Comment donner à voir un territoire aussi complexe que le « Bilad es Sudan » («Pays des Noirs», nom d’origine du pays en arabe) désormais scindé en deux États historiquement opposés, sans se laisser happer par l’immédiateté de l’urgence et de son traitement médiatique ? Le photographe Claude Iverné, familier des sociétés, des enjeux politiques et économiques de ces contrées méconnues, tente d’y répondre par une exposition en trois volets visible à la Maison des métallos (Paris 11e) du 11 octobre au 7 novembre 2012 :

  • ses propres travaux depuis quatorze ans, présentés comme un corpus de documents visuels, par séries typologiques (Maison des métallos) ;
  • les archives photographiques d’Elnour, bureau de documentation fondée par l’artiste avec seize photographes soudanais et des chercheurs internationaux, qui offrent un point de vue cette fois de l’intérieur (Usine Spring Court)
  • une exposition de rue élaborée au jour le jour par les visiteurs et riverains eux-mêmes sur les murs du quartier, à partir des deux premières expositions (rues du quartier de Belleville)

Mnaima Adjak, tribu Shenabla, nomade, Kordofan Nord/août 2001 © Claude Iverné/ElnourMnaima Adjak, tribu Shenabla, nomade, Kordofan Nord/août 2001 © Claude Iverné/Elnour

Maison de Fayçal Mohamed Jaber, tribu Nouba Miri, camp de déplacés Mayo, extension Mandela, Khartoum/octobre 2005  © Claude Iverné/ElnourMaison de Fayçal Mohamed Jaber, tribu Nouba Miri, camp de déplacés Mayo, extension Mandela, Khartoum/octobre 2005
© Claude Iverné/Elnour

Claude Iverné débute sa carrière comme photographe de mode, chez Pierre Cardin de 1985 à 1988, puis, il quitte les facilités de la maison de couture pour rencontrer des photographes phares de la publicité et de la mode, et approfondir ses connaissances. Il est vite embauché au studio Pin-up de 1988 à 1992. Il prend ensuite ses distances avec le milieu de la mode pour se consacrer à des projets de fonds, portrait, photoreportage puis document.
Il travaille principalement à la Chambre photographique ou en moyen format, et surtout en noir et blanc.
En 1998, il entreprend un travail documentaire sur les traces d’une ancienne piste transsaharienne, dans le désert Libyque du Kordofan et Darfour, qui relie l’Égypte et le Soudan, « Darb al Arab’in » (« la piste des quarante jours »).
Il apprend l’arabe et entreprend un long et minutieux travail documentaire sur ce territoire, ses sociétés et annales, qui lui valent aujourd’hui d’intervenir comme spécialiste du sujet auprès de nombreuses institutions.
En 2003, il fonde Elnour (la lumière), avec plusieurs photographes soudanais en France et dans le monde. Parmi eux, figure Rashid Mahdi (1923-2008), qui est considéré comme l’une des plus grandes figures de la photographie africaine. Source Wikipédia

Informations pratiques

Photographies soudanaises
Claude Iverné : 1998-2012
Archives Elnour : 1885-2012
Photographie soudaine : 2012

Du 11 octobre au 7 novembre 2012

Maison des métallos du mardi au samedi de 14h à 20h, le dimanche de 14h à 19h
Maison des métallos
94 rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris

Usine Spring court du mardi au vendredi de 13h à 19h, le samedi et le dimanche de 14h à 18h

Entrée libre

Lien : maisondesmetallos.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom