Accueil Actualité Photo Voyage Photo L'expérience Tchernobyl, plongée au cœur de la zone interdite

L’expérience Tchernobyl, plongée au cœur de la zone interdite

TchernobylPouponnière de l’hôpital de Tchernobyl

L’article invité du jour est « L’expérience Tchernobyl » de Brook Ward (Publié pour la première fois en français).
(Site Web / Facebook / 500px / Flickr / Instagram)

Note : Cet article n’a pas pour objet de blâmer qui que ce soit pour la catastrophe nucléaire (l’Ukraine, les Soviétiques ou les Russes) ou pour les causes de l’accident. Il ne s’agit pas non plus d’être irrespectueux envers les victimes de la catastrophe nucléaire. Nous comprenons tous que des personnes sont mortes et que beaucoup d’autres ont été blessées. Il s’agit uniquement d’un article sur mon retour d’expérience après avoir visité et photographié cet endroit unique et profondément triste.

Bien avant d’avoir entendu parler de la série télévisée HBO Chernobyl, je me suis rendu en Ukraine pour passer 4 jours dans la zone d’exclusion de Tchernobyl. Voici comment cela s’est produit et ce que j’ai vécu…

Croyez-le ou non, mon voyage à Tchernobyl a débuté à Detroit, Michigan. J’ai reçu l’appel d’un ami qui m’a demandé si j’étais intéressé pour me rendre à Detroit avec lui pour photographier des bâtiments abandonnés. Il m’a appelé parce que j’étais déjà allé à Motown plusieurs fois et qu’il voulait quelqu’un qui connaisse la région… et je suis un type sympa. Cette conversation a donné lieu à la création d’un groupe de sept photographes venus de différentes régions des États-Unis et d’une personne d’Europe qui a fait le voyage au début de l’année 2018. Pendant son séjour à Detroit, cet homme n’arrêtait pas de me parler des voyages qu’il avait fait pour photographier Tchernobyl. Il avait été en contact avec un groupe sur les réseaux sociaux qui effectue deux voyages photographiques par an à Tchernobyl. Après Detroit, il m’a aussi mis en contact avec ce groupe.

En fait, quelques semaines plus tard, le groupe a annoncé les dates pour l’automne 2018, qui coïncidaient avec mon emploi du temps… alors mon fils et moi, nous avons réservé immédiatement. J’admets que c’était un acte de foi que de transférer de l’argent à des personnes que je n’avais jamais rencontré avant le voyage. Dans ma tête, j’ai imaginé le pire des scénarios où arrivés à Kiev, nous ne trouvions aucun groupe et perdions tout notre argent. Soit dit en passant, cette crainte était plus forte que ma crainte de quoi que ce soit à l’intérieur de la zone d’exclusion de Tchernobyl. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’un groupe de photographes sympathiques et amusants qui aiment la photographie d’exploration urbaine et qui voulaient photographier Tchernobyl.

Avant de rencontrer le groupe, mon fils et moi avons passé quelques jours à Kiev pour explorer et photographier la ville. C’était au moment de la fête nationale ukrainienne et nous avons pu voir Kiev en période de festivités.

Palais MaryinskyPalais Maryinsky

Musée de l'eau de KievMusée de l’eau de Kiev

Monastère Saint-Michel-au-Dôme-d'OrMonastère Saint-Michel-au-Dôme-d’Or

A l’heure convenue, nous rencontrons le groupe à l’aéroport de Kiev. La plupart des personnes qui ont participé à ce voyage ont participé à ce voyage à de nombreuses reprises… ce qui fait de nous les jeunes recrues. Nous avions deux guides qui s’occupaient de toutes les dispositions nécessaires et les autres membres étaient photographes. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’un grand groupe de photographes, de voyageurs et de gens amusants à tous points de vue.

On nous a donné des appartements à utiliser à Slavutych en Ukraine comme camp de base. L’emploi du temps quotidien se déroulait ainsi… Nous nous réveillions, mangions et prenions le train de 7 heures du matin de Slavutych à Tchernobyl. À ma grande surprise, des centaines de personnes se rendent tous les jours de Slavutych à Tchernobyl pour travailler dans la zone d’exclusion. Donc, nous étions les seuls touristes dans le train.

TchernobylPont ferroviaire près des centrales nucléaires de Tchernobyl

Une fois arrivés à la gare de Tchernobyl, nous passions par la sécurité, y compris un contrôle de passeport, puis nous montions dans un bus. De là, jusqu’au retour en train à 20 h, nous passions la journée à sauter dans l’autobus pour explorer les bâtiments abandonnés de la ville de Pripyat, de la zone d’exclusion, et de la centrale nucléaire. Cela signifiait que tout ce dont vous aviez besoin pour la journée (nourriture, eau, équipement photo, etc.), vous deviez l’emporter avec vous toute la journée (rien ne pouvait toucher le sol). En fin de journée, fatigués et épuisés, nous reprenions le train du soir (après un autre contrôle de sécurité et un contrôle radiologique) avec les employés de retour et revenions à Slavutych vers 21 heures. On prenait notre douche, on mangeait, on téléchargeait les photos du jour, on remballait les sacs pour le lendemain, on allait au lit et on recommençait le lendemain matin. Les journées ont été longues, fatigantes (j’ai marché plus de 96 kilomètres pendant ces quatre jours) et à la fois très amusantes. La plupart des membres du groupe se connaissaient en raison des nombreux voyages qu’ils ont fait dans le passé, alors ils se sont beaucoup amusés ensemble.

Centre culturel de PripyatCentre culturel de Pripyat

Centre-ville de PripyatCentre-ville de Pripyat

TchernobylFête foraine abandonnée

TchernobylRing de boxe à l’intérieur du Centre Culturel

TchernobylCafé de Pripyat

TchernobylA l’intérieur de la tour de refroidissement du réacteur nucléaire

TchernobylCamp d’été pour enfants

TchernobylGymnase

TchernobylLe réacteur nucléaire numéro 5

TchernobylMon fils et moi, à l’entrée de la ville de Pripyat

TchernobylSalle d’opération de l’hôpital

TchernobylSalle de l’usine

Nous sommes allés dans la plupart des endroits populaires et inconnus. Ceci dit, voici quelques unes de mes expériences préférées et les plus mémorables pendant le voyage :

Masques à gaz : J’ai vu des photos à l’avance de masques à gaz dans Tchernobyl, mais je ne m’y attendais pas partout. Lorsque j’ai interrogé le guide à ce sujet, il m’a répondu que les Soviétiques étaient d’avis que l’OTAN (… les États-Unis) allaient frapper la région avec des armes chimiques. Ainsi, ils ont donné et formé tout le monde sur la façon de les utiliser. Quand je dis tout le monde, je veux dire tout le monde… adultes et enfants. Ayant grandi pendant la guerre froide, j’ai été formé à penser que la Russie était l’ennemi. En voyant ces masques à gaz, j’ai réalisé que nous sommes aussi l’ennemi.

TchernobylMasques à gaz

Les radiations : Tout le monde me pose des questions à ce sujet. Oui, la zone est encore radiative (plus élevée qu’un environnement normal), mais pas aussi mauvaise qu’on pourrait le croire dans la grande majorité de la zone. Même si la population a été évacuée après la catastrophe, beaucoup ont refusé de partir. Aujourd’hui, il y a encore plus de 90 personnes qui y vivent encore et qui sont toutes dans les 70, 80 et 90 ans. Ils ne semblent pas moins bien lotis à leur âge que n’importe qui ailleurs dans le monde.

Le peuple ukrainien : Ils étaient gentils, polis et parlaient un anglais correct (ainsi que l’ukrainien, le russe, etc.). Comme la plupart des gens dans le monde, ils s’inquiètent de leur emploi, de leurs enfants et de leur survie jusqu’au week-end prochain. Je les aimais bien.

Kiev : Nous avons exploré cette ville par nous-mêmes pendant des jours. La ville est propre, sûre et pleine d’histoire. Nous avons utilisé Uber pour nous déplacer d’un site historique à un autre. Il présente une combinaison unique d’architecture….environ les deux tiers sont d’anciens bâtiments de conception soviétique. Le reste est constitué d’immeubles en verre, de néons ultra-modernes et d’églises très anciennes.

TchernobylCathédrale Saint-Vladimir-le-Grand

TchernobylStade olympique de Kiev

TchernobylMonument commémoratif de la Seconde Guerre mondiale

Babouchkas : L’un des après-midi dans la zone d’exclusion extérieure de Tchernobyl, nous avons rendu visite à quelques-unes de ces vielles dames amicales. Elles nous ont accueillis pour le dîner et la soirée. Tout ce qu’elles nous ont préparé a été cultivé sur leurs terres. Ces dames ne parlaient pas l’anglais, mais c’était un plaisir de leur parler par l’intermédiaire du traducteur. C’était un repas merveilleux, une bonne conversation et une soirée très amusante.

TchernobylBabushkas

DUGA : Ce système de radar trans-horizon a été utilisé comme système de veille des antimissiles balistiques. Il a fonctionné de 1976 à 1989 et a été surnommé le Pic-vert russe en raison des bruits de tapotements répétitifs qu’il faisait. L’exploration de cette ancienne installation militaire a été une expérience unique.

TchernobylTour radar DUGA

TchernobylCoucher de soleil à DUGA

Mère Nature : Je savais d’avance que dame nature prenait le relais après le départ de l’homme. Mais je n’avais pas réalisé à quel point la ville était envahie. Une grande partie des rues, des trottoirs et des terrains a été repris par la nature. De nombreux bâtiments ont des arbres et de la végétation qui poussent dessus et à l’intérieur. Il faudra encore des décennies, peut-être plus d’un siècle, avant que Dame Nature n’ait tout repris, mais il est impressionnant de voir tout ce qui a déjà fait. Les radiations n’ont pas fait de mal aux animaux non plus.

Vue aérienne de PripyatVue aérienne de Pripyat

TchernobylLe réacteur de centrale nucléaire n°4 couvert par le dôme protecteur

Vue aérienne de PripyatVue aérienne de Pripyat

Je sais que visiter Tchernobyl n’est pas sur la liste de souhaits de tout le monde, mais pour les photographes d’Urbex, c’est un endroit idéal. J’ai apprécié la compagnie du groupe de photographes, les citoyens ukrainiens de Kiev et de Tchernobyl. Le voyage sera difficile à oublier, et j’ai hâte d’y retourner un jour.

Pour d’autres photos de Tchernobyl et d’autres endroits, visitez mon site Web à http://brook-ward.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom

Les plus lus

Dialogue photographique avec Alexandra David Néel

Alexandra David Néel (1868-1969) est considérée comme l'une des plus grandes exploratrices du XXe siècle.La 6ème édition des rencontres "Automne Photographique en Champsaur" se...

Comment partager vos 9 meilleures photos Instagram ?

Si vous ne l'avez pas encore fait, il est encore temps de partager vos 9 meilleures photos Instagram de 2018. Je vous explique comment...

Comment Connaître le Nombre de Déclenchements d’un Reflex Canon ?

Comment Connaître le Nombre de Déclenchements d'un Reflex Canon ? Contrairement aux reflex Nikon et Pentax, Canon ne fournit par d'information sur le nombre de...

Google supprime le bouton « Voir l’image » des résultats de recherche

Google supprime le bouton "Voir l'image" des résultats de recherche afin de rendre les photos plus difficiles à voler. Une bonne nouvelle pour tous...