Léon Herschtritt un regard en noir et blanc sur les années 60

0

A l’occasion des 80 ans du photographe Léon Herschtritt, la galerie Esther Woerdehoff consacre une rétrospective à ce photographe humaniste.

Image à la une : Les amoureux de Paris – Café de Flore, 1967 © Léon Herschtritt / LA COLLECTION, service presse

Léon Herschtritt s’intéresse très jeune à la photographie. Après sa formation à l’École nationale de la Photographie, il embarque pour l’Algérie en tant que détaché de l’éducation nationale à l’occasion de son service militaire. Il y réalisera son premier reportage consacré aux “Gosses d’Algérie” qui lui vaudra de recevoir en 1960 à 24 ans le Prix Niépce de l’association Gens d’images.

Il travaille ensuite comme photojournaliste pour la presse et devient reporter indépendant en 1962. Il photographie ses sujets dans le monde entier avec une approche humaniste, sociale et documentaire du reportage d’actualité. En 1963, il ramène ainsi plusieurs milliers d’images d’un séjour en Afrique qui seront exposées au Musée de l’Homme et intègreront la photothèque du Ministère de la coopération.

En 1967, son travail figure dans l’exposition Tendance de la jeune photographie française à la Bibliothèque nationale. A la fin des années 60, il travaille comme cinéaste, réalise plusieurs reportages pour le cinéma et la télévision et abandonne progressivement le métier de photographe en pleine mutation.

De 1976 à 1993, il devient antiquaire, expert en photographie et appareils anciens et ouvre la première galerie consacrée à la photographie aux Puces de Saint-Ouen, qui sera transférée en 1998 à Saint Germain des Près.

Léon Herschtritt, photographe humaniste

Ces dernières années avec l’aide de son fils Laurent, le photographe a redécouvert ses archives. Ses reportages, portraits de célébrités et témoignages en noir et blanc sur le Paris des années 60, la guerre d’Algérie ou le premier Noël du Mur de Berlin, ont fait l’objet de plusieurs expositions, en particulier aux Rencontres d’Arles en 2009 et au Musée Niépce de Chalon-sur-Saône en 2016.

Avec un regard profondément humaniste, un sens inné de la composition et une vraie éthique du reportage, Léon Herschtritt a immortalisé un monde en transition et par là même la fin d’un certain monde.

Léon Herschtritt“Sur le toît” Noël à Berlin, 1961
© Léon Herschtritt / LA COLLECTION, service presse

Léon HerschtrittJeux d’enfants – Jardin du Luxembourg, vers 1968
© Léon Herschtritt / LA COLLECTION, service presse

“La photographie ne saurait être plus utile qu’en illustrant les rapports humains et en permettant à l’homme de comprendre son semblable.”
Edward Steichen, introduction à The Family of Man, 1955

Léon HerschtrittSerge Gainsbourg, vers 1969
© Léon Herschtritt / LA COLLECTION, service presse

“Lorsqu’on est derrière son viseur, on est seul. Personne ne peut voir la même chose que vous.”
Léon Herschtritt

Grandes dates

1936 : Naissance à Paris
1960 : Prix Niepce pour “Les gosses d’Algérie ». A 24 ans, il devient le plus jeune photographe à recevoir le prix.
1966 : Prix des Gens d’Images pour “Au hasard des femmes”.
1998 : Création, avec son fils, de la Galerie Laurent Herschtritt, à Saint-Germain-des-Près.
2006 : Fête ses 50 ans de photographie.

Informations pratiques

Léon Herschtritt, Photographe à vie !

Exposition du 6 au 23 décembre 2016
Vernissage mardi 6 décembre 2016, de 18h à 21h

Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière
75015 Paris – France

Du mardi au samedi de 14h à 18h
Lien : www.ewgalerie.com

Partager

A propos de l'auteur

Auteur : Antony Barroux. Depuis juillet 2006, Pixfan traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Les Peuples de Sibérie dans l’objectif de Claudine Doury

Claudine Doury est la lauréate du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière - Académie des beaux-arts 2017. Son projet...

Fermer