A l’occasion des 25 ans de l’agence OSTKREUZ fondée après la chute du mur de Berlin par quatre photographes est-allemands, 2 expositions sont présentées à Paris dans le cadre de la 19e édition de Paris Photo.

Couverture © Syibylle Bergemann

L’agence OSTKREUZ fondée en 1990 est devenue en un quart de siècle l’un des collectifs de photographes allemands les plus renommés. Le Goethe-Institut Paris organise dans deux lieux parisiens une rétrospective présentant tout l’éventail photographique de l’agence berlinoise.

OSTKREUZ en 1990L’agence OSTKREUZ en 1990

OSTKREUZ en 2015L’agence OSTKREUZ en 2015

Cette rétrospective est l’occasion de comprendre comment cette agence aborde et comprend la photographie. D’un côté, il y a le travail sur Berlin et son évolution. Et de l’autre, il y a le regard spécifique que portent les photographes sur le monde.

Exposition du 13 novembre au 18 décembre 2015 au Goethe-Institut

Quatre photographes est-allemands ont développé, dès les années 1970, une œuvre passionnante, personnelle et engagée : Sibylle Bergemann, Harald Hauswald, Ute Mahler et Werner Mahler.

L’exposition met en avant quatre séries significatives (Das Denkmal, Alltag, Zusammenleben, Die Abiturienten ) et encore trop méconnues de l’histoire de la photographie allemande de la deuxième moitié du XXe siècle.

25 ANS OSTKREUZ – Un anniversaire à Paris
GOETHE-INSTITUT PARIS
17 avenue d’Iéna
75116 PARIS

L'agence OSTKREUZ© Syibylle  Bergemann

from the series: “Das Denkmal"© Sibylle Bergemann

from the series: “The Graduates"© Ute & Werner Mahler

Exposition du 13 au 29 novembre 2015 au Passage du désir

Passage du Désir
85-87, rue du Faubourg Saint Martin
75010 Paris

Annette Hauschild, Hit the Road Jack

Au cours de ces dernières années, Annette Hauschild s’est intéressé au sort des Tsiganes, la plus grande minorité européenne. Rejetés et exclus par les sociétés de leurs pays d’accueil (comme de leurs pays de naissance), les Tsiganes ne peuvent développer aucune perspective d’insertion sociale. C’est dans l’intimité seulement que s’exprime chez eux le besoin d’une patrie – qui ne peut être obligatoirement que la famille.

from the series Hit the Road Jack© Annette Hauschild

Dawin Meckel, DownTown

Depuis le début du XXe siècle, Detroit était le centre de la production automobile américaine. Le déclin de l’industrie phare de la ville a créé une ville fantôme. Dawin Meckel a photographié les immeubles vides, les rues désertées et dégradées, au milieu de gigantesques complexes industriels en ruines. Les gens qui sont restés là n’ont aucune perspective d’avenir, ce sont les habitants des ruines de l’ère industrielle qui vient de prendre fin.

from the series:“Detroit"© Dawin Meckel

Espen Eichhöfer, Naissance d’un État

Le 9 juillet 2011, lorsque la première Fête de l’Indépendance a été célébrée au Soudan du Sud, six mois s’étaient écoulés depuis le référendum fondateur de cet État. Auparavant, la population noire du Sud, riche en matières premières, s’était battue pendant plus de vingt ans pour s’émanciper du Nord à majorité arabe et musulmane – au prix de milliers de victimes et de ravages terrifiants sur des régions entières. La paix fut toutefois de courte durée dans le nouvel État : à peine deux ans plus tard y éclata une nouvelle guerre civile qui dure toujours.

Les gestes et postures revendiquant la légitimité, saisis par Espen Eichhöfer lors des festivités de 2011, étaient tous marqués par l’urgence et par la fragilité.

Becoming South Sudan, GUARD, 2011© Espen Eichhöfer

Frank Schinski, Le Tribunal International

Le tribunal international a été fondé en 2002 comme institution indépendante, pour juger dans le monde entier les crimes de génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre. Dans ce travail long et complexe, le tribunal bénéficie (en principe) de la coopération politique et policière des États mondiaux : 123 d’entre eux ont jusqu’à présent reconnu cette instance, y compris la Sierra Leone et le Congo – mais pas la Chine ni les États-Unis.

aus der Serie "Weltgericht"© Frank Schinski

Harald Hauswald, Mainzer Straße

Après la chute du Mur, de nombreux habitants du quartier de Kreuzberg sont venus squatter des immeubles vacants de l’ancien Berlin-Est. Le 14 novembre 1990, la police procède à une série d’expulsions dans la Mainzer Straße. Harald Hauswald a photographié les protagonstes des deux côtés, esquivant aussi bien les pierres et les pavés lancés par les squatters que les canons à eau de la police. Il a parfaitement saisi l’atmosphère explosive de cette journée particulière.

DDR© Harald Hauswald

from the series Mainzer Straße© Harald Hauswald

Heinrich Völkel, The Terrible City

De prime abord, Gaza est un lieu inhospitalier, pris sous les feux croisés du Hamas, du Fatah et de Tsahal (l’armée israélienne), ravagé par les bombardements et les incendies. Vu de l’extérieur, on se demande comment la vie y est possible. Les habitants de Gaza se sont pourtant arrangés pour vivre entre les ruines.

Die Stadt - Vom Werden und Vergehen© Heinrich Völkel

Jordis Antonia Schlösser, La Havane entre deux époques

De 1992 à 2000, Jordis Antonia Schlösser s’est immergée à plusieurs reprises et pour de longues périodes dans la vie quotidienne de La Havane. Ses photographies rendent l’atmosphère de claustrophobie régnant dans la capitale cubaine, avec ses pénuries et ses désagréments, mais aussi ses pulsions de vie irrésistibles.

from the series:“La Havane entre deux époques"© Jordis Antonia Schlösser

Jörg Brüggemann, Metalheads

À la fin des années 2000, Jörg Brüggemann a parcouru l’Europe et les États-Unis, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud-Est et l’Amérique du Sud pour suivre et documenter la communauté «métal».

Metalheads© Jörg Brüggemann

Julian Röder, World of Warfare

En février 2011, des fabricants d’armes, des militaires et des officiels venus de 150 nations se sont retrouvés à Abou Dhabi pour la plus grande foire aux armements du Proche-Orient.

Julian Röder a repéré à l’IDEX les mécanismes en action du monde de la guerre, les différends internationaux étant momentanément mis entre parenthèses, le temps de faire des affaires.

IDEX© Julian Röder

Linn Schröder, Je pense aussi photos de famille

Linn Schröder s’est intéressé aux photos de famille et l’image que nous nous faisons de la famille.

from the series: "Ich-denke-auch-Familienbilder"© Linn Schröder

Marc Beckmann, Anniversaires

L’histoire se fait au présent, mais ses matériaux proviennent du passé. Aux quatre coins du monde, les jubilés et anniversaires des événements importants sont célébrés par des festivités au cours desquelles le souvenir est mis en scène dans des parades, des discours et des postures émotionnelles ou politiques.

Marc Beckmann a enquêté pendant dix ans, dans le monde entier, sur ces manifestations mémorielles.

from the series: “Anniversaries"© Marc Beckmann

Maurice Weiss, Ciel de plomb

Le visage d’une ville a rarement changé aussi vite et aussi radicalement que celui du centre de Berlin, dans les années 1990. Les polaroids de Maurice Weiss sont des images de ce processus passager : ils forment le portrait d’une ville « entre les temps ».

from the series: "Berlin Polaroids"© Maurice Weiss

Sibylle Bergemann, RambaZamba

Sibylle Bergemann s’est approprié l’esthétique floue du polaroid pour créer un monde d’images unique et poétique. Pendant plus de dix ans, elle a suivi la troupe de théâtre berlinois RambaZamba, dont les acteurs sont handicapés mentaux.

RambaZamba© Sibylle Bergemann

Sibylle Fendt, Voyage des Gärtner

Que reste-t-il d’une vie, d’un amour, quand le passé commun menace de disparaître à la fin ? Lorsqu’on diagnostique chez son épouse Elke une maladie d’Alzheimer, démence progressive qui prive l’être humain de sa mémoire et pour finir de sa personnalité, Lothar Gärtner décide d’entreprendre un ultime voyage en camping-car.

Sibylle Fendt a accompagné le couple. Ses images montrent la tendresse aimante et patiente avec laquelle Lothar Gärtner s’occupe de sa femme.

from the series:“Gärtners Reise"© Sibylle Fendt

Stephanie Steinkopf, Manhattan

« Manhattan » se situe dans le Brandebourg, à une centaine de kilomètres à l’est de Berlin, près de la frontière polonaise. À l’époque de la République Démocratique Allemande, on construisit à Letschin deux immeubles d’appartements de quatre étages, alors réalisations de prestige et baptisées par les habitants d’après l’île new-yorkaise où se concentrent les gratte-ciel.

Stephanie Steinkopf a suivi pendant trois ans les habitants de ces immeubles qui ne sont plus qu’une quarantaine sur les deux cents que comptait les immeubles. Elle a saisi leur vie aux marges de la société allemande nouvelle, dans des photographies aussi empathiques que bouleversantes.

121010st24© Stephanie Steinkopf

Thomas Meyer, Inside Stasi

La Stasi avait élaboré en République démocratique allemande un énorme dispositif lui permettant d’espionner et d’opprimer la population, afin de la maintenir étroitement sous contrôle.

Thomas Meyer a visité les lieux qui racontent les activités de la Stasi : le bunker des Services, non loin de Leipzig, la prison de haute sécurité, l’ancien siège du ministère à Berlin ou l’administration centrale. Il dévoile l’absurdité et les bizarreries qui caractérisaient ce système de surveillance.

Stasi, Ministerium der Staatssicherheit der DDR (MfS)#© Thomas Meyer

Tobias Kruse, Material

Comment pouvons-nous représenter nos expériences parfois immatérielles ? Tobias Kruse a fixé, au cours des dix dernières années, les moments ineffables de la vie.

from the series: "Material"© Tobias Kruse

Ute Mahler & Werner Mahler, Les jours étranges

Ute Mahler et Werner Mahler se sont rendus ensemble dans diverses régions d’Allemagne, à la recherche de l’inattendu. Avec un flair prodigieux pour les détails énigmatiques, ils ont trouvé des images qui mettent sous nos yeux la beauté poétique du connu et de l’éphémère.

aus der Serie "Zusammenleben"© Ute & Werner Mahler

"Die seltsamen Tage"© Ute & Werner Mahler

Site internet de l’agence OSTKREUZ http://www.ostkreuz.de/en/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom