AccueilActualité PhotoExpositions PhotoLes photos de Robert Doisneau : La petite reine à l'honneur

Les photos de Robert Doisneau : La petite reine à l’honneur

Photo de Robert Doisneau (1992) par Bracha L. Ettinger (CC-BY-SA 2.5)

Le couvent Sainte-Cécile à Grenoble accueille “Les vélos de Doisneau”, une exposition thématique consacrée à la place du vélo dans l’œuvre photographique de Robert Doisneau.

Les photos de Robert Doisneau dont certaines inédites permettent d’explorer un nouveau champ de son œuvre photographique. L’exposition est aussi l’occasion de questionner l’histoire de la mobilité dans la société française, à l’heure où les modes de transports doux font leur retour dans nos agglomérations.

À travers près de 60 ans de reportages, Doisneau raconte avec son œil malicieux et tendre, l’histoire des âges et des usages du vélo. Issu d’une génération pour laquelle le vélo est passé du statut d’objet d’émancipation à celui d’anomalie urbaine, il a photographié durant toute sa vie des vélos. En pleine course, sur le point de tomber, à l’arrêt.

Mais plus que la bicyclette, l’explorateur du quotidien qu’il était s’est intéressé aux cyclistes. À ce père qui part à la pêche avec son fils, à ces deux cyclistes lillois qui découvrent la tour Eiffel.

Les photos de Robert Doisneau
Cyclistes lillois, août 1950. © Atelier Robert Doisneau.

Les photos de Robert Doisneau : 5 grands thèmes

La petite reine des dimanches et des vacances

Apanage de la haute société puis de la bourgeoisie au XIXe siècle, l’usage de la bicyclette se démocratise progressivement. Avec la victoire du Front populaire et les premiers congés payés en 1936, la petite reine entre dans l’imagerie populaire, comme le symbole du temps libre et des vacances. Doisneau a su saisir ces moments d’intense bonheur.

Durant la guerre

Pendant la guerre, les produits de première nécessité sont rationnés et l’essence réquisitionnée. Doisneau veut témoigner par ses photos du quotidien de la guerre.

Un sport populaire

Avec le développement du vélo, vient celui des courses cyclistes qu’accompagne la presse. Même si ses clichés ne sont pas publiés dans la presse sportive, Doisneau s’intéresse au monde du vélo.

Les photos de Robert Doisneau
Cycliste sur piste vers 1938 © Atelier Robert Doisneau.

Vélo boulot

En véritable ethnologue, Doisneau photographie le principal outil de locomotion des classes populaires pour travailler ou se rendre au travail.

La fin du vélo ?

Jugée démodée et dangereuse, la petite reine cède du terrain à partir des années 1960 au profil de l’automobile qui envahit les villes et autour de laquelle les nouvelles politiques d’urbanisme se structurent. Les photos de Robert Doisneau illustrent cette profonde mutation de la société française.

Les photos de Robert Doisneau
« La meute », Paris, 1969. © Atelier Robert Doisneau.

Savez-vous pourquoi appelle-t-on le vélo “la petite reine” ?

Cette expression populaire tire son origine des Pays-Bas. En 1890, Wilhelmine, âgée de 10 ans, succède à son père, le roi Guillaume III, sur le trône des Pays-Bas.

La souveraine a pour habitude de circuler à vélo dans son royaume. Lors de sa visite à Paris en 1898, la presse française salue cette “petite reine à bicyclette”. Par la suite, l’expression “petite reine” ne tarde pas à désigner le vélo lui-même.

Koningin Wilhelmina
La reine Wilhelmina faisant du vélo dans les jardins du palais de Soestdijk, 1938.

Les Vélos de Doisneau aux éditions Glénat.

Cette exposition est accompagnée par la parution d’un livre qui croise les photos de Robert Doisneau avec les lectures d’un journaliste spécialiste des mobilités urbaines, Vladimir Vasak, d’une historienne de la photographie, Angelina Meslem, et d’un cinéaste passionné de cyclisme, Patrice Leconte.
192 pages, 215 x 288 mm, 35,95 euros.

Informations pratiques

Exposition “Les vélos de Doisneau” du 13 octobre 2022 au 21 janvier 2023

Ouverte du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30.
Plein tarif : 7€ / Tarif réduit : 6€ / Tarif jeunes : 5€ / Gratuit pour les – de 12 ans.

A noter que le ticket d’entrée permet aussi d’accéder au Cabinet Rembrandt abritant une sélection de gravures du maître hollandais autour du thème du clair-obscur.

Antony Barroux
Antony Barroux
Depuis 2006, Pixfan.com traite de la photographie et de ses évolutions. Des grands maîtres aux photographes contemporains. Des procédés argentiques et alternatifs aux dernières évolutions en matière de matériel et de logiciels mais aussi en terme d'usages.La photographie est en perpétuel mouvement à l'image de ses pratiques qu'elles soient amateurs ou professionnelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DxO

Best of