AccueilLivres PhotoPatrick Chauvel 100 photos pour la liberté de la presse

Patrick Chauvel 100 photos pour la liberté de la presse

Patrick Chauvel, un demi-siècle de reportages à hauts risques

Il y 30 ans, Reporters sans frontières publiait le premier numéro de la collection 100 photos pour la liberté de la presse. La photographie d’un jeune reporter, grièvement blessé au Cambodge, figurait sur la couverture. Ce photographe de guerre, c’était lui. Trente ans plus tard, RSF célèbre les 50 ans de carrière de l’emblématique photojournaliste.

Plus de 30 conflits couverts et 50 ans d’une carrière à hauts risques, le photographe a emmagasiné des centaines de milliers d’images, comme autant de fragments d’Histoire. A la fois, photographe, documentariste, baroudeur et écrivain, Chauvel a été le témoin privilégié de l’état du monde.

Dans cet album, il partage certaines des images les plus emblématiques de sa longue carrière. Ce « rapporteur de guerre », comme il se décrit lui-même, a inlassablement saisi sur le vif l’humanité aux prises avec la guerre. Afin que, devant ses images, nous gardions l’œil et l’esprit toujours ouverts.

“Le reportage de guerre est une fonction vitale et essentielle du journalisme.”

– Gary Knight

Irak, 2016. Explosion d’une voiture kamikaze à l’avant d’une colonne de la « Division d’or » qui progresse dans Mossoul face à l’État islamique. Au premier plan, Antoine Chauvel, fils de Patrick.
© Patrick Chauvel

Le portfolio est éclairé par des textes inédits : la guerre du Viêt Nam vue de l’autre côté de la ligne de front, par l’ancien correspondant de guerre nord-vietnamien Chu Chi Thanh ; une réflexion intime du grand Don McCullin sur sa propre carrière de reporter ; un hommage de Jean-Marc Barr, admirateur éclairé du travail du photographel ; un salut confraternel d’Adrien Jaulmes, prix Albert-Londres ; le texte vibrant du journaliste et écrivain Sorj Chalandon, croisé à Beyrouth ; le texte incisif d’une autre légende de la profession, James Nachtwey ; les souvenirs d’une rencontre à Sarajevo du grand reporter Rémy Ourdan ; des moments partagés en Tchétchénie par la psychiatre Frédérique Drogoul ; et l’engagement de Stéphane Grimaldi, directeur général du Mémorial de Caen.

Soutenir
Reporters sans frontières

Patrick Chauvel – 100 photos pour la liberté de la presse

Fondée en 1985, Reporters sans frontières œuvre pour la liberté, l’indépendance, et le pluralisme du journalisme dans le monde entier. Une ressource essentielle de son fonctionnement est la vente des albums (30 % du budget annuel). L’association publie chaque année le Classement mondial de la liberté de la presse .

Lauréat du 26e Prix des correspondants de guerre en 2019

Le reporter de guerre a été doublement récompensé avec le prix Nikon et le Prix du public pour son reportage intitulé “Syrie, la fin de Baghouz” lors du 26e Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre.

C’est la première fois que Patrick Chauvel envoyait un reportage pour participer au prix. A 70 ans, celui qui fut longtemps considéré comme « le photographe le plus fou » de la planète a couvert 34 guerres. Toujours aussi engagé, il porte un regard toujours aussi acéré et lucide sur l’état du monde. Ce reportage en Syrie a été particulier pour le reporter qui précise “Je me suis engueulé avec des prisonniers (…) d’un seul coup j’étais partie prenante du conflit et photographe, c’est un peu compliqué.” 

Patrick Chauvel
Les regards des djihadistes capturés en disent long sur leur état d’esprit, la fin de Baghouz est loin d’être la fin du problème © Patrick CHAUVEL pour Paris Match

Lors de la cérémonie de remise des prix, le photographe a lancé comme un cri du cœur à propos de l’offensive turque «On abandonne les Kurdes, et je trouve ça dégueulasse. L’histoire se répète, les Kurdes sont devenus les harkis de la région.»

Lors de l’édition 2010 du Prix Bayeux-Calvados, il répondait aux questions de Grégoire Deniau sur les dangers du métier de reporter de guerre.

Doivent-ils parfois au péril de leur vie et de leur sécurité couvrir les zones de guerre ?
Afghanistan, Pakistan, Somalie, Irak, Gaza… Autant de régions où les autorités françaises déconseillent à ses ressortissants et aux journalistes de se rendre… Les journalistes doivent-ils tenir compte de ces mises en garde et renoncer à couvrir ces zones à risque ? Pourquoi la plupart décident-ils de continuer ? Qui et comment décide-t-on de prendre de tels risques ? Quels sont les enjeux ? C’est tout le débat de la liberté de la presse.

A cette époque Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier étaient otages depuis près de dix mois en Afghanistan. Les négociations pour leur libération étaient en cours mais la situation était bloquée du fait de la complexité des échanges.

Grégoire Deniau : Doit-on continuer à aller en Afghanistan ?

Adrien Jaulnes : Oui car si on renonce à suivre un conflit, on renonce à faire son métier. Les conditions de travail dans les zones de guerre se sont considérablement dégradées depuis 2004 avec les premiers enlèvements en Irak. Avant cette période, les risques provenaient essentiellement des affrontements. Les journalistes deviennent une cible pour des raisons politiques ou financières. Cela a complètement changé la donne.

Grégoire Deniau : Comment gérer cette situation lorsque l’on est indépendant ?

Patrick Chauvel : C’est compliqué. Les rédactions américaines ne donnent plus d’ordre de mission aux journalistes étrangers car cela les oblige à payer les études des enfants… Ils veulent à la fois envoyer des journalistes mais ne pas être responsable si ils leur arrivent quelque chose. Les journalistes indépendants partent maintenant sans assurance du fait de son coût très élevé. Ca va coûter 5-600 euros par jour et on va gagner 200 euros. On essaye de faire savoir aux preneurs d’otage que l’on n’est pas intéressant car personne ne va payer notre rançon. On continu à le faire car l’important c’est d’informer. Quand on est indépendant, c’est plus difficile. Il ne faut alimenter le trafic et continuer à aller dans ses pays pour ne pas donner raison aux preneurs d’otage.

Jean-François Julliard : L’image du journaliste a changé. Aujourd’hui, il est considéré comme un espion, un agent à la solde de son gouvernement. La nature des conflits a changé, le journaliste est plus exposé. Il y a une confusion, les journalistes apparaissent plus comme à la solde d’un pouvoir.

Patrick Chauvel : Pourquoi les journalistes sont menacés ? C’est parce qu’ils ont bien fait leur travail et qu’ils deviennent dangereux.

Thierry Thuillier : Les conditions de tournage ont totalement changé. Parfois les armées tiennent les journalistes à l’écart, parfois ils les acceptent à leurs conditions. C’est ce qu’on appelle “l’embedment”. En deux mots, vous êtes autorisé à suivre des unités mais vous n’avez pas votre propre moyen de transport, vous n’avez pas d’accompagnateur et vous êtes soumis aux règles de vie des militaires. Vous prenez les mêmes risques. Ces conditions sont parfois les seuls moyens d’approcher une zone de conflit. Les médias l’acceptent mais c’est une vision partielle et les médias ne peuvent pas s’en contenter. Toute la difficulté est de compléter cette vision.

Qu’est-ce qui fait un bon reporter en zone de conflit ?

Patrick Chauvel : Il faut être extrêmement curieux et avoir envie d’écouter les autres. Être crédible, c’est notre seule richesse.

Thierry Thuillier : Il faut être un peu dingue.

Jean-François Julliard : Il faut partir sans a priori.

Adrien Jaulnes : Il faut être très attentif car la guerre ça change tout le temps, il faut faire attention à tout.

Grégoire Deniau : Autocensure ? Est-ce que cela risque de faire disparaître notre métier ? Est-ce de plus en plus fréquent ?

Jean-François Julliard : Je ne sais pas si c’est de plus en plus fréquent mais c’est extrêmement grave. C’est la victoire effectivement des ennemis de la presse.

Adrien Jaulnes : C’est un risque permanent.

Patrick Chauvel : Je pense qu’il faut tout photographier mais pas forcément tout montrer car une photo dangereuse aujourd’hui peut être intéressante dans 20 ans. On ne travaille pas que pour la presse immédiate, on travaille aussi pour la mémoire collective. On peut tout photographier mais il faut faire attention à l’effet loupe au moment ou elle va passer. Il faut choisir le moment ou elle sera diffusée. Ce n’est pas de l’autocensure, il faut réfléchir.

Thierry Thuillier : Il y a une responsabilité éditoriale. Notre rôle est de juger d’une diffusion ou non.

Source : http://www.prixbayeux.org/

Antony Barroux
Antony Barroux
Depuis 2006, Pixfan.com traite de la photographie et de ses évolutions. Des grands maîtres aux photographes contemporains. Des procédés argentiques et alternatifs aux dernières évolutions en matière de matériel et de logiciels mais aussi en terme d'usages.La photographie est en perpétuel mouvement à l'image de ses pratiques qu'elles soient amateurs ou professionnelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DxO

Best of