L’Institut Culturel Italien de Paris (7e) rend hommage jusqu’au 24 août 2012 au grand photographe et historien de la photographie, disparu en mars dernier : Ando Gilardi.

« Olive & bulloni » se compose d’une série de photographies historiques réalisées par Ando Gilardi entre les années 50 et 60, d’un certain nombre de publications et de documents de l’époque dont quelques numéros du périodique Lavoro, la revue de la Cgil fondée en 1948 par Giuseppe Di Vittorio et dirigée par Gianni Toti de 1952 à 1958 et dont Gilardi a été le rédacteur.

Ando GilardiEnfants qui saluent avec poing fermé. Suite à la décision commune prise à une réunion de la section locale du PCI, les ouvriers agricoles recommandaient à leurs enfants de saluer par ce geste tous les photographes et cinéastes.
Melissa (KR) 1950
Négatif 24×36- Leica III F
© Fototeca Storica Nazionale Ando Gilardi.
Tutti i diritti riservati. All rights reserved.

Le film-interview « Pieds nus mains noires. Travailleurs agricoles et ouvriers des années 50 dans les reportages de Ando Gilardi », sous la direction de Giuliano Grasso, fait aussi partie du parcours de l’exposition.

Ando Gulardi© Fototeca Storica Nazionale Ando Gilardi.
Tutti i diritti riservati. All rights reserved.

Ando Gilardi

Ando Gilardi (1921-2012)
Né en 1921 à Arquata Scrivia, dans le Piemont, Ando Gilardi est une figure à contre-courant de la photographie italienne. Il a commencé à photographier en 1945. Il a travaillé pour le quotidien “l’Unità” en tant que journaliste, ensuite pour “Lavoro” et “Vie Nuove”.

A partir de 1952, Gilardi a participé à la rédaction de “Lavoro”, la revue de la Cgil, fondée en 1948 par Giuseppe Di Vittorio , avec, entre autre, Lietta Tornabuoni, Franco De Poli, Renato Guttuso et Ugo Attardi. Pour Lavoro il n’a pas seulement travaillé en tant que journaliste mais aussi comme photo- reporter, et les dix années successives seront très intenses.

« Olive & Bulloni » est le résultat du reportage réalisé en sillonnant l’Italie, du nord au sud, en racontant les évènements et les luttes des travailleurs – ouvriers, mineurs, paysans et ouvriers agricoles – et de leurs familles. Entre les années 50 et le années 60, grâce à ses prises de vue ethnographiques, il collabore avec Ernesto de Martino (Università di Sassari), Tullio Seppilli (Università di Perugia) et Diego Carpitella (Istituto etnomusicale dell’Accademia di Santa Cecilia in Roma). A partir de 1962 il se consacre exclusivement à la photographie.

En 1962 il a fondé la Fototeca Storica Nazionale Ando Gilardi. A partir de la deuxième moitié des années 70, il démarre une activité d’écriture et de recherche sur la communication visuelle. En 1976 il publiera Storia sociale della fotografia, référence de la culture photographique en Italie.

Informations pratiques
Du 7 juin au 24 aout 2012

Institut Culturel Italien de Paris
73, rue de Grenelle
75007 Paris

Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 15h à 18h
Entrée gratuite

Lien : www.iicparigi.esteri.it

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom