Dans l'objectif de l'œil persan, la résistance trouve sa

Dans l’objectif de l’œil persan, la résistance trouve sa lumière

5 minute(s) de lecture
© Reza

Un drame qui a révolté la jeunesse iranienne, née et élevée sous le régime des mollahs.

Leur cri de ralliement ? « Femme, Vie, Liberté » !

Ces trois mots résument les aspirations d’une génération qui en a assez des restrictions et de la répression. Hommes et femmes, de tous horizons, se sont soulevés contre les autorités.

Mais face à ce vent de liberté, le pouvoir a répondu par une répression aveugle et sanglante. Manifestations dispersées, arrestations massives, procès expéditifs, exécutions…

En 2023, on dénombre déjà plus de 834 morts selon les ONG. Un bilan glaçant. Pourtant, malgré la terreur, la révolte se poursuit sous d’autres formes.

Par des actes de désobéissance civile, des grèves, des boycotts. La jeunesse iranienne a fait entendre sa voix, et rien ne sera plus comme avant.

Du 8 avril au 30 mai 2024, l’espace Cosmopolis de Nantes propose un focus sur cette page d’histoire. Une occasion unique de comprendre les racines de ce soulèvement historique et ses répercussions pour l’avenir de l’Iran.

L’œil persan. La photographie, un acte de résistance

Imaginez les rues de Téhéran en 1979. Un vent de changement souffle, porté par l’espoir d’un avenir meilleur. C’est ce que captent les photos saisissantes de Reza sur la révolution islamique.

Ses clichés témoignent de cette vague d’euphorie populaire. Malheureusement, l’espoir est vite douché. La répression s’abat, particulièrement sur les femmes, contraintes d’enfiler le tchador noir, comme un lourd vêtement de deuil.

Mais l’exposition ne s’arrête pas là. Elle couvre aussi le déclenchement de la guerre sanglante contre l’Irak voisin. Vous y verrez les images de la prise d’otages à l’ambassade américaine, un événement mondial. Ou encore les terribles bombardements sur les villages kurdes…Des scènes d’une violence crue, publiées dans les plus grands journaux.

À travers ces photos percutantes, Reza nous plonge dans la tourmente de l’Iran post-révolutionnaire. On ressent l’euphorie initiale, vite remplacée par les affres de la guerre et de la répression. Un témoignage précieux sur une période charnière.

Reza, 14 juillet 2009 Photo Antony Barroux

Né en 1952 à Tabriz en Iran, Reza Deghati est un véritable conteur d’histoires, comme bien des Iraniens avant lui. Mais son parcours est loin d’être un conte de fées. Très tôt, cet esprit libre et contestataire se heurte au régime en place. À 16 ans, la police politique le repère pour un journal lycéen. À 22 ans, ses photos placardées à l’université lui valent trois années de prison…et de torture.

En 1979, il couvre la révolution islamique pour Newsweek, avant de s’exiler définitivement à New York, puis Paris. Commence alors une vie d’aventures et d’engagements, appareil au cou. Tantôt aux côtés du commandant Massoud, tantôt conseiller de l’ONU en Afghanistan. Toujours, il se bat pour la liberté d’expression.

De cet engagement naît Aïna en 2001, une ONG formant des journalistes indépendants à Kaboul. Le photojournaliste publie aussi régulièrement dans Time, Stern, Géo, Paris Match… Cumulant les récompenses, de l’Unicef au prix du photojournalisme.

Aujourd’hui, avec Ateliers Reza, il transmet sa passion aux jeunes défavorisés du monde entier. « Les photographes de demain », espère ce militant de la première heure. Un destin hors norme, pour donner une voix à ceux qui n’en ont pas.

1979-2024 : L’Iran en révolutions

Du mardi 9 avril 2024 au jeudi 30 mai 2024

  • Lun. > Ven. : 13h30-18h
  • Sam. > Dim. : 14h-18h
  • Horaires étendus en fonction du programme
  • Fermé le 1er mai
  • Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
  • Petite restauration iranienne sur place les jours de concerts : 14/04, 04/05 et 25/05

Séances de cinéma : voir les tarifs sur place

Cosmopolis
18 rue Scribe 44000 NANTES

Partager cet article
Note éditoriale : Nous percevons une commission sur les liens partenaires présents sur Pixfan. Les commissions n'affectent pas les opinions ou les évaluations de nos rédacteurs. Si vous souhaitez nous aider, pensez à utiliser nos liens partenaires. Code créateur : PIXFAN
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile