Le photographe anglais Mikael Buck est parti à l’assaut du Vatnajökull en Islande, le deuxième glacier le plus volumineux d’Europe.

Imaginez une surface glacée représentant 95% de la surface et la Corse soit environ 8% de celle de l’Islande. Le Vatnajökull est la plus grande calotte glaciaire d’Islande après celle de l’île Severny en Russie.

Parfois appelées les grottes de cristal, les grottes glaciaires font parties des lieux les plus fascinants créés par la nature. Mikael Buck a visité la grotte pour Sony équipé d’un Alpha 7R II doté d’un capteur plein format rétro-éclairé.

Mikael Buck

Mikael BuckEntrée de la grotte

Mikael BuckVue de l’entrée depuis l’intérieur de la grotte. Le guide de l’expédition Guide Einar Runar Sigurdsson en pleine escalade.

Mikael Buck

Mikael Buck

Mikael Buck

Mikael Buck

Mikael Buck

Pourquoi la glace est-elle bleue ?

Les glaciers sont bleus à cause du phénomène de dispersion de la lumière, c’est ce même phénomène qui rend le ciel bleu. Les scientifiques le nomment “Diffusion de Rayleigh”. Il se produit lorsque la lumière du soleil renvoie des molécules dans l’atmosphère.

Lorsque l’eau gèle sous forme de neige, elle se cristallise. Une vue microscopique d’un flocon de neige révèle de nombreuses facettes qui réfléchissent la lumière. Cette lumière nous apparaît blanche.

La lumière visible est une combinaison de plusieurs longueurs d’onde différentes. Chacune de ces longueurs d’onde est associée à une quantité d’énergie différente. Les couleurs apparaissent toujours dans le même ordre : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet.

L’eau est beaucoup plus dense que l’air. Donc, quand la lumière traverse l’eau, les longueurs d’onde les plus faibles (à partir de l’extrémité rouge du spectre) sont rapidement filtrées alors que celles de l’extrémité bleue pénètrent plus profondément.

La glace des glaciers subit d’énormes pressions. La compression élimine l’air des surfaces réfléchissantes. Plus les glaciers sont anciens, moins ils contiennent d’air en leur sein. Ils sont donc moins de surfaces réfléchissantes et absorbent plus de lumière. Comme pour l’eau ou le ciel, plus les longueurs d’onde de la lumière visible sont absorbées, plus la lumière tire vers le bleu. C’est ce qui rend la glace “bleu”.

Mikael Buck

Mikael BuckPhotos © Mikael Buck / Sony

Mikael Buck est un photographe professionnel freelance installé à Londres. Son travail a été publié dans de nombreux journaux et magazines à travers le monde.

Il travaille régulièrement pour la presse et les principales agences de relations publiques du Royaume.

Il a débuté sa carrière en tant que photographe pour The Metro, Mail on Sunday etThe Times avant de rejoindre le staff de photographes du Sun. Il est membre des organisations suivantes, The British Press Photographers’ Association (BPPA) et Association of Photographers (AOP).

Site personnel : http://www.mikaelbuck.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom