Avec la série « Je marcherai sur tes traces », Laure Pubert propose un récit poétique qui a pour point de départ le roman « Les oiseaux » de l’un des plus grands écrivains norvégiens, Tarjei Vesaas.

Dans ce roman, Tarjei Vesaas raconte l’histoire de Mattis, simple d’esprit au cœur vierge et à l’âme candide que la dureté du monde réel a définitivement refoulé dans un univers de rêves.

Ce roman écrit avec une sensibilité extraordinaire, fait entrer le lecteur dans l’intimité profonde de ce personnage et l’invite à mieux aimer la vie, à apprendre à dépasser, à transfigurer les contingences : la nature, la simplicité, l’évidente et immédiate beauté d’un lac, d’une forêt, d’une aile d’oiseau, d’un regard de jeune fille en sont l’irréfutable preuve. Ils sont au-delà du malheur et de la mort et leur miracle ne périt jamais, il est à la portée du plus déshérité.

Pour Laure Pubert cette série « répondait à une urgence, celle de garder en soi la trace d’un personnage fictif, comme un double hybride, distinct du personnage inventé, dont la confrontation avec le réel a créé une chimère. »

L’exposition est organisée dans le cadre des 6èmes Rencontres Photographiques du 10e.

Laure Pubert© Laure Pubert

Laure Pubert est née en 1977. Titulaire d’un doctorat en droit international public, elle occupe pendant quatre années les fonctions de chercheur au CNRS, avant d’orienter sa carrière en 2013 vers la photographie. De sa formation initiale, elle a conservé un intérêt pour le travail de recherche en tant que processus d’expérimentation. Dès 2011, elle suit des cours à l’association chargée de promouvoir la photographie contemporaine à Strasbourg, La Chambre. Elle a notamment suivi les formations de Richard Pak, Antoine d’Agata et Anders Petersen.

Elle participe à sa première exposition collective en 2012 dans le cadre des Rencontres d’Arles. Depuis son installation à Paris en 2014, elle a notamment travaillé comme assistante avec le photographe et réalisateur Franck Landron.

Laure Pubert pratique une photographie intuitive où l’instinct est le principal moteur. Sa pratique puise son inspiration dans la capacité de chacun à pressentir, ressentir, comprendre le milieu cosmique qui l’entoure. La part de révélation y est primordiale ainsi que le rapport à l’invisible-matière qui y tient un rôle majeur marqué par un intérêt premier pour la sculpture et le dessin

Informations pratiques

Laure Pubert
«Je marcherai sur tes traces»

Exposition du 27 octobre au 8 novembre 2015, présentée à l’occasion de l’exposition « Légende(s) »
Tous les jours de 14h à 20h
Vernissage le jeudi 29 octobre 2015, de 18h à 22h

Espace Beaurepaire
28 rue Beaurepaire
75010 Paris

Lien : http://www.espacebeaurepaire.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom