zélis

Lauréats catégorie : Creative

1ère place :
Sergio Baseggio – Stesso Punto Di Vista

Urban Photo Awards 2019
© Sergio Baseggio

Mention honorable :
Dina Goldstein – The Last Supper East Vancouver

Urban Photo Awards 2019
© Dina Goldstein

Mention remarquable :
Merethe Wessel-Berg – One

Urban Photo Awards 2019
© Merethe Wessel-Berg

Lauréats catégorie : Projets & Portfolios

1ère place :
Alain Schroeder – Kim City

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) reste l’une des nations les plus isolées et les plus secrètes du monde. Depuis sa création en 1948, le pays a été gouverné par trois générations de la dynastie Kim descendant du fondateur Kim Il-sung, suivi de son fils Kim Jong-il et actuellement sous le contrôle de son petit-fils, le Guide suprême Kim Jong-un. C’est une société socialiste autosuffisante fondée sur une interprétation extrême du culte de la personnalité et du dévouement aux dirigeants actuels et anciens, alimentée par une grande dose de propagande.

Les festivités du 70e anniversaire de la création de la Corée du Nord, le 9 septembre 1948, comprennent la cérémonie d’ouverture des Mass Games au stade du May Day à Pyongyang. Guide suprême, Kim Jung-un est présent. Bien que le pays soit généralement interdit aux médias étrangers, cet événement est accessible à la presse et aux touristes.

La quasi-totalité de la société a été appelée au service de l’humanité et se concentre sur le seul objectif de montrer au monde le calibre, le mérite et le talent de la Corée du Nord dans les domaines culturels et militaires. C’est dans ce contexte favorable, mais hautement contrôlé, que cette histoire se déroule.

Les visiteurs ne voient qu’une zone confinée de Pyongyang, l’un des quartiers les plus élevés et les plus modernes des quartiers récemment construits de la ville. La visite des monuments nationaux de la ville fait partie intégrante de l’itinéraire préétabli et inflexible. L’escorte et la surveillance par deux guides officiels du gouvernement en tout temps est une pratique courante pour les visiteurs étrangers. On vous dit quoi faire, quoi regarder ou non et quoi photographier. Il est interdit de prendre des photos de personnes travaillant, portant des marchandises ou mal habillées, poussant à ne montrer qu’une vision idéalisée de la ville. L’environnement est totalement contrôlé et il n’y a pas d’autre choix que de suivre les règles.

Rappelez-vous donc quand vous regardez les images, comme dirait Magritte, le peintre surréaliste belge : 

On n’est pas en Corée du Nord.

Urban Photo Awards 2019
© Alain Schroeder

Un visiteur de l’exposition à l’intérieur du Monument aux fondateurs du Parti, alias Monument à la Fondation du Parti ouvrier, s’arrête pour voir de plus près le Guide suprême, Kim Jung-un.

Kim City
© Alain Schroeder

Les visiteurs déposent des fleurs et s’inclinent devant une mosaïque représentant l’ancien dirigeant de la Corée du Nord Kim Il-sung prononçant un discours à son retour en 1945, après sa libération de l’oppression japonaise. La mosaïque géante est située à côté du stade près de l’Arc de Triomphe. 

Kim City
© Alain Schroeder

Le 10 septembre 2018, des milliers d’étudiants se rassemblent sur la place Kim Il-sung, près de la Maison d’études du Grand peuple, la principale bibliothèque de Pyongyang construite dans le style classique coréen, pour la dernière répétition de la procession aux flambeaux qui aura lieu ce soir-là, dans le cadre des célébrations en cours pour le 70ème anniversaire de la création de la Corée du Nord. Chaque participant se voit attribuer une marque fraîchement peinte sur le sol.

Kim City
© Alain Schroeder

Après la dernière répétition de la procession aux flambeaux sur la place Kim Il-sung, les élèves se dirigent vers les rues secondaires où ils ont laissé leurs affaires et leur nourriture.

Kim City
© Alain Schroeder

Vue depuis la Tour Juche, des enfants jouant au football dans la cour d’un bâtiment voisin.

Kim City
© Alain Schroeder

Dans toute la ville de Pyongyang, les policiers sont au centre de l’attention.

Kim City
© Alain Schroeder

L’entrée du zoo de Pyongyang.

Kim City
© Alain Schroeder

Une vieille femme marche devant le Mansudae Grand Monument avec ses statues en bronze de Kim Il-sung et Kim Jong-il, hautes de 22 mètres, pendant qu’un groupe d’élèves écoute leur professeur.

Kim City
© Alain Schroeder

Une jeune femme, vêtue de vêtements traditionnels, s’élance avec son groupe de femmes devant le monument de la lutte révolutionnaire anti-japonaise. L’ouvrage de 50 mètres de long représente plus de 200 statues de soldats suivies d’une foule d’ouvriers, d’agriculteurs, etc.

Kim City
© Alain Schroeder

A l’école primaire Mirae de Pyongyang, une jeune écolière, accompagnée d’autres musiciens de sa classe, donne un petit concert de bienvenue.

Kim City
© Alain Schroeder

Pour la première fois depuis 2013 et en l’honneur du 70e anniversaire de la création de la Corée du Nord le 9 septembre 1948, les « jeux Olympiques » à la sauce nord-coréenne, aussi connus sous le nom de Festival Arirang, ont lieu au stade du May Day à Pyongyang. Avec une capacité de 150 000 places, c’est l’un des cinq plus grands stades du monde. L’un des moments forts de la célébration est la cérémonie d’ouverture, en présence du Guide suprême, Kim Jung-un. En plus des 100 000 bénévoles présents sur le terrain pendant les 90 minutes de l’événement, 17 000 élèves assis dans la tribune exécutent une série d’images en utilisant des panneaux. Avec une précision militaire, les élèves, représentant chacun un pixel, déploient simultanément des panneaux colorés pour former de grandes images comme celle de Kim Il-sung, le fondateur de la Corée du Nord. Au premier plan, des milliers de femmes se déplacent en formation pour créer le drapeau nord-coréen.

Mentions honorables :
Antonino Sismo – Pleasure Beach Club

Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo
Antonino Sismo
© Antonino Sismo

Alice Van Kempen – Furbex

Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen
Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen
Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen
Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen
Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen
Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen
Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen
Alice Van Kempen
© Alice Van Kempen

Mention remarquable :
Michele Andreossi – Ai Piedi Dei Grattacieli

Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi
Michele Andreossi
© Michele Andreossi

Prix “POREC MUSEUM”

Giovanni Paolini – Urban Vision
Mariagrazia Beruffi – La Boda
Roberto Di Patrizi – Railway Station


Prix “TRIESTE MUSEUMS”
        
Roman Robroek – Abandoned Art In Decay
Francis Meslet – Silent Screams Of Oblivion
Michele Andreossi – Ai Piedi Dei Grattacieli
Maria Pansini – Tarlabasi – Behind The Scenes Of Istanbul

Toutes les images sont visibles sur urbanphotoawards.com

Avatar
Antony Barroux
Depuis juillet 2006, Pixfan.com traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom

Les plus lus

Dialogue photographique avec Alexandra David Néel

Alexandra David Néel (1868-1969) est considérée comme l'une des plus grandes exploratrices du XXe siècle. La 6ème édition des rencontres "Automne Photographique en Champsaur" se...

Comment partager vos 9 meilleures photos Instagram ?

Si vous ne l'avez pas encore fait, il est encore temps de partager vos 9 meilleures photos Instagram de 2018. Je vous explique comment...

Comment Connaître le Nombre de Déclenchements d’un Reflex Canon ?

Comment Connaître le Nombre de Déclenchements d'un Reflex Canon ? Contrairement aux reflex Nikon et Pentax, Canon ne fournit par d'information sur le nombre de...

LUT : Qu’est ce qu’une Table de Correspondance de Couleur ?

Qu'est ce qu'une table de correspondance de couleur ou Lookup Table (LUT) en anglais ? La dernière version de Luminar 2018 prend en charge les...