Dans le cadre du Mois de la Photo-OFF, la Galerie Pascal Gabert (Paris 3e) présente sa deuxième exposition de Jérôme Tisné intitulée « Nus ». Cette exposition est une série de photographies en atelier, à la lumière du Nord dans les mêmes conditions que les premiers photographes. Les photographies sont, pour la plupart blanches sur blanc ou noires sur noir, faites avec une chambre photographique 20×25 cm sur film Polaroïd couleur.

Jérôme Tisné© Jérôme Tisné

« Au grand jour, au Nord, l’immense atelier de Jérôme Tisné s’ouvre à la beauté. La lumière est au centre, est le centre : Je tiens à retenir la lumière, où que j’aille, dit Jérôme Tisné, la lumière a une température de couleur, dit-il encore. La lumière, pour lui, est une cause, il la défend où il passe, il cherche, à l’infini, l’accord entre le ciel et la terre, entre la réalité et le rêve, «entre les actes», bien sûr. Accords, Variations, Inventions, son travail répond à ce qu’écrit Novalis : «Le monde est rythme, qui a le rythme a le monde».

Jérôme Tisné est photographe, on peut penser qu’il est un peintre – visuellement, où serait la différence? A l’oeil, de près, peut-être, ou au toucher, au contact et au poids de la matière. Mais ici, dans son atelier, aujourd’hui, Jérôme Tisné apparaît comme le peintre de ses photographies. Certaines d’entre elles (96 x 120), il les montre, en oblique, sur l’un des murs, les autres (40 x 50), sont posées sur de longs tréteaux devant les fenêtres. Toutes sont des Nus, en apparence blancs et noirs, mais le blanc n’est pas si blanc, ni non plus le noir, et la lumière – lignes de soleil, de flamme –, filtre parfois, légère, très légère. Et le Nu est un corps – pas de visage –, un corps de dos ou de profil, un corps debout, silhouette altière, un corps enlacé sur soi, d’un mouvement, ou d’un geste. Autour du corps, sur le corps, grâce au corps, la beauté se déploie.

L’atelier de Jérôme Tisné est une maison qui semble agrandir l’image, et donne à chaque objet sa profondeur de champ. Partout des verrières et leurs habits, des rideaux blancs, noirs, et des baies vitrées avec leurs cadres, dessinant des ombres pour l’accueil des lumières. Au fond de l’atelier, un appareil veille : la chambre des films Polaroïd (20 x 25), la mère de toutes les apparitions, comme une araignée géante, avec la tête en accordéon, probablement habitée par la sagesse de Maître Yoda, surgie de la Guerre des Etoiles.

Yvonne Baby »

Jérôme Tisné© Jérôme Tisné

Informations pratiques
Galerie Pascal Gabert
11 bis rue du Perche
75003 Paris – France
Tél. : +33 (0)1 44 54 09 44

Du mardi au samedi, de 11h à 12h30 et de 14h à 19h

Lien : http://www.galeriepascalgabert.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom