La galerie De Lumière et de Vent à Barneville-Carteret (50) présente du 13 décembre 2014 au 25 janvier 2015 l’exposition « NAGA, Portrait hors frontières » de Yvan Travert.

« Quelque part entre ciel et terre, à la frontière entre l’Inde et Myanmar, le « Pays des Collines » semble n’avoir jamais existé.

Longtemps interdit au tourisme, il évoque tout juste pour les quelques privilégiés à en avoir entendu parler, l’insaisissable peuple Naga, coupeurs de têtes christianisés par quelque missionnaire baptiste américain du XIXe.

Le Nagaland est pourtant un des 29 états de l’Union Indienne, mais son petit deux millions d’habitants, sans communauté ethnique, linguistique et culturelle avec ses puissants voisins, se laisserait facilement oublier. Le Nagaland est un artifice, une invention, un mythe, une réalité hors limite, tardivement identifié et intégré par la Pax Britannica, puis par la Pax India, qui pouvait difficilement laisser sans contrôle les périphéries de son empire.

Le Nagaland regroupe donc des groupes ethniques hétérogènes, qui n’ont guère en commun que leur passé de petit agriculteur-chasseur-cueilleur-guerrier, d’être de type physique « Mongoloïde », et d’appartenir à la famille linguistique tibéto-birmane.

Les visages des Lothas, des Konya, des Chakhesang débordent les frontières du Nagaland vers l’Assam, l’Arunachal Pradesh, Manipur et la Birmanie : les « Naga » sont hors frontière à plus d’un titre. Et dans chacun de leurs visages, on pense saisir quelque vérité qui nous échappe sans cesse : ici un guerrier mohican, des révolutionnaires péruviens, ou quelque chamane sibérien, là une vieille chinoise, ou une délicate javanaise. La peau est brune, blanche, dorée, tatouée… ou pas, les yeux sont ronds, fendus, ou bridés. Et si le tee-shirt et le jean ont remplacé depuis longtemps les plumes, les parures en bronze, ou les tissages végétaux, si l’Anglais est la langue officielle et si le tout nouveau Nagamix essaie de faire dialoguer les cultures, chaque groupe ethnique parle encore sa propre langue, aussi différente l’une de l’autre que le Français et l’Allemand. »

Yvan TravertCollier en dents de tigre et tatouage sur le torse de M. Temung, chef du village d’Akhegwo, Tribu Poche
© Yvan Travert

Yvan Travert© Yvan Travert

Yvan Travert

Yvan Travert est un photographe indépendant qui travaille aussi sur commande pour plusieurs rédactions (Bunté, Figaro Magazine, Larousse, Nouvelles Frontières…).

L’Afrique, le Moyen-Orient et, plus récemment, l’Asie, sont ses terres de prédilection ; le religieux, les questions de développement ou tout simplement les instantanés colorés et surprenants de la vie quotidienne, ses objets de curiosité privilégiés.

Des rives du Niger aux confins du Bosphore, du Tchad au Myanmar ou de l’Inde à l’Égypte, son regard amusé saisit avec délicatesse la beauté la plus évidente ou la plus inattendue.

Informations pratiques

NAGA, Portrait Hors Frontières
Yves Travert

Exposition du 13 décembre 2014 au 25 janvier 2015
Vernissage le samedi 13 décembre 2014 à partir de 11h30

Galerie De Lumière et de Vent
14, rue du Cap
50270 Barneville-Carteret

Lien : http://delumiereetdevent.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom