AccueilActualité PhotoTransformation numérique et photoLa Photographie Va-t-elle Perdre Son Âme ? L'IA et l'avenir de la...

La Photographie Va-t-elle Perdre Son Âme ? L’IA et l’avenir de la photo

Autoportrait dans le miroir, Frédéric Boissonnas Photo domaine public

L’intelligence artificielle générative remet profondément en cause la définition traditionnelle de la photographie en tant que représentation du monde physique.

Ces outils numériques sont à présent capables de synthétiser des images aux apparences trompeusement réalistes. Il devient dès lors ardu de distinguer le bon grain de l’ivraie.

L’intelligence artificielle générative soulève de graves interrogations quant à la frontière de plus en plus floue entre réalité tangible et pure fabrication, exposant notre société à un risque inédit de manipulation par l’image.

La Photographie va-t-elle Perdre Son Âme ? L’Intelligence Artificielle Générative déshumanisent la pratique.

En permettant la création d’illusions visuelles parfaites, l’intelligence artificielle générative est le ferment d’une remise en question de la notion même de vérité et des liens unissant représentation et référent.

Certains artistes exploitent déjà le potentiel de ces technologies pour repousser les limites de la créativité et susciter, chez le spectateur, un regard neuf et distancié sur sa propre capacité à discerner le réel du simulacre.

la photographie va-t-elle perdre son âme
La Photographie va-t-elle Perdre Son Âme ?
Portrait réalisé à l’aide de l’IA générative Cyberlink PhotoDirector 365

Le conservateur du Musée d’art moderne de New York de 1962 à 1991, le photographe John Szarkowski, a décrit la photographie comme « l’acte de pointer, de montrer du doigt ».

Depuis son invention il y a près de deux siècles, la photographie a consisté à offrir une perspective visuelle sur le monde physique en utilisant la lumière pour capturer des images sur des supports photosensibles tels que les plaques et les films, ainsi que plus récemment sur des capteurs numériques.

Lorsque le numérique a commencé à se démocratiser, beaucoup de photographes ont déploré l’abandon de l’argentique, mais, dans l’ensemble, la définition de John Szarkowski était toujours valable. Or, avec l’avènement des générateurs d’images artificielles, cette définition n’est plus pertinente.

La Photographie va-t-elle Perdre Son Âme ?

Les artistes explorent les implications de l’IA générative, en repoussant les limites de la créativité et en invitant les spectateurs à remettre en question leur regard. Ils utilisent ces outils pour créer des images qui semblent sortir de leur imagination, tout en soulignant les biais et les enjeux de propriété liés à l’IA.

L’IA générative et le droit d’auteur

Il s’agit d’un domaine juridique complexe et en constante évolution. Voici quelques-uns des principaux problèmes :

  • Qui est le titulaire du droit d’auteur sur les œuvres créées par l’IA générative ? Est-ce le créateur du prompt, le développeur de l’IA ou l’IA elle-même ?
  • Les œuvres créées par l’IA générative sont-elles protégées par le droit d’auteur ? Si oui, dans quelle mesure ?
  • L’utilisation d’œuvres protégées par le droit d’auteur pour entraîner des IA génératives constitue-t-elle une violation du droit d’auteur ?
  • Comment faire respecter les droits d’auteur sur les œuvres créées par l’IA générative ?

Loin d’être simple, le statut juridique des créations issues de l’IA est un sujet brûlant qui suscite de nombreux débats. Explorons ensemble les subtilités de ce domaine et les implications qu’il pourrait avoir sur l’avenir de la propriété intellectuelle.

Le Copyright Office Américain

Aux États-Unis, le Copyright Office, l’organisme chargé de l’enregistrement des droits d’auteur, adopte une position plutôt stricte. En effet, il refuse catégoriquement d’accorder une protection par le droit d’auteur aux œuvres créées uniquement par une intelligence artificielle.

Pourquoi une telle décision ? Le fondement du droit d’auteur repose sur la notion d’« œuvre de l’esprit originale ». En d’autres termes, l’œuvre doit être le fruit d’un processus créatif et intellectuel d’un être humain. Or, l’IA, aussi performante soit-elle, n’est actuellement pas considérée comme capable d’une telle démarche créative indépendante.

L’Intervention Humaine : Une Clé pour la Protection

Toutefois, la situation n’est pas complètement bloquée. Si une intelligence artificielle est utilisée comme un simple outil dans le cadre d’un processus créatif dirigé par un humain, alors l’œuvre finale peut bénéficier du droit d’auteur.

Le seuil d’originalité : Un point crucial

Il est important de noter que l’intervention humaine ne suffit pas à elle seule. L’œuvre finale doit également répondre au critère d’originalité. Cela signifie qu’elle doit présenter un caractère unique et non-trivial, et ne pas être une simple copie d’éléments préexistants.

 L’Union Européenne : Une Approche Plus Nuancée

Face à l’évolution rapide de l’IA, l’Union Européenne se montre plus ouverte à la question de la titularité des droits d’auteur par les intelligences artificielles. En 2023, la proposition d’une directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique a surpris son monde en envisageant la possibilité d’accorder aux IA la qualité d' »auteur » dans certains cas.

Cette proposition soulève de nombreuses questions. Si une IA peut détenir des droits d’auteur, qui serait alors responsable de leur gestion ? Le développeur de l’IA ? L’entreprise qui l’exploite ? Ces questions restent en suspens et nécessiteront une clarification législative.

L’IA et les Droits Voisins : Une Autre Voie de Protection

En attendant une évolution du droit d’auteur, d’autres formes de protection peuvent s’appliquer aux créations issues de l’IA. On peut notamment évoquer les droits voisins du droit d’auteur. Ces droits protègent les investissements intellectuels et financiers consentis dans la production d’une œuvre sans pour autant en reconnaître l’originalité.

L’IA : Un Challenge pour le Droit de la Propriété Intellectuelle

L’arrivée de l’IA dans le domaine de la création bouscule les fondements du droit de la propriété intellectuelle. Les cadres juridiques établis depuis des décennies doivent désormais s’adapter à ces nouvelles réalités.

Sources :

Antony Barroux
Antony Barroux
Note éditoriale : Nous percevons une commission sur les liens partenaires présents sur Pixfan. Les commissions n'affectent pas les opinions ou les évaluations de nos rédacteurs. Si vous souhaitez nous aider, pensez à utiliser nos liens partenaires. Code créateur : PIXFAN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Best of