La Galerie Esther Woerdehoff accueille à partir du 22 mars la première exposition personnelle en France d’Iris Hutegger.

Originaire d’Autriche, Iris Hutegger vit et travaille à Bâle en Suisse. Ses œuvres paraissent de loin des dessins colorés au crayon. Cependant en s’approchant, on ne perçoit pas seulement le grain de la photographie en noir et blanc, mais aussi les centaines de fils qui s’enchevêtrent sur l’image.

Ces photographies brodées sont des pièces uniques en différents formats et ne portent pas d’autre titre que des numéros, l’artiste ne souhaite pas que les montagnes soient identifiés.

Iris Hutegger, randonneuse passionnée des Alpes, photographie ces éléments rocheux, qu’elle connait depuis sa naissance, avec un film négatif couleur mais les tire – souvent seulement des mois plus tard, pour ainsi distancier la mémoire du lieu – en noir et blanc, ce qui donne aux montagnes un grain prononcé et un aspect lunaire.

On ne saura rien des lieux photographiés, sinon qu’il ne s’agit que de paysages, vides de toute présence humaine ou animale, et dont la végétation se confond avec la roche, hors des saisons. Ce choix technique amène la réalité d’un paysage familier vers l’abstraction, pour ne garder que la trace des formes et des textures.

Plus tard, Iris Hutegger prend chaque photographie, tirée sur un papier épais, et la passe sous le pied de sa machine à coudre de marque Bernina. Elle travaille d’ailleurs avec les fabricants de ce modèle suisse, car coudre le papier demande des aiguilles adaptées.

Le travail de Iris Hutegger est lent, minutieux et laborieux. Avec la machine à coudre, elle apporte une couleur inédite au paysage, une végétation et une dimension géologique qui n’ont jamais existé. Dans cette végétation rêvée, les fils s’entremêlent en une résille de couleurs et s’ancrent dans la matière du tirage au point où, dans les zones les plus denses de la broderie, le papier disparait sous la piqûre de l’aiguille.

L’artiste revendique le temps nécessaire à l’achèvement de chaque pièce, dans une lenteur entrecoupée de pauses. Ces interruptions lui permettent une fois de plus de se détacher de la mémoire du lieu pour fabriquer autre chose, ce qu’elle décrit comme une « véritable image fictive ». Elle souhaite ainsi interroger la réalité du monde hors de notre perception et du médium.

Couverture : Détail du travail de broderie effectué sur le tirage argentique © Iris Hutegger, courtesy Galerie Esther Woerdehoff

Iris Hutegger© Iris Hutegger, courtesy Galerie Esther Woerdehoff

Sculpteur et plasticienne, Iris Hutegger est née en Autriche en 1964. Elle s’installe en Suisse en 1990 et commence à partir de 1994 à suivre des cours de sculpture et de dessin à l’Ecole d’Art et de Design de Zurich et Lucerne. En 2005, elle obtient son diplôme de l’Ecole d’Art et de Design de Bâle et expose régulièrement son travail depuis cette date.

Iris Hutegger conçoit des installations qui interrogent le paysage et l’espace, le naturel et l’articiel. Elle met des morceaux de paysage dans des valises, dessine des chaises avec du fil de coton, crée des prairies fleuries dans les salles d’exposition et élabore une oeuvre figurative et conceptuelle d’une grande poésie.

Pour son travail photographique, l’artiste prend les montagnes comme sujet. Elle tire les négatifs couleurs en noir et blanc et, à partir de ces images documentaires et presque abstraites, brode ses propres couleurs à la machine à coudre sur le paysage, apportant une troisième dimension à l’image : celle de l’émotion.

Informations pratiques

Iris Hutegger, windstill. grün.

Exposition du 22 mars au 30 avril 2016
Vernissage mardi 22 mars 2016, de 18h à 21h, en présence de l’artiste

Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière
75015 Paris – France

Du mardi au samedi de 14h à 18h
Lien : www.ewgalerie.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom