Fukushima No Go Zone, Carlos Ayesta et Guillaume Bression.

Carlos Ayesta et Guillaume Bression se sont rendus dans la région de Fukushima à de multiples reprises depuis le tsunami et l’accident nucléaire de mars 2011 pour différents projets documentaires. Ils ont rencontré de nombreux résidents et ont sillonné la région jusque dans ses recoins les plus improbables.

Un travail de mise en scène à la frontière du documentaire qui a débouché sur cinq projets.

Fukushima No Go ZoneFukushima No Go Zone © Carlos Ayesta et Guillaume Bression

« Clair obscur à Fukushima » réalisé en 2011 et 2012

Un no man’s land de 1000 kilomètres carrés aux alentours de la centrale de Fukushima. Cette zone
morte est certainement la trace la plus brutale et la plus visible de l’accident nucléaire. Plus de 110 000 personnes ont dû plier bagages, laissant derrière elles des villes fantômes. Pas ou peu d’éclairage public, des rues vides, des magasins abandonnés.

« Mauvais rêves ? » réalisé en 2013

Face à une menace imperceptible, le Japon a du choisir de séparer territoires, objets et lieux contaminés de ceux qui ne le seraient pas. Mais cette frontière semble plus floue et subjective. Chacun est amené à se fixer ses propres limites. Des limites qui finissent par diviser les gens eux-mêmes. En alternant mise en scène volontairement « irrationnelles » et constructions transparentes à l’intérieur même du paysage, ces photographies posent la question d’une contamination qui n’a pas de frontière claire et de la façon dont on serait tenté de réagir. Cette menace grise devient le terreau fertile de notre imagination et de nos peurs. Des peurs qui pourraient même devenir plus nocives que la radiation elle-même.

« Packshots » réalisé en 2013 et 2014

PACKSHOTS

Guillaume Bression & Carlos Ayesta ​

Des brocolis desséchés, des coquilles d’œuf et de la viande moisie. Leur date de péremption étant dépassée depuis longtemps, ces biens de consommations retrouvés dans les supermarchés de Fukushima sont devenus les vestiges pétrifiés d’un territoire désert, les reliques d’un Pompéi contemporain.

« Revenir sur nos pas…’ réalisé en 2014

Les plus de 110 000 habitants évacués des alentours de la centrale nucléaire de Fukushima ont tous un jour eu cette tentation : revenir voir leur maison, leur école ou leur commerce. Et tous ont eu du mal à reconnaître ces lieux familiers devenus méconnaissables. Les années d’absence, les rongeurs mais aussi les effets du séisme et du tsunami du 11 mars ont laissé des traces.

« Nature » réalisé en 2014.

Une nature luxuriante et inquiétante, quelques années après la catastrophe, elle recouvre tout, les maisons, les voitures et les routes. Cette série documente les villes abandonnées de Fukushima aux prises avec les plantes grimpantes et les herbes folles. Une nature qui efface progressivement les traces de l’homme.

Fukushima No Go ZoneFukushima No Go Zone © Carlos Ayesta et Guillaume Bression

Fukushima No Go ZoneFukushima No Go Zone © Carlos Ayesta et Guillaume Bression

Emission Radio – Le marteau et l’enclume #8 – Fukushima, no go zone

Bande sonore sur les lieux de fukushima qui accompagne le travail de Carlos Ayesta et Guillaume Bression. Prise de son et réalisation : Carlos Ayesta et Guillaume Bression.

Guillaume Bression est diplômé de l’ISAE et de l’IFP School. Il termine son virage vers la photographie en 2008 en suivant une formation spécialisée à Paris. Il monte en 2009 avec Carlos Ayesta et Audrey Boehly le collectif de photographe Trois8 avec lequel il réalise différent projets artistiques et documentaires.

Installé au Japon depuis 2011, il a couvert la crise du Tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima pour différents journaux, magazines et chaines de télévision. Ces travaux ont été exposés dans plusieurs festivals et galeries en Europe.

Carlos Ayesta est né à Caracas en 1985. Il travaille en tant que photographe indépendant et s’est spécialisé en photographies d’architecture, et de hauteur, avec entre autre un reportage sur corde commandé par l’EPADESA autour du quartier de la Défense. Il a été exposé en 2012 au forum des Halles et à la Mairie de Paris, dans le cadre de la carte blanche SFR jeunes talents pour l’exposition « Doisneau-Paris Les Halles ».

Fukushima No Go Zone : http://www.fukushima-nogozone.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom