AccueilFocusLa Vie Des Autres par Meg McKenzie Ryan

La Vie Des Autres par Meg McKenzie Ryan

La dernière exposition virtuelle de All About Photo, intitulée « La vie des autres » pour le mois de mars, met en lumière le travail d’une brillante photographe.

Explorant les rues animées de Mexicali, au Mexique, Meg a entrepris un projet photographique remarquable. À travers son objectif, elle n’a pas seulement saisi des instants et raconté des histoires propres à la culture locale, mais a également réussi à capturer l’essence même de la vie dans sa forme la plus authentique, en optant pour l’insolite format de photo circulaire.

Ce format atypique pousse les observateurs à dépasser leurs perceptions habituelles. Il est d’ailleurs très estimé par des icônes telles que Richard Avedon, célèbre pour son utilisation d’appareils photo grand format et pour ses tirages de grande taille qui révèlent un souci du détail exceptionnel.

La Vie Des Autres
La vie des autres Photo Meg McKenzie Ryan/All About Photo

Avedon avait une prédilection pour les arrière-plans blancs simples, qui permettaient de faire ressortir les visages tachetés de rousseur, une tache sur un vêtement due à un repas récent, des rides et tous les détails capables d’enrichir une scène.

Meg McKenzie Ryan emploie un appareil photo grand format 8×10 équipé d’un objectif 4×5. Du fait que l’objectif est plus petit et ne recouvre pas entièrement la surface visée, elle obtient des clichés au format circulaire.

Cette approche esthétique répond à son désir d’appréhender avec précision son sujet. Armée de son appareil, elle a exploré les rues de Mexicali, vibrant centre de la Basse-Californie peuplé d’un million d’habitants, cherchant à décrypter les relations profondes entre les individus et leur milieu.

C’est dans les quartiers défavorisés, face aux épreuves palpables, que Meg a puisé son inspiration.

Meg a résidé juste au nord de la frontière, à Mexicali, au cœur du désert californien. Ici, l’été s’étire sur sept mois, avec des températures journalières frôlant systématiquement les 46°C, et des nuits où le mercure reste proche des 32°C.

La Vie Des Autres
Photo Meg McKenzie Ryan/All About Photo

De plus, la région est marquée par de grandes failles sismiques qui, tous les dix ans environ, sont le théâtre de séismes importants. Ces événements naturels génèrent des fissures dans le terrain et entraînent souvent la chute des bâtiments.

Munie de son appareil photo, Meg a arpenté les bidonvilles de Mexicali, sollicitant l’autorisation de capturer des moments au gré de ses rencontres. Sa demande a toujours été accueillie favorablement.

L’œil perspicace de Meg ne se limite pas aux sujets humains ; il englobe toute la scène. Les mères, gardiennes discrètes mais omniprésentes, et les enfants, observateurs passionnés, enrichissent le récit. Les craquelures du crépi, les constructions de fortune et la chaleur accablante de l’été se conjuguent pour dresser un portrait détaillé et significatif.

À travers les clichés de Meg, le public est invité à un voyage où chaque photographie est une fenêtre ouverte sur la vie, offrant une histoire à découvrir et à interpréter.

La Vie Des Autres
Photo Meg McKenzie Ryan/All About Photo
La Vie Des Autres
Photo Meg McKenzie Ryan/All About Photo

Prenez un moment, observez attentivement et laissez les histoires de Mexicali se révéler devant vos yeux

La Vie Des Autres par Meg McKenzie Ryan

La région frontalière de Mexicali/Calexico

Divisée par le Río Nuevo et le mur frontalier, cette province incarne la complexité des enjeux frontaliers entre les États-Unis et le Mexique.

Symbolisant à la fois une séparation et un lien, elle est le théâtre d’un intense va-et-vient transfrontalier, avec plus de 4 millions de véhicules et 4,8 millions de piétons annuellement, faisant d’elle l’un des passages les plus fréquentés de Californie.

Malgré une histoire et culture communes, Mexicali et Calexico font face à des défis tels que la gestion de l’eau et les implications géopolitiques de sa pénurie, les préoccupations environnementales et de travail liées aux nombreuses maquiladoras, ainsi que les problèmes de sécurité dus à la violence et au trafic de drogue.

Néanmoins, cette région demeure un espace vibrant où cultures et économies se rencontrent de manière captivante.

Meg McKenzie Ryan

Meg McKenzie Ryan, originaire de Los Angeles s’est mariée jeune avant même d’obtenir son diplôme universitaire. Elle a suivi son mari à Hong Kong, où elle a acheté son premier appareil photo.

Sans connaissances en photographie, elle s’est inscrite à un cours gratuit à l’Université de Californie à Los Angeles, où Jerry McMillan, actif dans la scène artistique des années 70 et fervent défenseur de la photographie comme art, était son instructeur.

Elle a ensuite obtenu une licence en photographie à l’Université d’État de Californie à Northridge. Après s’être remariée, Meg a vécu au Burkina Faso puis à Lomé, au Togo, où sa fille est née. Confrontée à une culture radicalement différente de celle de Los Angeles, elle a été impressionnée par les nombreux aspects nouveaux de la vie quotidienne, ce qui représentait un défi pour elle et son appareil photo.

Après s’être installée à Bloomington, Indiana, Meg a poursuivi une maîtrise en photographie, guidée par Jeff Wolin qui l’a influencée à utiliser un appareil photo grand format 8 x10. À cette période, elle se concentrait sur la photographie de paysages, tandis que Wolin réalisait des projets sur les survivants de l’Holocauste et les sans-abri.

Par la suite, Meg a déménagé à El Centro, dans le désert californien, où elle a travaillé comme photographe pour un quotidien local, une expérience qui l’a aidée à se spécialiser dans la photographie sociale.

Cette évolution l’a menée au projet « La vie des autres », inspiré par sa proximité avec Mexicali, une ville frontalière du Mexique.

Son expérience en photojournalisme et son séjour en Afrique de l’Ouest ont orienté ses travaux vers le documentaire, avec un intérêt particulier pour le portrait.

Ce parcours lui a apporté une expérience enrichissante, qu’elle souhaite partager à travers ses photographies.

Antony Barroux
Antony Barroux
Note éditoriale : Nous percevons une commission sur les liens partenaires présents sur Pixfan. Les commissions n'affectent pas les opinions ou les évaluations de nos rédacteurs. Si vous souhaitez nous aider, pensez à utiliser nos liens partenaires. Code créateur : PIXFAN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Best of