En dépit d’une disparition prématurée à l’âge de 22 ans, Francesca Woodman a légué une impressionnante production photographique que met en lumière aujourd’hui la Fondation Henri Cartier-Bresson.

Couverture : Francesca Woodman, From Space², Providence, Rhode Island, 1976 © George and Betty Woodman

Constituée d’une centaine de tirages, vidéos et documents, l’exposition prouve une fois de plus la prodigieuse précocité dont à fait preuve la photographe américaine.

Elle a quasi exclusivement utilisé son corps dans ses images pour créer des photographies intimes et sensibles qui dévoilent de multiples influences allant du symbolisme au surréalisme.

Dans cette exploration de sa propre image, Francesca Woodman a fait montre d’une impétueuse imagination qui la mènera vers des réflexions sur la technique photographique et l’écrit. Ses mises en scène à l’intérieur de pièces dépouillées, l’apparition fantomatique du corps au milieu d’espaces en décrépitude, de maisons sur le point d’être démolies dépassent le strict genre de l’autoportrait.

Les accessoires et mises en scène tendent vers des influences surréalistes assumées, verres, miroirs, peinture écaillée, papier peint déchiré. Le corps quant à lui est trituré et fragmenté jusqu’à se fondre dans son environnement et soulever des questions sur la métamorphose ou le genre. Ces images insolentes, déroutantes et d’une d’une rare intensité évoquent l’éphémère, la fugacité du temps.

Francesca WoodmanFrancesca Woodman, Self-deceit #1, Rome, Italy, 1978
© George and Betty Woodman

« Ce qui s’est passé, c’est que j’ai joué du piano pendant longtemps, surtout des variations, du Scarlatti, etc. La même chose se produit dans mes images. »
Francesca Woodman

Francesca WoodmanFrancesca Woodman, On Being an Angel #1, Providence, Rhode Island, 1977
© George and Betty Woodman

Francesca Woodman a grandi au sein d’une famille d’artistes, elle débute la photographie à l’âge de treize ans. Dès 1969, elle séjourne en Italie à de nombreuses reprises, ses parents ayant acquis une maison près de Florence. Le pays, sa culture et sa langue seront une véritable source d’inspiration pour la jeune femme qui retournera plus tard dans la capitale pour une année d’étude.

En 1975 et après avoir suivi des cours de photographie au lycée, elle intègre la Rhode Island School of Design (RISD) à Providence, elle sera l’élève du photographe Aaron Siskind. À la fin de ses études, elle s’installe à New York où elle a brièvement photographié en couleurs, empruntant accessoires et codes à la photographie de mode.

En 1980, elle passe deux mois à Peterborough dans le New Hampshire pour une résidence à la MacDowell Colony. Lors d’un séjour à Rome, elle achète de vieux cahiers d’exercices italiens dont l’un d’entre eux est consacré à la géométrie, et en particulier au théorème d’Euclide qui devint la base de son premier livre dont le titre manuscrit en dit long sur sa clairvoyance : Some Disordered Interior Geometries. Ce pamphlet sort quelques jours avant qu’elle ne se suicide le 19 janvier 1981.

Ses oeuvres font partie de collections de musées internationaux comme la Tate Modern à Londres ou le Metropolitan Museum of Art à New York. La première exposition itinérante du travail de Francesca Woodman date de 1986 et ses principales expositions européennes, des années 1990. La Fondation Cartier et les Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles ont été les premiers à lui consacrer une rétrospective en France, en 1998.

Informations pratiques

Fondation Henri Cartier-Bresson
2, impasse Lebouis
75014 Paris

Du mardi au dimanche de 13h à 18h30, le mercredi (nocturne gratuite) de 18h30 à 20h30, le samedi de 11h00 à 18h45
Plein tarif 8 € / Tarif réduit 4 €

Ligne 13: Gaîté
Ligne 6: Edgar Quinet

Lien : http://www.henricartierbresson.org/

1 COMMENTAIRE

  1. 22 ans et déjà au panthéon?!!! Avec plusieurs décennies de plus de carrière, elle aurait été étudié sur les bancs de la fac au coté de Diane Arbus, August Sander et tout les autres piliers de la photographie… Quoique, vu le talent qu’elle avait, qui sait, elle sera peut-être étudiée après tout…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom