Rites de passage exposition à Plateforme (Paris 20e) du 6 au 22 mars 2015.

A l’occasion de la réouverture de Plateforme, espace de diffusion, de création et de ressource pour l’art contemporain, Sandrine Elberg commissaire de l’exposition réunit dix artistes qui offrent chacun une interprétation du rôle des rituels dans nos vies et processus créatifs.

L’exposition Rites de passage convoque différents médiums et expose le langage propre à chaque artiste. Les œuvres présentées sont pour la plupart inédites, créées spécialement pour cette proposition.

Les artistes :

Mylène Blanc, Corine Borgnet, Jean-Philippe Brunaud, Odonchimeg Davaadorj, Sandrine Elberg, Isabelle Ferreira, Régis Figarol, Bogdan Pavlovic, Lionel Sabatté, Régis Sénèque et Brankica Zilovic.

Rites de passage s’inspire directement de notre Histoire commune. Dans l’Antiquité, comme chez les peuples premiers, les étapes importantes de la vie – naissance, adolescence, mariage, décès – sont marquées par des cérémonies et des rituels à caractère magique. Les rites funéraires étaient complexes, accompagnant l’envoi des morts vers le monde des esprits.

Sous des formes variées, ces processus de ritualisation du temps se retrouvent également dans la manière dont les artistes développent leurs oeuvres dans la durée. Rites ancestraux ou cérémonials élaborés, ils convoquent les gestes de la naissance, de la croissance et de la mort.

Dans ses photographies, Mylène Blanc met ainsi en scène sa tribu familiale et ses proches, ornés d’accessoires naturalisés savamment bricolés, transmués en objets mystiques. Ses personnages, qui oscillent entre la vie et la mort, sont empruntés à la mythologie et au chamanisme.

Mylène Blanc© Mylène Blanc – Si le loup n’y est pas

Chez Régis Figarol, le temps redevient flux : un même cadrage et un même temps d’exposition sont utilisés pour montrer le passage des ans et la succession de dizaines de visages, de l’enfance à l’âge adulte.

D’apparence vernaculaire, le travail photographique de Sandrine Elberg est présenté sous la forme d’une collection d’épreuves, portraits accumulés dont les tirages sont issus de la chambre noire de l’artiste. Un mur funéraire qui fait preuve par l’image de la disparition progressive de l’argentique au profit du numérique. L’acte photographique se fait ici monument aux morts.

Sandrine ElbergMonument – Dimensions 100x70cm
Techniques Photographies argentiques, négatifs, cadres, papiers et objets divers, date 2015
© Sandrine Elberg

Rites de passage

Informations pratiques

Rites de passage
Exposition du 6 au 22 mars 2015

Vernissage vendredi 6 mars de 18h à 22h

73, rue des Haies
75020 Paris

Du mercredi au dimanche de 14h30 à 19h30

Lien : http://www.plateforme.tk/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom