MESNOGRAPHIES 2024, infertilité et écologie à l'honneur

MESNOGRAPHIES 2024, infertilité et écologie à l’honneur

8 minute(s) de lecture
© Olgaç Bozalp

La photographie, vecteur d’émotions, réunit, témoigne et donne à réfléchir. Alors que le réchauffement climatique et la guerre sont au centre de toutes les attentions, les Mesnographies 2024 proposent un voyage photographique conscient et engagé.

L’objectif reste toujours le même : continuer à prôner l’inclusion, la tolérance et l’acceptation de l’autre tel qu’il ou elle est. Le festival photo utilise ainsi le pouvoir de la photographie pour sensibiliser le public à ces enjeux essentiels, en croisant les regards et les perspectives des artistes du monde entier.

À travers cette exposition en plein air, les organisateurs souhaitent encourager une réflexion collective sur les défis sociaux et environnementaux de notre époque, dans un esprit d’ouverture et de compréhension mutuelle.

Les deux thèmes phares des Mesnographies 2024 : Faire enfant et la thématique Le jardin n’est pas clos, dédiée à l’écologie.

Floriane de Lassée

Chaque année le festival dédie un focus en lien avec la cause des femmes, pour cette édition, il se concentre sur le travail de Floriane de Lassée sur le désir d’enfant et les moyens de l’accomplir lorsque la nature boude.

Le travail photographique de Floriane de Lassée nous invite à décaler notre regard et à réfléchir sur le désir d’enfant et les moyens de l’accomplir, face aux évolutions de la société contemporaine. Confrontée à la pauvreté du répertoire artistique sur ce sujet, cette série photographique nourrie de solides recherches ouvre la voie à un imaginaire plein de grâce et de subtilité, loin des préjugés.

À l’ère du XXIe siècle, les schémas familiaux se sont diversifiés : familles monoparentales, coparentales, homoparentales. L’évolution de la médecine, avec les techniques d’assistance médicale à la procréation, a ajouté de nouvelles configurations inédites. Chacun trouve ses propres solutions pour fonder une famille, ce qui interroge sur le sens des liens génétiques et de la parentalité.

Ces histoires mettent en exergue une société qui accorde une place centrale au désir d’enfant et à la fonction parentale dans la construction du bonheur individuel. L’échec n’a pas sa place dans un monde guidé par la performance et l’obsession de la réalisation de soi.

Sans prétendre apporter de réponses toutes faites, le travail photographique de Floriane de Lassée propose un regard artistique sur ce phénomène de société en constante mutation, en analysant les parcours de familles d’horizons divers confrontées à des étapes communes pour réaliser leur rêve de parentalité.

© Floriane de Lassée

Cody Cobb

Les photographies de Cody Cobb révèlent une luminescence cachée dans les paysages sauvages de l’ouest américain. Grâce à de longues poses et à l’utilisation d’une source de lumière UV, un monde parallèle se dévoile dans la nuit. Cette luminescence transforme ces environnements naturels familiers en des scènes presque extraterrestres, dévoilant une beauté et une étrangeté insoupçonnées.

Spectral © Cody Cobb

Déborah Farnault

La Californie, cinquième puissance économique mondiale, est aux premières lignes du réchauffement climatique. Les vagues de chaleur qui y sévissent depuis plusieurs années sont le résultat d’une désertification progressive de la région. Aux portes de Los Angeles, le désert californien est devenu le carrefour improbable d’une des régions agricoles les plus riches des États-Unis et d’une économie marginale, marquée par la pauvreté, la criminalité et la drogue. La région est le théâtre d’un désastre écologique imminent.

Malgré cette atmosphère de fin du monde, une population marginale s’y est installée, par choix ou non, à court ou à long terme. Dans un système qui glorifie la croissance, la productivité et la performance, ces personnes se retrouvent errants en quête d’appartenance, déconnectés de leur propre humanité.

À travers une approche topographique, le travail photographique de Déborah présente des images dénudées d’artifices : intérieurs silencieux, visages fatigués et immensité des paysages arides. Cette série aborde les notions de nostalgie, d’aliénation et d’un romantisme qui s’effrite sous la lumière implacable du désert californien.

© Déborah Farnault

Karim Ben Khelifa, photographe de guerre et fondateur de The Enemy parrain des Mesnographies 2024

Karim Ben Khelifa est un artiste indiscipliné d’origine belgo-tunisienne. Ses projets documentaires se situent à l’intersection des arts du récit, de la science et des technologies. Adepte de la collaboration entre disciplines, il ancre ses différentes pratiques narratives dans le réel en s’employant à rendre tangible et visible ce qui est invisible.

Il a commencé sa carrière comme correspondant de guerre et photographe, travaillant pour des publications renommées comme Vanity Fair, The New York Times Magazine, Le Monde, Stern, Time Magazine. Il a voyagé dans plus de 90 pays et a reçu de nombreux prix internationaux.

Par la suite, il a travaillé avec une variété de médias immersifs, tels que la réalité virtuelle ou augmentée. En 2012, il a été invité pendant un an par la Nieman Foundation for Journalism de l’Université Harvard.

Entre 2013 et 2017, il a été Artist-in-Residence à l’Open Documentary Lab avant d’être promu Visiting Artist au Center for Arts, Science & Technology, tous deux au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Depuis 2018, il est membre du conseil consultatif du Center for Advanced Virtuality du MIT et a rejoint en 2020 le Think Tank de la Guild of Future Architects à Los Angeles.

Tout au long de son parcours, Karim Ben Khelifa a su croiser les disciplines et les approches pour ancrer ses pratiques narratives dans le réel et rendre visible l’invisible.

MESNOGRAPHIES 2024

Par ailleurs les élèves du lycée Jean Monnet à La Queue-lez-Yvelines ont choisi de travailler sur Comment grandir dans le monde de demain ?

Artistes exposés : Olgaç Bozalp , Lucas Castel, Cody Cobb , Floriane de Lassée , Bruce Eesly, Déborah Farnault, Pascal Goët, Carlos Idun-Tawiah , Sanna Lehto , Fredrik Lerneryd , Chloé Milos Azzopardi , Anaïs Ondet, Laura Pannack , Clément Poché, Valery Poshtarov , Naguel Riveiro , Donatas Stankevicius , Nikita Teryoshin , Charles Thiefaine , Annabelle Tiaffay  et Ziyu Wang.

MESNOGRAPHIES
Festival de photo international
Parc municipal
13, Grande Rue 78490, Les Mesnuls
QuandDu 1er juin au 14 juillet 2024
HorairesDu lundi au dimanche
EntréeAccès libre
InfoLes Mesnographies
Partager cet article
Note éditoriale : Nous percevons une commission sur les liens partenaires présents sur Pixfan. Les commissions n'affectent pas les opinions ou les évaluations de nos rédacteurs. Si vous souhaitez nous aider, pensez à utiliser nos liens partenaires. Code créateur : PIXFAN
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile