Du 25 mars au 11 juillet 2011, le Musée Jacquemart-André présente Dans l’intimité des frères Caillebotte, peintre et photographe. À la croisée de la peinture impressionniste et de la photographie, cette exposition évoque l’univers artistique et intime des frères Caillebotte.

La rencontre inédite des tableaux de Gustave et des photographies de Martial invite le visiteur à entrer dans l’intimité d’une grande famille parisienne et à plonger dans la nouvelle vie citadine qui s’installe à l’aube du XXe siècle. Les frères Caillebotte se font en effet les témoins d’une époque en pleine mutation urbaine et technique, mais aussi d’un art de vivre si souvent illustré par les artistes impressionnistes.

Gustave (1848-1894) et Martial (1853-1910) sont, avec leur frère René (1851-1876), les enfants de Martial Caillebotte et Céleste Daufresne. Entrepreneur du service des lits militaires, Martial Caillebotte père laisse à sa mort, en 1874, une importante fortune à ses fils. Si Gustave s’adonne à la peinture, Martial se consacre à la musique. Il compose ainsi de nombreuses pièces pour piano (Airs de ballets, 1887) et de la musique religieuse, avant de découvrir la photographie.

Marqués par le décès de leur frère René en 1876 et celui de leur mère en 1878, Gustave et Martial resteront toujours très proches.

Anonyme – Gustave et Martial Caillebotte
Tirage photographique, collection particulière © D.R.

Gustave et Martial Caillebotte partagent de nombreuses passions. Avec leur collection de timbres, ils deviennent des philatélistes de premier plan. Quand Gustave s’intéresse à l’horticulture, Martial le photographie à l’oeuvre dans le jardin ou dans la serre. C’est ensemble qu’ils s’initient au yachting. Ils se distinguent dans tous ces domaines en remportant, par exemple, de très nombreuses régates sur les voiliers conçus par Gustave.

En peinture ou en photographie, ce sont ces centres d’intérêt communs que les frères Caillebotte représentent, restituant ainsi les multiples facettes de leur environnement. Par petites touches, ils évoquent la douceur de vivre qui caractérise leur quotidien foisonnant, entre le nouveau Paris haussmannien et les loisirs en famille.

A droite : Gustave Caillebotte – Un Balcon, boulevard Haussmann 1880, huile sur toile, 69 x 62 cm, collection particulière Courtesy Comité Caillebotte, Paris

A gauche : Martial Caillebotte – Gustave Caillebotte et Bergère sur la place du Carrousel 1892, tirage photographique, 15,5 x 10,5 cm Collection particulière © D.R.

Informations pratiques
Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussman
75008 PARIS

Tarifs : Plein tarif 10 euros / Tarif réduit 8,5 euros

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Nocturne tous les lundis jusqu’à 21h30.

Métro : lignes 9 et 13 (Saint-Augustin, Miromesnil ou Saint-Philippe du Roule)
RER : RER A (Charles de Gaulle-Étoile)
Bus : 22, 28, 43, 52, 54, 80, 83, 84, 93
Parc de stationnement : Haussmann-Berri, au pied du musée, ouvert 24h/24

Lien : www.musee-jacquemart-andre.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom