Sabine Weiss Lègue Ses Archives Au Musée de l’Elysée

0

La photographe d’origine suisse née en 1924, Sabine Weiss lègue ses archives au Musée de l’Elysée, institution publique ayant pour mission la conservation et la valorisation du patrimoine photographique.

Sabine Weiss lègue ses archives qui rejoindront le Musée dès son emménagement à PLATEFORME 10.

Faisant partie des plus importantes organisations dédiées à la photographie dans le monde, le Musée de l’Elysée est une institution culturelle incontournable qui rend compte de la diversité des pratiques photographiques.

La directrice de l’institution, Tatyana Franck souligne « La donation d’un fonds d’archives de la teneur et de l’envergure de celui de Sabine Weiss est une étape significative dans la stratégie du musée qui repose notamment sur son expertise en matière de valorisation de fonds complets de photographes suisses et internationaux. Il entre en résonnance avec la photographie de voyage, très présente dans les collections, et d’autres grands noms de femmes comme Ella Maillart, Gertrud Fehr, Henriette Grindat ou Monique Jacot. »

PLATEFORME 10, nouveau «quartier des arts » à Lausanne

PLATEFORME 10 réunit en un lieu unique le Musée cantonal des Beaux-Arts (mcb-a), le Musée de l’Elysée (musée cantonal de la photographie), le mudac (Musée de design et d’arts appliqués contemporains), ainsi que les Fondations Toms Pauli et Félix Vallotton.

Ce nouvel espace de 25’000 mètres carrés situé à côté de la gare de Lausanne ouvrira ses portes en 2019. Le Musée de l’Elysée bénéficiera d’espaces de travail et de conservation plus vastes ainsi que d’espaces d’exposition modulables et capables d’accueillir des projets liés à ses collections.

Sabine Weiss souhaite également léguer des ensembles significatifs de son œuvre au Centre Pompidou, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris et au MoMA de New York.

Sabine Weiss lègue ses archivesSabine Weiss à la Nuit des images, 2015 © Gregory Collavini

Sabine Weiss et le Musée de l’Elysée, une relation de longue date

En 1987, le Musée de l’Elysée fait l’acquisition de 60 tirages en noir et blanc de l’artiste. Cette acquisition permet de faire entrer dans sa collection la photographie humaniste qui est alors représentée. En 2015, le musée rend hommage à la photographe lors de la Nuit des images à l’occasion de son trentième anniversaire.

Le Musée conserve plus de vingt fonds d’archives parmi lesquels René Burri, Nicolas Bouvier, Ella Maillart, Lehnert & Landrock, Marcel Imsand, Jean Mohr ou Charles Chaplin .

Sabine Weiss lègue ses archivesSabine Weiss en 1954

Sabine Weiss lègue ses archivesSabine Weiss dans son atelier, Paris, 1955 © Hugh Weiss

Sabine Weiss lègue ses archivesSabine Weiss dans son atelier, 2016 © Thomas Kern

Sabine Weiss, dernière représentante de l’école humaniste française

A 93 ans, Sabine Weiss est l’une des dernières représentantes de la photographie « humaniste ». Ce courant est né en France juste après la Deuxième Guerre Mondiale, il est associé à des grands noms comme Édouard Boubat, Robert Doisneau, Willy Ronis ou Brassaï.

Née Weber en Suisse en 1924, Sabine Weiss se dirige très jeune vers la photographie et fait son apprentissage chez Boissonnas, une dynastie de photographes exerçant à Genève depuis la fin du XIXe siècle.

En 1946, elle quitte Genève pour Paris et devient pendantr quatre ans l’assistante de Willy Maywald, photographe allemand installé à Paris et spécialisé dans la mode et les portraits.

Après son mariage avec le peintre américain Hugh Weiss en 1950, elle débute une carrière de photographe indépendante. Ils emménagent dans un petit atelier parisien, où elle vit toujours, et fréquentent le milieu des artistes de l’après-guerre. Cette proximité l’amènera à photographier Georges Braque, Joan Miró, Alberto Giacometti, André Breton ou Ossip Zadkine et, par la suite, de nombreux musiciens, écrivains et comédiens. Vers 1952, Elle rejoint sur la recommandation de Robert Doisneau l’agence Rapho.

Si, comme ses pairs, elle s’attache à photographier en noir et blanc des scènes du quotidien et de la rue, mettant en avant les « petites gens » et les enfants, souvent sur le mode de l’instantané, elle explore également d’autres registres tels que la photographie de mode en couleur, la publicité, des reportages pour la presse américaine et de nombreux portraits de personnalités.

Une reconnaissance internationale

Sabine Weiss est reconnue aux États-Unis et en Europe dès les années 1950 à travers la publication de son travail dans de grandes revues mais aussi sa participation à des expositions importantes (Post-War European Photography au MoMA en 1953, exposition personnelle à l’Art Institute de Chicago en 1954, The Family of Man en 1955, entre autres).

Trois de ses images figurent dans la célèbre exposition organisée par Edward Steichen en 1955 « The Family of Man ».

Depuis cette date et jusqu’aux années 2000, Sabine Weiss n’a cessé de travailler pour la presse illustrée internationale, mais aussi pour de nombreuses institutions et marques, enchaînant travaux de reportages, mode, publicité, portraits de personnalités, et sujets de société.

À la fin des années 1970, son œuvre bénéficie de la reconnaissance grandissante des festivals et institutions, ce qui lui donne envie de reprendre un travail en noir et blanc. Elle développe alors, la soixantaine passée, une nouvelle œuvre personnelle, rythmée par des voyages en France, en Égypte, en Inde, à La Réunion, en Bulgarie ou en Birmanie.

Ses œuvres appartiennent à de grandes collections, en France (MEP, Centre Pompidou, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Musée Niépce), aux États-Unis (MET, MoMA, SFMoMA, Art Institute of Chicago), au Japon (Musée d’art moderne de Kyoto) et au Mexique (Musée des Beaux-Arts de Santa Fe).

Sabine Weiss lègue ses archivesAlberto Giacometti, 1954 © Sabine Weiss, Collection Musée de l’Elysée

Sabine Weiss lègue ses archivesSortie de métro, Paris, 1955 © Sabine Weiss, Collection Musée de l’Elysée

Sabine Weiss lègue ses archivesPetite fille, petit arbre, 1981 © Sabine Weiss, Collection Musée de l’Elysée

Sabine Weiss lègue ses archivesParis, 1955 © Sabine Weiss

Sabine Weiss lègue ses archivesParis, 1953 © Sabine Weiss, Collection Musée de l’Elysée

Sabine Weiss lègue ses archivesNew York, 1955 © Sabine Weiss

Sabine Weiss lègue ses archivesMétro, Paris (Holiday on Ice), 1979 © Sabine Weiss, Collection Musée de l’Elysée

Sabine Weiss lègue ses archivesInde, 1986 © Sabine Weiss, Collection Musée de l’Elysée

Sabine Weiss lègue ses archivesFrançoise Sagan chez elle, lors de la sortie de son premier roman Bonjour tristesse
Paris, 1954 © Sabine Weiss

Sabine Weiss lègue ses archivesEgypte, 1983 © Sabine Weiss

Sabine Weiss lègue ses archivesChez Dior, 1958 © Sabine Weiss

Le Fonds Sabine Weiss

Afin de pouvoir accueillir cette donation, un travail de sélection, d’inventaire, de documentation, de
numérisation et de conditionnement commence dès à présent, en collaboration avec Sabine Weiss.

Le Musée de l’Elysée commence le traitement dans l’atelier même de la photographe, en le préparant et le documentant de manière exhaustive, en vue d’une importante rétrospective à PLATEFORME 10.

Le fonds d’archives Sabine Weiss est composé de :

– Tous les négatifs : environ 200’000
– Toutes les planches-contact : 7000
– La plus grande partie des vintages : 2700
– La plus grande partie des tirages tardifs (modernes) : 2000
– Les tirages de travail : 3500
– Environ 2000 diapositives
– Une quinzaine d’expositions complètes
– La documentation : photographies personnelles, archives presse, critiques, justificatifs, correspondance, films, enregistrements, etc.

Sabine Weiss lègue ses archivesCheval ruant, porte de Vanves, 1951 © Sabine Weiss, Collection Musée de l’Elysée

Sabine Weiss lègue ses archivesAndré Breton dans son atelier, Paris, 1955 © Sabine Weiss

Sabine Weiss lègue ses archivesAna Karina pour Korrigan en 1958 © Sabine Weiss

Sabine Weiss lègue ses archives au Musée de l’Élysée : http://www.elysee.ch/

Partager

A propos de l'auteur

Auteur : Antony Barroux. Depuis juillet 2006, Pixfan traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
20 Faits Étonnants Sur La Photographie à Découvrir

Voici 20 faits étonnants sur la Photographie que vous ne connaissez sûrement pas. Depuis son invention, qui date officiellement de...

Fermer