Accueil Actualité Photo Expositions Photo Le photographe japonais Sohei Nishino expose à Londres

Le photographe japonais Sohei Nishino expose à Londres

Plus habitué des milieux urbains, le photographe japonais Sohei Nishino expose à Londres un projet qui se distingue de tout ce qu’il a fait auparavant. Nishino continue d’explorer son intérêt pour la relation entre les personnes et leur environnement. Ce projet encore plus ambitieux que ses dernières créations, est consacré au plus haut sommet du monde, le Mont Everest.

Une nouvelle fois, Sohei Nishino applique sa vision cartographique à un lieu traditionnellement difficile à décrire sur le papier. Sa technique caractéristique de photocollage rassemble des milliers d’images prises au cours de son voyage afin de créer un diorama de géographies complexes intégrant paysages humains et physiques. En se rendant sur le Mont Everest, Nishino s’est attaqué à quelques-uns des environnements les plus difficiles du monde. L’Everest de Nishino s’inspire des cartes utilisées traditionnellement par les pèlerins pour se déplacer dans les lieux saints.

Sohei Nishino
Mountain Lines, Everest 2019
Courtesy of the artist Sohei Nishino and Michael Hoppen Gallery

Fasciné par l’importance historique et le symbolisme de l’Everest, Nishino a utilisé près de 400 pellicules pendant son voyage de 23 jours de Lucla à Gokyo Peak. Un voyage intense à travers l’Himalaya qui s’apparente à ceux entrepris par les sherpas. Contrairement aux autres visiteurs qui suivent un parcours linéaire vers une destination fixe, Nishino immortalise son expérience du voyage à partir d’un épais mélange de points d’observation méticuleusement planifiée. De l’avis même du photographe, la réalisation de ce projet a été l’une des périodes de prise de vue les plus difficiles, tant par son échelle sans précèdent que l’utilisation de la couleur.

Sohei Nishino
Mountain Lines, Everest 2019 (Détail)
Courtesy of the artist Sohei Nishino and Michael Hoppen Gallery

Pour Journey of Drifting Ice, Nishino s’est rendu à l’extrême nord-est du Japon, dans la péninsule de Shiretoko à Hokkaidō. Fasciné par la banquise dérivante qui traverse la mer de Shiretoko, il a commencé à étudier ces formations colossales, et le voyage remarquable entrepris par les banquises du grand fleuve d’Amour en Russie jusqu’à la Mer d’Okhotsk avant d’atteindre les eaux japonaises.

Nishino se penche sur la banquise dérivante comme un phénomène naturel transnational, exerçant un signe prémonitoire sur notre société mondiale divisée. Face à la crise environnementale, la cartographie qu’il réalise de ces éléments en voie de disparition revêt un caractère d’urgence; le paysage de ces eaux longtemps inexplorées évolue rapidement, et la photographie de Nishino dresse le bilan à la fois de la situation actuelle et de l’importance fondamentale de ses écosystèmes aux yeux des communautés qui en dépendent.

Sohei Nishino, photographe japonais né à Hyōgo en 1982

En 2004, il est diplômé de l’Université des Arts d’Osaka. C’est à cette époque qu’il entame sa série éponyme intitulée Diorama Map. Cette série implique un long processus de création qui consiste à arpenter les rues d’une ville, d’en photographier les lieux, de développer les négatifs et enfin de coller les photographies obtenues sous la forme d’un diorama figurant le plan de la ville. La série Diorama Map est composée des cartes des villes de : Osaka, Kyoto, Hiroshima, Tokyo, Shangai, New York, Paris, Hong Kong, Londres, Istanbul, Rio de Janeiro, Berlin et Berne.

Chaque plan implique un important travail pour faire apparaître les caractéristiques topographiques de la ville. Par leurs approximations et une interprétation libre, ces paysages urbains mi-réels mi-utopiques, révèlent des éléments inattendus et évoquent les gravures du Moyen Age.

Depuis lors il expose partout dans le monde et a reçu de nombreux prix, dont la President Award, Osaka University of Arts (2004), Young Eye Japanese Photographer Association Award (2005), Canon New Cosmos Photography Award (2005), Canon Excellence Award (2005) et San Francisco Museum of Modern Art (2016). Il a également participé à plusieurs expositions de groupe, festivals et expositions personnelles : Daegu Photo Biennale, Corée (2010); l’exposition Out of Focus, Saatchi Gallery, Londres (2012); Contemporary Japanese Photography vol. 10, Tokyo Metropolitan Museum of Photography (2012); A Different Kind of Order : ICP Triennial, New York (2013). En 2013, il a reçu le prix jeune talent de la Photographic Society of Japan.

Sohei Nishino
Everest & Journey of drifting ice

Exposition du 11 mars au 25 avril 2020

Michael Hoppen Gallery
3 Jubilee Place, London, SW3 3TD

Avatar
Antony Barroux
Depuis juillet 2006, Pixfan.com traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom

Les plus lus

Dialogue photographique avec Alexandra David Néel

Alexandra David Néel (1868-1969) est considérée comme l'une des plus grandes exploratrices du XXe siècle. La 6ème édition des rencontres "Automne Photographique en Champsaur" se...

Comment partager vos 9 meilleures photos Instagram ?

Si vous ne l'avez pas encore fait, il est encore temps de partager vos 9 meilleures photos Instagram de 2018. Je vous explique comment...

Comment Connaître le Nombre de Déclenchements d’un Reflex Canon ?

Comment Connaître le Nombre de Déclenchements d'un Reflex Canon ? Contrairement aux reflex Nikon et Pentax, Canon ne fournit par d'information sur le nombre de...

LUT : Qu’est ce qu’une Table de Correspondance de Couleur ?

Qu'est ce qu'une table de correspondance de couleur ou Lookup Table (LUT) en anglais ? La dernière version de Luminar 2018 prend en charge les...