Olivier Roller Carte blanche au Mobilier national jusqu’au 26 juillet 2015.

Dans le cadre de l’exposition « L’ESPRIT ET LA MAIN. Héritage et savoir-faire des ateliers du Mobilier national », le Mobilier national consacre une Carte blanche au photographe Olivier Roller sur le thème « Comment réinventer l’art de la tapisserie ? Comment cet art, très tôt associé à l’exercice du pouvoir, peut-il encore troubler le spectateur ? ».

Cette Carte blanche dépasse le simple cadre photographique, Olivier Roller rejoint l’idée d’une installation et la mise en exergue de l’excellence d’un savoir-faire par des images photographiques. Elles sont tirées d’après des œuvres tissées appartenant aux collections du Mobilier national et d’autres établissements.

L’installation intitulée « l’Etat du monde – la tapisserie comme allégorie du pouvoir » prend la forme de structures suspendues et ondulatoires qui accueillent des photographies imprimées sur des supports souples. Le spectateur est en présence d’un immense fil, discontinu, caractéristique des tapisseries de la Manufacture des Gobelins.

L’artiste poursuit dans cette exposition une recherche sur la matière qu’il réinterprète sans cesse. Il envisage la tapisserie comme allégorie du pouvoir, constitutif du monumental lié aux architectures et à la fonction des utilisateurs. Dans Le Politique, Platon utilise la métaphore de l’art du tissage comme paradigme de l’art politique. Pour Olivier Roller, l’art politique est celui d’entrelacer les différences pour produire un tout homogène, lié avec des éléments distincts.

Olivier RollerL’Etat du monde – la tapisserie comme allégorie du pouvoir , © Olivier Roller

Olivier Roller est un photographe portraitiste français né en 1971. Après ses études de sciences politiques et de droit à l’Institut d’études politiques de Strasbourg, il devient photographe.

Depuis 2009, il réalise une fresque photographique, cherchant à décrire le pouvoir et l’influence en France, en ce début de XXIe siècle, par les individus qui le composent. Des portraits où se mêlent financiers, publicitaires, intellectuels, diplomates, ou encore Empereurs romains. Si le pouvoir est immuable, les hommes de pouvoir, eux, sont friables. Ce qui est photographié, c’est un pouvoir en mutation, en suspens, peut-être en train de disparaître. Le pouvoir est ce rêve de défier le temps, en sachant que le temps sera plus fort. L’homme de pouvoir sait qu’il a perdu.

Olivier RollerAutoportrait avec François Hollande, Série Autoportrait – Figures du pouvoir © Olivier Roller

Pour la Carte blanche du Mobilier national, Olivier Roller poursuit sa recherche sur la matière, qui, dans notre monde de communication, est sans cesse retouchée pour la rendre lisse, muette. Il envisage la tapisserie comme allégorie du pouvoir. Son travail est exposé en France et à l’étranger, et appartient à des collections privées.

– Expositions

En 2015, Musée Réattu à Arles, Oser la photographie : 50 ans d’une collection d’avant-garde, du 4 juillet 2015 au 3 janvier 2016. Exposition associée aux Rencontres de la photographie d’Arles.
En 2014, Musée Cognacq-Jay (Paris) : Carte blanche à Christian Lacroix ; la Criée (Rennes) ; Spazionuovo (Rome) : Figures romaines.
En 2013, Musée des Moulages (Lyon) : Figures du pouvoir I ; la Filature (Mulhouse) ; Abbaye de Montmajour (Arles), commissariat Christian Lacroix ; Musée de l’Arles antique : Rodin, la lumière de l’antique.

Informations pratiques

Carte blanche à Olivier Roller
Exposition jusqu’au 26 juillet 2015

Mobilier national
Galerie des Gobelins
Salon Carré
42, avenue des Gobelins
75013 PARIS

Lien : http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom