Accueil Focus Seules 24 personnes ont vu la Terre en entier depuis l’espace

Seules 24 personnes ont vu la Terre en entier depuis l’espace

la terre entière vue de l'espace

Seules 24 personnes ont voyagé assez loin pour voir la Terre en entier dans le noir de l’espace. Voici une sélection des plus belles photographies de la Terre vue de l’espace, des images emblématiques de la NASA et des joyaux inconnus. Ces magnifiques images ont été restaurées numériquement par Toby Ord.

Pour trouver de superbes photographies de la Terre, il faut remonter aux années 1960 et 1970. Le programme Apollo, avec ses neuf voyages vers la Lune, est la seule fois où les humains ont dépassé l’orbite terrestre basse; la seule occasion qu’ils ont eu de prendre des photographies de la Terre en entier depuis l’espace. Et, ils ne l’ont pas gâché.

Avec une grande prévoyance, la NASA a équipé les astronautes de certains des meilleurs appareils photo jamais fabriqués – des Hasselblad spécialement modifiés, avec des objectifs Zeiss, et des films Kodak Ektachrome 70 mm. Mais malgré ces modifications, ils n’étaient pas faciles à utiliser. Les appareils n’avaient pas de viseur ou de télémètre, juste un simple anneau de visée. La composition, la mise au point et l’exposition sont le fruit d’un mélange d’intuition et de devinette.

  • Appareil photo – Hasselblad 500 EL spécialement modifié
  • Objectif – Zeiss Planar 𝑓-2.8/80mm, Zeiss Sonnar 𝑓-5.6/250mm
  • Film – 70 mm Kodak Ektachrome (couleur), et Panatomic-X (noir et blanc)

Les photographies qu’ils ont prises ont changé le cours de l’histoire.

Mission Apollo 4

Une vue à couper le souffle du croissant de Terre.

L’une des toutes premières photographies de la Terre en entier depuis l’espace, et l’une des plus belles. Elle a été prise la veille de la célèbre photographie qui ornait le Whole Earth Catalog (par le satellite ATS-III) et juste un jour après la toute première photographie en couleur de la Terre entière (également par ATS-III).

À travers les nuages, nous voyons une tranche de l’océan Atlantique. L’Afrique serait au centre de notre vue, mais elle est dans l’obscurité.

La photo a été prise par une caméra automatique à bord de la mission non habitée Apollo 4, le premier vol de la fusée Saturn V. Elle a été prise à une distance de 18 000 mètres. Elle est prise à une distance de 18 000 km (5 % du trajet vers la Lune), près de l’apogée du vol. C’est la seule image de cette collection qui n’a pas été prise avec un appareil Hasselblad et qui n’a pas été prise par des mains humaines.

Date – 9 Nov 1967 à 18:06 UTC
Appareil photo – J. A. Maurer, Model 220 G, 70mm
Réglages – ƒ/8, 1/500s
Objectif – 76mm Kodak Ekar ƒ/2.8
Code – AS04-01-0550
Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Mission Apollo 8, le moment où des hommes ont vu pour la première fois avec leurs yeux la Terre en entier

Flottant dans l’espace, l’équipage d’Apollo 8 a vu la Terre sous cet angle inattendu, avec le Nord en bas à gauche. Cette photo a été prise sur le chemin de la Lune, à une distance de 27 000 km.

Jim Lovell : Mon ami, c’est vraiment difficile de décrire à quoi ressemble cette Terre. Je regarde par mon hublot central, qui est rond, et le hublot est plus grand que la Terre en ce moment. Je peux clairement voir le pôle Nord. Je peux voir la plupart de l’Amérique du Sud, jusqu’à l’Amérique centrale, le Yucatán et la péninsule de Floride. Il y a un grand mouvement de tornade juste au large de la côte est, et en continuant vers l’est, je peux encore voir l’Afrique de l’Ouest, qui a quelques nuages en ce moment. Nous pouvons voir tout le chemin jusqu’au Cap Horn en Amérique du Sud.

Michael Collins :   Bon sang, ça doit être une sacrée vue.

Date – 21 Dec 1968 à 17:15 UTC
Objectif – Zeiss Planar ƒ-2.8/80mm
Code – AS08-16-2593

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Mission Apollo 8, la première photographie du lever de terre. Prise par Bill Anders quelques instants avant la plus célèbre photo en couleur

Toutes les images du “lever de terre” sont prises depuis l’orbite lunaire, au moment où le vaisseau spatial contourne la face cachée de la Lune et voit à nouveau la Terre. C’est également le moment où le contact radio avec la Terre peut être rétabli. Le compte-rendu de la mission fait état de leur joie :

Anders :   Oh mon Dieu ! Regardez cette image là-bas ! C’est la Terre qui apparaît. Wow, c’est joli.

Borman : [plaisantant] Hé, ne prenez pas ça, ce n’est pas prévu.

Anders :   [rires] Tu as une pellicule couleur, Jim ? Passez-moi ce rouleau de couleur rapidement, voulez-vous…

Lovell :   Oh mec, c’est génial !

Date – 24 Décembre 1968 à 16:38:44 UTC
Vitesse d’obturation – 1/250s
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS08-13-2329

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

La Terre en entier depuis l’espace : Mission Apollo 8, “Earthrise”

L’une des photographies les plus célèbres de tous les temps, prise par Bill Anders, est le premier lever de terre en couleur.

Elle est exposée ici dans son orientation originale, avec le nord en haut. On peut voir la nuit tomber sur l’Afrique et les nuages sur l’Europe et les Amériques.

Parce qu’il s’agissait de l’une des premières photographies de la Terre en circulation dans le public et qu’elle soulignait sa fragilité par contraste avec la surface lunaire stérile, “Earthrise” est devenue une icône écologiste.

C’était le spectacle le plus beau et le plus émouvant de ma vie, un spectacle qui a fait déferler sur moi un torrent de nostalgie, de pur mal du pays.
– Frank Borman, Apollo 8

Nous avons parcouru tout ce chemin pour explorer la lune, et le plus important est que nous ayons découvert la Terre .
– Bill Anders, Apollo 8

Date – 24 Décembre 1968 à 16:39:39 UTC
Ouverture – ƒ/11
Vitesse d’obturation – 1/250s
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS08-14-2383

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 10 : Une vue de l’Amérique du Nord et du Pacifique à une distance d’environ 48 000 km, sur le chemin de la Lune

Le nord est en bas à droite.

C’est ma photo préférée d’Apollo 10. … Voir notre planète de ce point de vue était absolument impressionnant. C’était presque à couper le souffle. Cela m’a rappelé la phrase de Socrate en 399 avant Jésus-Christ, avant que le vol au-dessus du sol ne soit théorisé : “L’homme doit s’élever au-dessus de la Terre – aux limites de l’atmosphère et au-delà – ainsi seulement pourra-t-il comprendre tout à fait le monde dans lequel il vit.”
– Thomas Stafford, Apollo 10

Date – 18 mai 1969
Objectif – Zeiss Planar ƒ-2.8/80mm
Code – AS10-34-5013

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 11 : Une vue imprenable de l’océan Pacifique et de la côte ouest de l’Amérique du Nord

Prise par l’équipage d’Apollo 11 lors de son voyage vers la Lune.

Date – 16 juillet 1969
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS11-36-5339

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 11 : Une vue de l’Afrique, de l’Europe et du Moyen-Orient, prise par l’équipage d’Apollo 11 depuis environ mi-distance de la Lune

C’est cette image qui sera plus tard envoyée sur les disques d’or de Voyager (ou Voyager Golden Record). Ils seront embarqués dans les deux sondes spatiales Voyager, lancées en 1977, servant de « bouteille à la mer interstellaire » destinée à d’éventuels êtres extraterrestres.

Date – 17 juillet 1969
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS11-36-5355

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 11 : Retour sur Terre

Après 22 heures passées sur la Lune, Neil Armstrong et Buzz Aldrin retournent en orbite à bord du module lunaire, prêts à rejoindre Michael Collins et à entamer le long voyage de retour.

Collins, qui est resté en orbite à bord du module de commande, est derrière l’objectif. Tous les autres membres de l’équipage sont devant l’objectif.

Petit à petit, ils se sont rapprochés, comme s’ils étaient sur des rails, et j’ai pensé : ” Quel beau spectacle “, qui devait être enregistré. Alors que je prenais mon Hasselblad, la Terre a soudainement surgi à l’horizon, directement derrière l’aigle. Je n’aurais pas pu faire une meilleure mise en scène”.
– Michael Collins, Apollo 11

Date – 21 juillet 1969
Objectif – Zeiss Planar ƒ-2.8/80mm
Code – AS11-44-6642

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 11 : Un magnifique croissant de Terre

Prise par l’équipage d’Apollo 11 sur le chemin du retour. Sur cette image, le Nord est en bas. Près du centre se trouve la pointe sud de l’Afrique, pointant vers le haut. La lumière du soleil scintille sur les marécages et les rivières.

Bizarrement, la sensation dominante que j’ai eue en regardant la Terre était : “Mon Dieu, cette petite chose est si fragile”.
– Michael Collins, Apollo 11

Date – 24 juillet 1969
Objectif – Zeiss Planar ƒ-2.8/80mm
Code – AS11-44-6689

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 11 : Sur le chemin du retour

Sur cette image, le Nord est en bas. Près du centre se trouve la pointe sud de l’Afrique, pointant vers le haut. La lumière du soleil se reflète sur les zones humides et les rivières.

Date – 24 juillet 1969
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS11-44-6692

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 11 : Le croissant de Terre qui s’amenuise jusqu’au néant

Ce qui m’a vraiment surpris, c’est qu’il dégageait une impression de fragilité. Et pourquoi, je ne le sais pas. Je ne le sais toujours pas à ce jour. J’avais l’impression qu’il était minuscule, qu’il était brillant, qu’il était beau, qu’il était une maison, et qu’il était fragile.
– Michael Collins, Apollo 11

Date – 24 juillet 1969
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS11-44-6693

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 12

Une photographie sous-exposée d’une demi-Terre suspendue dans le vide. En regardant de plus près, on peut voir les Amériques sous les nuages. Elle a été prise par l’équipage d’Apollo 12 peu de temps après avoir quitté la Terre.

Date – 14 novembre 1969
Objectif – Zeiss Planar ƒ-2.8/80mm
Code – AS12-50-7351

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 12 : Un lever de terre en forme de croissant

Elle a été prise par Richard Gordon, seul à bord du module de commande alors que les autres étaientsur la surface lunaire. Sous les nuages se trouve l’océan Indien.

Date – 19 Nov 1969 à 12:00 UTC
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS12-51-7527

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 17 : Un lever de terre surréaliste en forme de croissant

Pris par l’équipage d’Apollo 17, un jour après qu’ils se soient retrouvés en orbite lunaire. Ils ne se doutaient pas qu’il faudrait attendre plus de cinquante ans avant que quelqu’un d’autre ne touche à nouveau la Lune.

Date – 16 décembre 1972 à 04:10 UTC
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS17-152-23272

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

Apollo 17 : La dernière photographie de la Terre prise par l’homme

Elle a été prise par l’équipage d’Apollo 17 alors qu’il rentrait sur Terre.

Vous devez littéralement vous pincer et vous poser la question, silencieusement : Savez-vous où vous êtes à ce moment précis dans le temps et l’espace, dans la réalité et dans l’existence, alors que vous pouvez regarder par la fenêtre et que vous regardez la plus belle étoile du ciel – la plus belle parce que c’est celle que nous comprenons et que nous connaissons, c’est la maison, ce sont les gens, la famille, l’amour, la vie – et en plus, elle est belle. On peut la voir d’un pôle à l’autre, par-delà les océans et les continents, et on peut la regarder tourner sans qu’aucune corde ne la retienne, et elle se déplace dans une obscurité qui dépasse presque l’entendement”.
– Eugene Cernan, Apollo 10 & 17

Date – 17 décembre 1972 à 23:00 UTC
Objectif – Zeiss Sonnar ƒ-5.6/250mm
Code – AS17-152-23420

Crédit : NASA
Restauration : Toby Ord

La restauration des photographies par Toby Ord

Lorsque le Philosophe d’Oxford, Toby Ord a cherché les versions haute définition de ces images emblématiques pour son ouvrage intitulé “The Precipice“, il a été déçu.

Chaque image disponible était entachée d’une faible résolution, d’une mauvaise compression, d’une surbrillance ou de couleurs délavées. Ce sont les photographies les plus marquantes de notre époque, les meilleures représentations de notre Terre fragile, mais elles ont été négligées.

Il a donc cherché les originaux. Les films photographiques des missions Apollo ont été extrêmement bien conservés – stockés pour la postérité dans un congélateur au sein des archives de la NASA. Le film original a été scanné numériquement plusieurs fois au fil des ans. Et à sa grande joie, beaucoup de ces scans bruts étaient disponibles en ligne.

À première vue, ils présentaient encore plus de défauts que les reproductions : poussières et rayures, reflets étranges des couleurs, sous-exposition ou surexposition extrêmes. Mais ils portaient en eux le potentiel nécessaire pour remédier à ces défauts et révéler leur beauté. 

Intrigué par les possibilités offertes, Toby a commencé à chercher de plus en plus d’images de la Terre en entier depuis l’espace. Sa quête l’a conduit à parcourir plus de 18 000 images du programme Apollo (tous les clichés Hasselblad), pour trouver les bonnes images à utiliser.

Parmi elles, de nombreuses images familières de notre monde, utilisées dans toutes sortes d’applications, des campagnes de protection de l’environnement aux matrices de fond des films spatiaux. Mais il a également découvert une grande richesse de photographies qui étaient rarement, voire jamais, restaurées. 

Dans certains cas, la Terre était représentée d’une manière si étrange et inédite que les catalogueurs n’avaient même pas reconnu que la photographie montrait notre planète. Dans d’autres cas, les photographies ont été jugées de si mauvaise qualité que la plupart des séries de scans disponibles ne les incluent même pas. Et pourtant, parmi ces clichés se trouvaient certaines des meilleures photographies de notre planète jamais prises.

Toby Ord a patiemment restauré ces images. Il a été guidé tout au long de ce travail par deux principes :

  • être fidèle aux photographies,
  • être fidèle à la Terre.

Les photographies d’Apollo sont des œuvres d’art historiques. En les restaurant, il a cherché à faire ressortir leur propre beauté. Il s’est abstenu de recomposer les images en les recadrant, ou d’essayer de laisser sa propre marque ou interprétation. Les photographies d’Apollo constituent également un témoignage scientifique sur notre belle planète.

Les principales modifications apportées sont :

  • suppression manuelle de la poussière et des rayures,
  • suppression manuelle du réticule noir des deux images qui le contiennent,
  • ajustement du point noir jusqu’à ce que le fond de l’espace apparaisse vraiment noir,
  • ajustement de la courbe de contraste pour faire ressortir les détails dans les hautes lumières et les ombres,
  • réglage de la balance des blancs à partir des nuages ou de la glace.

Toutes les images en haute définition sont disponible sur le site de Toby Ord.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Quitter la version mobile