Mois de la photo à Grenoble, La Maison de l’image met à l’honneur le travail de Gabriele Basilico dans le cadre de Paysage > Paysages et des Rencontres Franco-Italiennes de la photographie.

Couverture : Anvers, 1988 © Gabriele Basilico

Du 14 septembre au 2 octobre 2016, les expositions du Mois de la Photo à Grenoble investissent l’ensemble des salles de l’Ancien Musée de Peinture et de l’ancienne bibliothèque.

Gabriele Basilico, architecte et photographe parmi les plus réputés d’Europe.

Né à Milan en 1944, Gabriele Basilico se forme à la photographie pendant ses études d’architecture, à la fin des années 60. Parmi ses travaux les plus importants, on peut citer “Milan. Portrait d’usine”, mais également ses séries sur Moscou, Istanbul ou Beyrouth.

L’exposition Paesaggio, la construction d’un regard composée de 44 photographies prises essentiellement entre les années 80 et 90 propose une réflexion autour de la notion de territoire.

Mois de la photo à GrenobleDunkerque, 1984
© Gabriele Basilico

Gabriele Basilico revisite, à sa manière, les codes de la photographie de paysage à l’instar d’un Raymond Depardon, lui aussi révélé grâce à la mission DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale) en 1984.

Cette mission photographique d’envergure est une initiative du gouvernement français pour rendre compte de la transformation du paysage national. La série « Il Gottardo » est dédiée au col du Gothard dans les Alpes suisses.

La série « Paysages » présente un ensemble de photographies réalisées en Italie, au Portugal, en Espagne et dans les Alpes.

Paysages et Détours présente le travail de sept photographes

5 photographes, lauréats de l’appel à photos organisé par La Maison de l’Image et 2 photographes invités par l’association Surexpose, dans le cadre des Rencontres Franco-Italiennes de la photographie.

Avec sa série “Les vues perdues”, Olivier Cretin explore ces paysages dont plus personne ne profite; à travers les fenêtres de bâtiments abandonnés, tantôt isolés, tantôt au coeur de la ville.

Réalisée lors d’un voyage au Chili et en Argentine, la série “Nostros” de Simon Vansteenwinckel raconte la découverte, via le regard des trois enfants du photographe, d’un pays lointain et fantasmé, d’une culture familière et pourtant tellement étrangère.

La série “Ceux qui nous regardent” d’Emma Grosbois s’intéresse aux images sacrées et profanes accrochées dans les intérieurs palermitains : garages, boutiques, ateliers…

Mois de la photo à Grenoble© Emma Grosbois

Avec la série “Présence obscure” Xavier Blondeau s’intéresse aux milieux urbains nocturnes, des univers désertés qui ramènent inexorablement à l’Homme.

Mois de la photo à GrenobleSérie Présence obscure, sans titre
© Xavier Blondeau

La série “Le camp” de Stéphanie Nelson raconte une histoire, celle du camp d’internement de Rivesaltes, près de Perpignan. Entre souvenir et oubli, entre effacement et absence, la photographe a scruté le silence de l’histoire.

Avec la série “Ombre di luce”, le photographe Stefano Ciol conçoit la photographie de paysage comme une forme de pèlerinage où chacun est invité à en explorer les différents chemins.

Dans “Natura in signum lucis”, Erminio Annunzi marche le long de territoires intérieurs et labyrinthiques.

Le Mois de la photo off

Ces sont 7 photographes invités par l’association Surexpose à exposer dans 7 galeries du centre ville de Grenoble jusqu’au 29 octobre 2016.

Informations pratiques

Mois de la photo à Grenoble

Mois de la photo à Grenoble
Expositions photographiques du 14 septembre au 2 octobre 2016
Ancien Musée de Peinture
9, place de Verdun
38000 Grenoble

Ouverture du mercredi au dimanche de 13h à 19h, fermeture les lundis et mardis
Entrée libre et gratuite
www.maison-image.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom