Il y a dix-huit ans, une décision de la Cour suprême des Etats-Unis a fait jurisprudence dans le monde de la couleur, révolutionnant à jamais son impact commercial. Pour la première fois, une couleur pouvait faire l’objet d’une appellation commerciale déposée. L’année 2013 marque le 50e anniversaire de la création de Pantone.

La couleur influence 60 à 80 % des décisions d’achat des consommateurs puisqu’elle est ce qu’ils voient en premier dans le logo d’une marque. Imposer sa ou ses couleurs est un signe distinctif qui rend également la marque inoubliable, critère essentiel sur un marché très concurrentiel.

Sur les 100 logos de marques les plus connues dans le monde entier, 32 ont choisi deux couleurs voire plus. Les combinaisons les plus répandues sont celles mariant le bleu, le rouge et le blanc. Pour les logos à couleur unique, le noir mène la danse- au total, 20 marques ont fait ce choix – suivi du bleu (18 marques) et du rouge (16 marques).

Pantone

La couleur est bien souvent qualifiée de « vendeur invisible » dans la mesure où elle stimule les sens et exerce une certaine influence sur l’humeur d’une personne. Elle joue tout naturellement depuis toujours un rôle clé lorsque les créateurs cherchent à faire grande impression ou lorsque des boutiques cherchent à doper leurs ventes.

Le cas du rouge est un exemple flagrant. Cette couleur provoque des réactions dans le corps humain en augmentant la sécrétion d’épinéphrine une hormone qui augmente la pression sanguine, accélère le pouls et la production d’adrénaline. C’est pour cela que le rouge est intimement lié à l’idée de vivacité et d’excitation. En une fraction de seconde, le temps d’un clin d’œil, la couleur déclenche des pulsions qui peuvent pousser une personne à rentrer dans un magasin et à acheter, même si son choix final se porte sur un article d’une toute autre couleur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom