Harold Feinstein, La Renaissance d'un Prodige de la Photographie ! - Pixfan

Harold Feinstein, La Renaissance d’un Prodige de la Photographie !

0

Pour la première fois en Europe, la Galerie Thierry Bigaignon accueille une rétrospective de l’oeuvre du photographe américain Harold Feinstein, né à New York en 1931 et décédé en juin 2015.

Digne représentant de la « New York School of Photography », Harold Feinstein demeure largement méconnu du grand public. Pourtant son œuvre qui court sur près de six décennies est un formidable portrait intime d’une Amérique exubérante et pleine de vitalité.

Photo à la une : Coney Island Teenagers, 1949 © Harold Feinstein Courtesy Galerie Thierry Bigaignon

Le grand photographe W. Eugene Smith dira à son égard « Il est l’un des rares photographes que j’ai connus ou qui m’aient influencé, à être capable de révéler sous un angle superbement nouveau, avec autant de force et d’honnêteté, ce qui pour moi relève de l’ordinaire ».

Cette rétrospective en plusieurs parties et sur plusieurs années, a pour but de révéler trésors encore insoupçonnés de son oeuvre. La première partie se consacre aux jeunes années du photographe, les années 40 et 50, offrant une sélection de photographies en noir et blanc, à la fois riches, diverses et bouleversantes d’humanisme.

Harold Feinstein© Harold Feinstein, Boy with Chalk Numbers, 1955. Courtesy Galerie Thierry Bigaignon.

Harold Feinstein débute la photographie à 15 ans.

En 1946, Harold Feinstein a 15 abs et se lance dans la photographie. Quatre ans plus tard, Edward Steichen, alors conservateur du Museum of Modern Art (MOMA) de New York, lui achète l’une de ses photographies et fait de lui le plus jeune photographe à intégrer la collection permanente du musée.

Membre de la Photo League aux côtés de Sid Grossman dès l’âge de 17 ans, et figure importante de l’avant-garde new-yorkaise de la photographie de rue, il expose à la Limelight Gallery d’Helen Gee et contribue à la conception des Blue Note Records. Il est l’un des résidants originels du légendaire « Jazz Loft », à New York, où il rencontre W. Eugene Smith, collaborant avec lui sur la maquette du célèbre Pittsburg Project.

Harold Feinstein© Harold Feinstein, 125th Street from Elevated Train, 1950. Courtesy Galerie Thierry Bigaignon.

1952, Harold Feinstein est mobilisé pour servir en Corée/

Si, au départ, il est déçu de ne pas être enrôlé en tant que photographe, il mesure rapidement la chance qui s’offre à lui : au lieu de couvrir les remises de médailles et autres cérémonies officielles, il va pouvoir emporter son appareil partout avec lui et offrir un regard intime sur la vie quotidienne des jeunes conscrits, des camps d’entraînement aux lignes de front en passant par les villages locaux. Il peut ainsi tenter de capturer toute l’humanité des êtres qui croisent sa route et mettre en avant la beauté et l’esprit de camaraderie qui s’échappent de cette tragédie qu’est la guerre.

Harold Feinstein, véritable légende pour plusieurs générations de photographes

Harold Feinstein a partagé dès son plus jeune âge et jusque dans ses dernières années, sa passion inextinguible pour la photographie, dans le cadre, notamment, d’ateliers devenus légendaires.

Il a reçu sa première bourse d’enseignement à l’âge de 29 ans à l’Annenberg School of Communications. Il a également occupé des postes d’enseignant notamment au Maryland Art Institute, à la Philadelphia Museum School, à la New York School or Visual Arts, au Windham College et au College of the Holy Cross.

Les photographies d’Harold Feinstein font partie de prestigieuses collections privées et de collections permanentes de grands musées américains, tels que le Museum of Modern Art, l’International Center of Photography, le Museum of Photographic Arts ou encore le Musée de la Ville de New York.

Actuellement, deux documentaires sur sa vie et son travail sont en cours et devraient être diffusés en 2017.

Coney Island, son territoire de prédilection

Il a posé un regard malicieux sur la vie de son New York natal et la fameuse plage de Coney Island. Toutefois, si ses clichés d’après-guerre peignant les réjouissances balnéaires sont les plus connus, ses photos de nus, de natures-mortes ou de la guerre de Corée témoignent de sa grande sensibilité.

Harold Feinstein© Harold Feinstein, Two Men and a Boy Contemplate, 1950. Courtesy Galerie Thierry Bigaignon.

Son livre le plus récent, Harold Feinstein: A Retrospective (Nazraeli, 2012) a reçu un Prix annuel du meilleur livre de photographie PDN en 2013.

En plus de son travail en noir et blanc, l’artiste a consacré plus d’une décennie à la photographie en
couleurs, tant numérique qu’argentique. Il a commencé à explorer la couleur au milieu des années 80, tirant des photos de 35mm de fleurs et coquillage avec le ciel en toile de fond.

En outre, il a été le pionnier de l’utilisation d’une lentille kaléidoscopique, produisant un portfolio de représentations abstraites de l’architecture new-yorkaise, intitulé Metropolis, publié par le magazine LIFE et exposé à la Municipal Art Society de New York.

En 1998, Feinstein a ouvert la voie en tant que l’un des premiers photographes à utiliser un scanner comme appareil photo. Son premier livre d’images utilisant cette technique, One Hundred Flowers (2000), en est déjà à sa troisième édition et a été suivi par six autres livres d’images numériques couleur grand format publiées par Little, Brown and Company. Ce travail lui a valu le Computerworld Smithsonian Award en tant que pionnier de la photographie numérique en 2000.

À l’âge de 80 ans, il a reçu le Living Legend Award du Griffin Museum of Photography.

Informations pratiques

Harold Feinstein
la Rétrospective, 1ère Partie « Les Années 40 Et 50 : L’optimisme Contagieux »

Exposition du 3 février au 30 avril 2017

Galerie Thierry Bigaignon
Hôtel de Retz
9 rue Charlot
75003 Paris

Galerie ouverte du mardi au samedi, de 12h à 19h, et sur rendez-vous.

http://www.thierrybigaignon.com/

Partager

A propos de l'auteur

Auteur : Antony Barroux. Depuis juillet 2006, Pixfan traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Quand la photographie dialogue avec la littérature, Nicolas Comment

La galerie Polka accueille jusqu'au 6 mai 2017 l'exposition « Reverb » du photographe et auteur-compositeur, Nicolas Comment. S'éloignant de...

Fermer