Si vous êtes de passage en Sud Charente cet été, faites un détour pour découvrir une jeune galerie située à Aubeterre-sur-Dronne, dans l’un des plus beaux villages de France. Elle y accueille du 13 juillet au 12 septembre 2014, 6 photographes de l’agence révélateur pour l’exposition « émulsions ».

Qu’elles soient en argentique ou en numériques, les oeuvres présentées dans l’exposition sont toutes hybrides et invitent en leur surface des interventions inattendues et complexes. C’est en dialoguant directement avec le support photographie et son alchimie que Sabrina Biancuzzi, Erick Derac, Franck Landron, Thomas Lebreuvaud, Céline Levain et Zaida Kersten parviennent le mieux à témoigner chacun de leurs recherches et leurs univers.

Céline Levain

Céline Levain présente une sélection d’images réalisées avec des procédés alternatifs. Des silhouettes qui s’effondrent révélées au pinceau et qui laissent entrevoir des représentations angoissantes.

Céline Levain© Céline Levain

Erick Derac

Dans « Dissolution » les formes fines, issues de fibres végétales ou animales sont poussées à leur paroxisme devant la représentation floue de la ville.

Erick Derac© Erick Derac

Franck Landron

Dans les séries « Tree » et « Flower », Franck Landron part à l’orée de la photographie pour pousser cette dernière vers un nouveau territoire picturale, ses tirages semblent vivants, organiques, rugueux.

Franck Landron© Franck Landron

Sabrina Biancuzzi

Dans la série « She », journal photographique toujours en développement, Sabrina Biancuzzi collectionne des instants de vie. Avec « Le Crissement du temps », la photographe présente de rares silhouettes humaines, plus fantomatiques que réellement incarnées.

Sabrina Biancuzzi© Sabrina Biancuzzi

Thomas Lebreuvaud

Dans sa série »En attendant le printemps », Thomas Lebreuvaud questionne les jours qui passent, le rythme des saisons, et notamment la pause qui semble se faire à la fin de l’hiver, comme si le temps suspendu attendait un signal du printemps pour reprendre son cours.

Thomas Lebreuvaud© Thomas Lebreuvaud

Zaida Kersten

Dans les séries « Romanç Blau » et « Nowhere », Zaida Kersten transfigure la puissance de la relation charnelle en une pratique physique empirique et complexe. La cyanotypie et la kallitypie demandent une mise en place lourde et longue. Les négatifs sont agrandis en contretypes positifs, puis agrandis en négatifs géants, de la taille de l’image finale.

Zaida Kersten© Zaida Kersten

Informations pratiques

«émulsions»
Exposition du 12 juillet au 12 septembre 2014
les vendredis, samedis et dimanches de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h30

La Carpe
14 rue Barbecane
16390 Aubeterre-sur-Dronne

Lien : www.galerie-la-carpe.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom