Accueil Photographes Helmut Newton L’effronté, le portrait d’un génie controversé

Helmut Newton L’effronté, le portrait d’un génie controversé

Helmut Newton L’effronté

L’un des grands maîtres de la photographie, Helmut Newton, s’est fait un nom en signant des clichés érotiques ou provocateurs. Dix-sept ans après sa mort tragique dans un accident de voiture à Los Angeles en 2004, son œuvre impressionnante et identifiable au premier coup d’œil continue d’alimenter la controverse et susciter la fascination.

Dès les années 1970, le photographe d’origine allemande privilégie le nu pour ses clichés à paraître dans de grands magazines de mode tels que Vogue, Vanity Fair et Harper’s Bazaar. De la série “Naked and Dressed” où une armée de mannequins se dressent dans le plus simple appareil, à “Bergström Over Paris”, en passant par le célèbre portrait provocant de Catherine Deneuve en 1976, le photographe signe des œuvres en noir et blanc peuplées de femmes puissantes et triomphantes. Hommage aux femmes ou pure misogynie ? Le photographe a longtemps divisé la critique.

A l’occasion du centenaire de sa naissance, le journaliste et cinéaste Gero von Boehm, a réalisé le documentaire “Helmut Newton L’effronté” (“The Bad And The Beautiful” en anglais) dans lequel il dépeint la personnalité du célèbre photographe à travers des vidéos intimes inédites, des images d’archives, des interviews de modèles et de nombreuses photographies.

Newton a travaillé dans le monde entier, de Singapour à l’Australie, en passant par Paris et Los Angeles, mais l’Allemagne de Weimar demeure une influence majeure sur son œuvre. La manière unique et éclatante dont Newton dépeint les femmes a toujours soulevé la question suivante : donnait-il à ses sujets un pouvoir ou les traitait-il comme des objets sexuels ?

« Je suis très attiré par le mauvais goût, beaucoup plus excitant que le prétendu bon goût, qui n’est qu’une normalisation du regard. »

Helmut Newton

Grâce à des entretiens avec Grace Jones, Charlotte Rampling, Isabella Rossellini, Anna Wintour, Claudia Schiffer, Marianne Faithfull, Hanna Schygulla, Nadja Auermann et June, la femme de Newton (alias la photographe Alice Springs), le documentaire rend compte de son héritage et cherche à répondre aux questions sur les thèmes qui sont au cœur de son œuvre : la création d’images provocantes et subversives des femmes.

Le film présente également des films personnels du photographe, des images d’archives (dont un échange tendu à Apostrophes avec la photographe Susan Sontag) et, bien sûr, des dizaines de photographies emblématiques de Newton. Le résultat : le portrait d’un génie controversé.

« Helmut est un vrai Berlinois, pas un monstre, mais un homme fasciné par cette période de créativité décadente. »

June Newton

Ce documentaire sur Helmut Newton explore la personnalité de ce polyglotte globe-trotter

Peu de photographes contemporains atteignent la reconnaissance internationale de ce photographe. Ce créateur non-conformiste a poussé bien au-delà de l’idée de beauté pour créer des compositions audacieuses et monumentales. Ses photos étaient souvent des portraits de femmes aux accents érotiques – et aux yeux de certains critiques, des vues d’un regard masculin fantaisiste, tandis que d’autres voyaient dans le travail de Newton une ode à la force et au pouvoir des femmes. Son esthétique singulière d’images stylisées en noir et blanc, aux interprétations ambiguës et parfois controversées, est au centre du documentaire.

L’intérêt de Newton pour la photographie a commencé pendant ses premières années à Berlin. Il a acheté son premier appareil photo à l’âge de 12 ans et a ensuite travaillé comme assistant de la photographe allemande Yva, de son vrai nom Elsie Neuländer-Simon, un précurseur de la photographie de mode. Newton, qui était d’origine juive, a fui l’invasion nazie de l’Allemagne en 1938 et a séjourné en Asie avant de s’installer en Australie deux ans plus tard. Il y a rencontré sa femme June, qui est également devenue une photographe à succès sous le pseudonyme d’Alice Springs. Deux décennies plus tard, le duo s’installe à Paris, où Newton gravit les échelons de la mode dans les années 80 et 90 pour devenir un provocateur réputé du chic. Son travail s’éloigne des traditions de l’image, mêlant le glamour à des éléments visuels inattendus.

Pour Gero von Boehm “Son travail est très intéressant sur le plan historique. Il faut imaginer ses photos, surtout les nus, dans le contexte de l’époque. Dans les années 60 et au début des années 70, il y avait une libération sexuelle et tout le monde dans la photographie de mode attendait une révolution. Au-delà de la beauté des photos, ils voulaient quelque chose qui touche la culture dans son ensemble. Ces deux évolutions se sont rejointes et Helmut, toujours aussi rebelle et provocateur, était tout indiqué pour cette période.

Dans son diptyque “Dressed and Naked”, il montre que les femmes qui s’émancipent sont des images de force, avec ou sans vêtements de haute couture. Une autre photo célèbre, “Rue Aubriot, Paris”, montre deux femmes, l’une vêtue d’un smoking YSL et l’autre nue. Il y a un étrange suspense dans cette scène – deux femmes ensemble dans une rue déserte de Paris, avec un sentiment érotique. Cette image était extraordinaire et très en avance sur son temps. Helmut était plus ambigu et dangereux que n’importe qui d’autre dans la photographie de mode à l’époque, mais il a été accepté parce qu’une révolution était nécessaire.”

Gero von Boehm commente “Beaucoup de gens pensent que les femmes qu’il photographiait n’étaient que des objets. Bien sûr, tout ce qui se trouve devant un objectif devient un objet, mais Helmut voulait montrer les dimensions des femmes et raconter leurs histoires. Ses photos étaient soit le début, soit la fin d’une histoire, et le reste n’est que le fruit de nos fantasmes. Il a beaucoup joué avec cette idée dans son travail. Je peux comprendre que certaines personnes disent que ses images ont un regard masculin ou un fantasme masculin, mais la vie elle-même est remplie de nos fantasmes. La liberté d’art et d’expression est si précieuse – vous pouvez choisir de regarder ou non ses photographies, mais l’art et les idées doivent être visibles. Helmut voulait susciter des fantasmes, mais ceux-ci n’étaient pas dangereux, ce n’étaient que des fantasmes. Nous devons regarder pour voir les images elles-mêmes, pas seulement l’homme ou l’artiste, ou pour spéculer sur ses intentions, mais pour voir dans notre propre droit.”

Dans le film, le mannequin Isabella Rossellini déclare : “Il n’y a pas de neutralité, il n’y a pas de bien et de mal. Tout est teinté d’un point de vue.”

Gero von Boehm, un ami du défunt provocateur et de sa veuve June

Depuis plus de trois décennies, ce journaliste, réalisateur et producteur de télévision interview des célébrités de la scène culturelle internationale. Il a publié de nombreux ouvrages et a réalisé pendant huit ans la série d’entretiens “Gero von Boehm begegnet”. Parmi ses invités figurent Roman Polanski, Isabella Rossellini, Ernst Jünger, Patti Smith, Susan Sontag, Anne-Sophie Mutter, Frederico Fellini, Michael Ballhaus, John Malkovich, Audrey Hepburn ou Lars Eidinger.

Ce documentaire n’offre pas une analyse impartiale de l’homme qui a souvent été décrit comme “l’enfant terrible” de la photographie. Pourtant, ce parti pris n’empêche pas le film de Von Boehm d’être perspicace. L’affection du réalisateur pour son sujet est palpable et semble provoquer la franchise de Newton dans des séquences tournées sur le vif plusieurs années avant sa mort.

Film documentaire réalisé par Gero von Boehm
1h33

Sortie le 14 juillet 2021

Source : crfashionbook.com

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Exit mobile version