A chaque 1er de l’an, les Mummers de Philadelphie envahissent la ville pour un défilé haut en couleurs et plein de fantaisie.

Mais qu’est-ce qu’un Mummer, me direz-vous ? Les Mummers de Philadelphie désignent les habitants de la ville qui se déguisent avec des costumes évoquant le carnaval à l’occasion de la Mummers Parade ou Parade des mimes en français.

Cette tradition qui remonte à l’époque de George Washington est une véritable institution dans la ville. Les aficionados consacrent une année entière à la confection de leurs costumes, à l’écriture de leurs sketches et à la répétition de leurs représentations.

« Les origines exactes du mot « mummer » se sont perdues, mais elles avaient probablement trait aux masques et au fait de se déguiser. En Angleterre, durant des siècles, les mummers se grimaient pour jouer des pièces au moment de Noël. Leurs troupes se rendaient parfois de maison en maison afin de récolter des fonds pour leurs célébrations. »
Source Courrier international

Pour la photographe, « L’évènement est un amalgame de traditions culturelles qui a évolué dans les quartiers populaires pendant plus de 300 ans. Commençant par des petites bandes de fêtards informels disséminés dans toute la ville, le défilé d’aujourd’hui comprend des divisions de performances reconnues et des clubs organisés qui concourent au sein de ces divisions. »

La photographe Andrea Modica a choisi de s’intéresser à un sous-ensemble de ces divisions, les Wenches. A l’aide d’un moyen format 8X10, elle a momentanément retiré les Wenches de leur rêverie et les a photographiés, isolés, à quelques pas de la fête.

« Le groupe présenté dans cette ensemble de photographies sont les Wenches, un sous-ensemble de la division, qui se rapproche le plus du passé anarchique et libre des Mummers. Les Wenches, entièrement masculins, revêtent des tenues féminines, y compris des robes, des sous-vêtements, des sacs à main, des parasols, des perruques, des maquillages et des souliers dorés, en hommage à la chanson emblématique de Mummery, Oh Dem Golden Slippers. La tradition de Wench, ainsi que les robes elles-mêmes, se transmettent d’une génération à l’autre, certains groupes comprenant tous les membres masculins d’une famille, des plus jeunes garçons aux arrière-grands-pères. »

mummers de philadelphie« Wenches » © Andrea Modica, courtesy Galerie Madé

« Comme beaucoup de clubs et d’équipes, ce groupe incarne une mystique masculine, un paradoxe d’inclusion et d’exclusion qui a attiré mon attention bien au-delà de l’esthétique du défilé. »

mummers de philadelphie« Wenches » © Andrea Modica, courtesy Galerie Madé

Toutes les photographies ont été réalisées le 1er janvier 2009-2018 dans le sud de Philadelphie: un projet de 10 jours sur 10 ans.

Andrea Modica

Photographe et professeur au sein du Photography Program at Drexel University’s Antoinette Westphal College of Media Arts and Design, Andrea Modica vit à Philadelphie. Elle est née à Brooklyn (New York) en 1960.

Diplômée en Art à Yale, elle a obtenu les bourses Guggenheim et Fulbright. Elle est également lauréate du prestigieux Knight Award.

Son œuvre a largement été exposée avec notamment des expositions personnelles au musée d’Art Moderne de San Francisco, au Musée d’Art de Cheveland, à celui de Akron, au Musée d’Art Contemporain de Boulder et au Musée des Arts Photographiques de San Diego.

Ses photographies sont présentes dans les collections permanentes de nombreuses institutions, dont le Museum of Modern Art, le Metropolitan Museum of Art, le Whitney Museum of American Art, le Brooklyn Museum, le Philadelphia Museum of Art, le Smithsonian American art Museum, l’International Musem of Photography and Film at the George Eastman House ainsi que la Bibliothèque Nationale de France.

Elle est l’auteure de nombreux ouvrages dont : Treadwell, Barbara, Minor League, Human Being, Fountain et As We Wait. L’ensemble du travail sur les Mummers est réuni dans son dernier ouvrage intitulé « January 1 » aux Editions l’Artière.

mummers de philadelphie

Taille du livre : 23,3 x 28,4 cm, 64 pages
Couverture : Encre d’argent sur papier noir
L’Artière Editions, Bentivoglio, Italie, 2018, EN, Trois teintes de gris, Première éditions : 700 copies
Design par Teresa Piardi.
Prix : 55 euros

Exposition visible du 29 septembre au 31 octobre 2018

« January 1 » de Andrea Modica

Galerie Madé
30 rue Mazarine
75006 Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom