Kares Le Roy est un photographe français dont le travail pourrait se résumer par le mot «Identité». Il quitte Paris en juillet 2009 porté par un projet personnel : réaliser des portraits de visages oubliés. Ce périple de 2 ans qui l’a conduit des montagnes du Népal aux steppes mongoles en passant par la Route de la Soie, Kares l’a résumé dans un livre sorti fin 2011 inititulé ’56 000 kilomètres – un continent et des hommes ».

© Kares Le Roy© Kares Le Roy

Un voyage de 2 ans hors des sentiers battus, qui le mène des tribus sédentaires du Sud-Est asiatique aux gitans du Cachemire et du Rajasthan. Plus qu’un voyage, une mise en perspective de la culture tibétaine avec le nomadisme d’Asie centrale ; un dialogue entre sâdhus et chamans ; une découverte spirituelle qui s’étend du Bouddhisme à l’Islam.

Ce périple est aussi un regard qui se promène des montagnes du Népal aux steppes mongoles, qui emprunte la route de la soie pour contempler les splendeurs du Moyen-Orient. Des milliers de kilomètres entre Jakarta et Istanbul dans un seul but : collecter les traits et caractères des peuples méconnus d’Asie. A travers une centaine de photos, il tente d’illustrer cette partie du monde. Une véritable invitation au voyage, un désir d’évasion où se mêlent portraits, scènes de vie et paysages.

© Kares Le Roy
© Kares Le Roy

A l’opposé des formats de beauté imposés par l’Occident, il a tenté à travers cet ouvrage et ces photos d’en retranscrire un autre, peut-être moins sophistiqué, sûrement plus naturel. Le parti pris était de ne montrer que ceux dont on ne parle pas, ou pas assez, que l’on stigmatise ou que l’on oublie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom