FotoRio, Festival International de photographie de Rio de Janeiro présente jusqu’au 4 août 2013 la première rétrospective de l’artiste en Amérique Latine. Née en Suisse en 1924, Sabine Weiss a consacré près de 70 ans de sa vie à la photographie. Parmi les photographes humanistes connus au Brésil, le nom de Sabine Weiss est souvent associé à de grands artistes tels que Robert Doisneau, Brassaï, Willy Ronis, Gisèle Freund ou Janine Niepce.

À propos de son travail, Doisneau lui-même disait : « Les scènes, en apparence inoffensives, ont été inscrites avec une volontaire malice juste à ce moment précis de déséquilibre où ce qui est communément admis se trouve remis en question ».

« Alors que vous l’imaginez plus volontiers penchée sur sa table à sélectionner ses négatifs et repiquer ses épreuves, Sabine Weiss continue à courir le monde, et le monde le plus lointain, puisqu’à presque quatre-vingt-dix ans, après un récent voyage en Inde et le montage d’une exposition en Suisse, elle se réjouit de venir poser son regard tendre et bienveillant sur le Brésil », raconte la commissaire de l’exposition, Agnès de Gouvion Saint-Cyr.

Sabine Weiss© Sabine Weiss

« L’enfance », « La Foi », « Nuit et Brouillard », « Atmosphères », « Ailleurs », « Artistes » sont autant de chapitres à découvrir dans l’exposition qui regroupe plus de 130 photographies.

Dans la pratique, c’est l’histoire de la photographie des années 1950 jusqu’à nos jours qui nous est contée. Durant toutes ces années, Sabine Weiss a parcouru le monde à la rencontre de l’homme dans ses moments universels : scènes de rue, solitude, enfants, croyances, figures humaines dans la brume, émotions passagères… elle utilise principalement le noir et blanc, cherchant un cadrage précis, une certaine lumière, des ambiances particulières.

Le travail de Sabine Weiss comprend aussi des photographies d’artistes (Stravinsky, Stan Getz, Breton, Miro, Giacometti, Cocteau, Fernand Léger, Dubuffet, Rauschenberg, …), de publicité et de mode (à 22 ans elle devient l’assistante du célèbre photographe Willy Maywald et à 28 ans, elle entre au magazine Vogue), ainsi que des commandes pour des publications telles que Paris Match, Life, Time, Newsweek, Fortune, Esquire, entre autres. Mais Sabine Weiss a toujours préféré les gens, tous liés par une caractéristique commune de spontanéité et de simplicité.

« J’aime beaucoup ce dialogue constant entre moi, mon appareil et mon sujet, ce qui me différencie de certains autres photographes qui ne cherchent pas ce dialogue et qui préfèrent se distancier de leur sujet ». « Je témoignais, je pensais qu’une photographie forte devait nous raconter une particularité de la condition humaine. J’ai toujours senti le besoin de dénoncer avec mes photos, les injustices que l’on rencontre ».

« Son travail personnel est lié à la vie quotidienne, aux émotions et aux gens, mêlant de façon unique poésie et observation sociale. Encore méconnue au Brésil, nous sommes très fiers de présenter aujourd’hui l’œuvre de Sabine Weiss et de rendre possible cette rencontre avec le public brésilien », explique Yann Lorvo, Délégué général de l’Alliance Française au Brésil.

Sabine Weiss© Sabine Weiss

Sabine Weiss
En 1942, à 18 ans, Sabine Weiss décide d’être photographe. Dès son plus jeune âge, sa mère l’emmenait visiter les galeries d’art et les églises romanes, et son père, chercheur en chimie, aimait la voir prendre des photos, encore enfant, avec le matériel de l’époque. Entre 1942 et 1945, elle a appris le métier dans l’atelier Boissonnas, à Genève, qui fêtait déjà ses 80 ans et qui a formé toute une génération de photographes. En 1945, Sabine Weiss installe son atelier à Genève, mais en 1946, elle décide d’aller vivre à Paris, en sachant qu’il n’y aurait pas de retour.

En 1949, elle rencontre le peintre américain Hugh Weiss, avec qui elle se marie. Ses photographies sensibilisent Edward Steichen qu’il intègre dans sa grande exposition « The Family of Man ». Ses images ont été le thème de nombreuses expositions collectives et monographique, et font partie des collections des plus grands musées en France et à l’étranger.

FotoRio – Festival International de photographie de Rio de Janeiro créé en 2003 – vise à mettre en valeur la photographie en tant que bien culturel et à donner de la visibilité aux grandes collections, publiques et privées, et à la production photographique contemporaine brésilienne et étrangère. Expositions, projections, interventions urbaines, stages, séminaires, ateliers, tables rondes, conférences et lectures de portfolio font de cette Biennale un rendez-vous d’envergure internationale.

Informations pratiques

Sabine Weiss, L’Amour pour la Vie
Centro Cultural Correios, Rio de Janeiro

Du 19 juin au 4 août 2013
Entrée libre du mardi au dimanche, de 12h à 19h

dans le cadre du Festival International FotoRio 2013
Exposition réalisée par l’Alliance Française avec le soutien de Citroën Brésil et EDF Norte Fluminense

Creative Galerie – Citroën Experience Center, Sao Paulo
Du 16 août au 15 septembre 2013

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom