Le Turk Rétrospective à la Splendens Gallery.

La Splendens Gallery (Paris 8e) accueille du 7 au 25 mai 2015 la vision baroque et nostalgique de Le Turk. Une rétrospective entre sacré et profane, entre les Comics et Méliès qui balaye six années de travail et présente des séries achevées ou en cours de création comme Ecce Homo, Le Tombeau des Sirènes, La Commune ou la future série Opéra Mundi.

Depuis ses débuts, à la croisée de plusieurs disciplines, Le Turk fait une synthèse photographique de ses passages dans le dessin, la musique et la vidéo. Parti de simples portraits sur le thème du cirque avec la série Salbatar Circus pour arriver à des grandes mises en scène mystiques comme Ecce Homo en passant par La Commune.

Le TurkEcce Homo 2013
© Le Turk

Le Turk© Le Turk

Après une formation aux Beaux-Arts et à l’Université de Tours, Le Turk commence sa carrière comme directeur artistique du Centre d’Art La Rue en 2007 et devient ensuite photographe au sein de l’Agence WM à Paris.

Connu pour ses photographies extrêmement stylisées et retravaillées, le Turk acquiert rapidement une réputation en construisant un univers envoûtant, fascinant et coloré. Il a reçu le Grand Prix Azart Photographie ainsi que le 1er prix La Tribu des Artistes Chic Art Fair en 2011.

« C »est là, et c »est comme un constat donc, et quand j’ai mes images sous les yeux et que je dois parler d’elles, j’ai surtout l’impression d’avoir devant moi une Chronique improbable, un témoignage, le journal fantastique de personnages absurdes, violents, pathétiques, que j’aime, plus que tout et qui m’ont réquisitionné afin que je parle d’eux, afin que je leur construise des décors (malgré le fait que je déteste bricoler), que je demande à des modèles de leur prêter un peu de chair et d’os (malgré le froid de mon atelier) et que je continue, coûte que coûte malgré la drôle de vie qu’impose la statut «d’artiste». Alors oui, c’est une chronique, et si je n’impose jamais une grille de lecture aux spectateurs, il y a au moins une piste que j’aimerais écarter : penser que tout ceci n’est qu’une fantaisie ; penser que je fais de la photo «fantastique». Mes couleurs criardes dont je suis gourmand, les décors carton-pâte de mauvaise série B, mes personnages aux allures de cartoon, tout ça, c’est bien le réel. Une fois démasqué. C’est bel et bien de nous dont je parle. C’est bel et bien de nous dont je suis éperdument amoureux. De cette humanité changeante, aussi clownesque que sublime, de cet opéra-monde, qui continue, malgré toutes les horreurs qu’elle s’impose à elle-même, à être fascinante, à comploter en silence pour que la Beauté continue. »
Le Turk, 2014

Informations pratiques

Exposition Le Turk

Du 7 au 25 mai 2015
Vernissage le 7 mai à 18h

Splendens Gallery
37, rue Pasquier
75008 Paris

Lien : www.leturk.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom