Le Lun

Historique (Source Wikipédia)

Les Ékranoplanes soviétiques sont apparus pendant la guerre froide. Durant cette période, les deux super-puissances, États-Unis et Union soviétique essayaient toutes sortes de technologies. Au début des années 1950, l’ingénieur soviétique Rotislav Alekseiev imagine un nouveau type d’appareil : un bateau capable de voler au ras de l’eau à grande vitesse. Il demande alors des crédits, qui lui sont accordés par Nikita Khrouchtchev.

Pour concevoir la meilleure forme, l’ingénieur réalise des centaines de modèles réduits en papier mâché d’un mètre pour les tester de manière empirique. Il les lance (à l’aide d’un toboggan) juste au-dessus de l’eau ; ce fut le plus stable qui fut développé.

Après la construction de divers prototypes, le modèle KM, le Monstre de la Caspienne, est construit en 1966. L’avion fait 100 mètres de long pour 550 tonnes, et est propulsé par 10 moteurs à 3 mètres au-dessus de l’eau. Il s’écrasera en 1980.

Le « Monstre de la Caspienne », surnom donné à un ekranoplane circulant au-dessus de la mer Caspienne.

En 1972, un nouvel avion est créé, l’Orlyonok . Il fait 58 m de long, et sa masse plus faible que celle du Monstre de la Caspienne (125 tonnes) lui permet de voler jusqu’à 300 m d’altitude. Il est destiné à des missions d’assaut. Il fut construit à 4 exemplaires, avec un dernier vol en 1993.

En 1980, le Lun apparaît. Sa mission est de transporter et de lancer des missiles antinavires. Cet appareil de 74 mètres est le seul de son espèce, les restrictions budgétaires subies par l’armée soviétique ont mis un coup d’arrêt au programme.

Le Lun

À la suite de l’accident du sous-marin Komsomolets qui fît 42 morts, l’URSS commence à construire en 1989 le Spasatel. D’une capacité de 500 personnes, il était destiné à être un hôpital volant pour les équipages de sous-marins ou de navires. Mais il ne fut jamais terminé. Contrairement aux modèles précédents, sa carcasse est encore conservée au fond d’un hangar.

Via : English Russia

3 Commentaires

  1. Ola, à propos de l’orlan (Orlyonok) en fait il peut atteindre atteindre un plafond de 3 000 m, ce qui lui permet de pouvoir se mouvoir sur n’importe quel terrain non montagneux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom