Francesca Piqueras, je photographie ce que l’homme construit

0

La photographe franco-péruvienne Francesca Piqueras pose un regard méditatif sur les réalisations humaines à la galerie de l’hôtel Jules & Jim (Paris 3e).

Couverture : Structure 608 – Ecosse © Francesca Piqueras

“Je photographie ce que l’homme construit pour des raisons économiques ou guerrières. Pour ses besoins l’homme invente des architectures d’une incroyable invention. Ils les construisent dans des situations extrêmes et d’une façon qui peut-être contestable. Mais mon propos n’est pas de dénoncer. Au contraire, la folie de l’homme, ses paradoxes et ses contradictions m’intéressent.

Le point culminant de l’esthétisme de ces objets est me semble-t-il, quand la nature reprend ses droits. Le temps, la rouille, le délabrement réinventent ces architectures en sculptures et réécrivent poétiquement l’histoire de l’homme. Notre histoire.”
Francesca Piqueras

Francesca PiquerasPhoenix 8 – Arromanches
© Francesca Piqueras

Issue d’une famille d’artistes, Francesca Piqueras a grandi dans un univers arstistique fort. Ses parents proches de Marcel Duchamp, Man Ray et Salvador Dali, les retrouvaient l’été à Cadaquès.

Observatrice solitaire et attentive, Francesca se prend de passion pour la caméra vidéo et l’appareil photo à l’âge de treize ans. Elle étudie l’histoire de l’art, le cinéma, exerce la profession de monteuse, sans jamais abandonner ses appareils.

Ce n’est qu’à partir de 2007 qu’elle franchit définitivement le pas et expose pour la première fois ses clichés.

Francesca PiquerasPanic Point 3 – Pérou
© Francesca Piqueras

Ses premières séries en noir et blanc ont trait à l’univers urbain dont elle n’hésite pas à magnifier les traces d’urine. Marquée par “Deserto Rosso”, de Michelangelo Antonioni, son intérêt se porte sur d’autres traces, celles de la civilisation industrielle.

En 2010 elle passe à la couleur et présente “l’Architecture de l’Absence” (2011), série prise sur les chantiers de démantèlement de bateaux du Bangladesh, puis, en 2012, “l’Architecture du Silence”, photographies de cargos sabordés en dehors de toutes règles de droit, en Mauritanie.

Son travail se poursuit avec “FORT” (2014), “PANIC POINT” (2015) et “PHOENIX” (2016). Francesca Piqueras mène aujourd’hui de front plusieurs autres projets, sur d’autres vestiges.

Francesca PiquerasCap Blanc 6 – Mauritanie
© Francesca Piqueras

Informations pratiques

Francesca Piqueras
Exposition du 22 septembre au 22 novembre 2016

Hôtel Jules & Jim
11, rue des Gravilliers
75003 Paris

Ouverture de la galerie de l’hôtel : tous les jours de 10h à 22h

http://www.hoteljulesetjim.com/

Partager

A propos de l'auteur

Auteur : Antony Barroux. Depuis juillet 2006, Pixfan traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Les Peuples de Sibérie dans l’objectif de Claudine Doury

Claudine Doury est la lauréate du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière - Académie des beaux-arts 2017. Son projet...

Fermer