Offre spéciale Luminar AI
Accueil Actualité Photo Ces photographies sonnent l’alerte quant à l’avenir de notre planète

Ces photographies sonnent l’alerte quant à l’avenir de notre planète

Face à l’inaction répétée des gouvernements, les créateurs de Portrait of Humanity et Portrait of Britain, deux des expositions photographiques les plus vues de l’histoire, ont lancé un nouveau prix de photographie environnementale, Decade of Change.

A la fois concours photo et exposition, le projet Decade of Change est dédié à la documentation de la question déterminante de notre époque : la crise climatique. Il a pour mission de rassembler certaines des réponses créatives les plus puissantes du monde à la crise climatique dans l’une des expositions de photographie les plus ambitieuses que le monde ait jamais vues.

De l’humanité à la vie sauvage, des paysages urbains aux écosystèmes, Decade of Change évoque à la fois la puissance et la précarité – la force et la fragilité – de notre planète.

Ces photographies sonnent l’alerte, l’avenir en danger

Deux séries, 40 images individuelles et une vidéo qui couvrent des histoires à travers le monde ont été désignées comme lauréates de cette première édition. Du suicide d’un agriculteur en Inde aux conceptions indigènes de la nature en Équateur, en passant par les incendies dans l’Ouest américain et le stress hydrique en Afrique du Sud, cette sélection de travaux constitue une exploration magistrale de la crise climatique sous toutes ses facettes.

Alex Grace / En patrouille

Les rangers Big Life d’Esiteti (à Amboseli, au Kenya) trouvent un gnou qui semble avoir succombé à la sécheresse. Lorsque les pluies font défaut, la nourriture et l’eau se font rares.

Ces photographies sonnent l’alerte
© Alex Grace / Decade of Change

Yuyang Liu / Des hommes dans un étang

Guangzhou, Chine, 2015. Deux hommes pêchent dans l’étang du village de Xian qui se trouve au centre de la ville de Guangzhou. Un conflit a opposé les habitants et les promoteurs immobiliers pendant plus de 7 ans à cause de l’inégalité des compensations et de la corruption des dirigeants du village. Xian est l’exemple même de l’urbanisation galopante de la Chine.

Ces photographies sonnent l’alerte
© Yuyang Liu / Decade of Change

Javier Clemente Martinez / Sumaj Orck’o

Les mines de Potosi ont été pillées et exploitées pour la première fois par l’empire espagnol, il y a 475 ans. Avec plus de 4000 mètres de haut et bordées de kilomètres de tunnels, les mines inépuisables de Potosi ont apporté à l’empire espagnol et à toute l’Europe, à l’époque de la conquête de l’Amérique, plus d’argent qu’aucun autre endroit au monde, au prix du travail forcé d’esclaves indigènes et d’innombrables morts tout au long des siècles.
La ville de Potosi vit toujours dans l’ombre du Cerro Rico. L’exploitation minière est toujours la base de l’économie locale; peu de choses ont changé depuis des siècles. Potosi est actuellement une blessure ouverte du colonialisme en Amérique. Les montagnes crient aussi : Potosi.

Javier Clemente Martinez
© Javier Clemente Martinez / Decade of Change

Patrizia Dottori / FireBerg’08 Hot|as|ice #S3-6

C’est le début d’une recherche à travers le regard opposé de la réalité. En fait, j’ai utilisé le négatif comme point de vue pour transmettre la chaleur à travers la glace : les fissures des glaciers deviennent les fissures d’un volcan, les étendues d’eau deviennent des terres brûlantes. L’inversion photographique du positif au négatif ne change pas l’état des choses : l’eau reste l’eau et la glace reste la glace. Dans ces images, il n’y a pas de solution au problème environnemental, mais la relation entre l’expérience quotidienne avec l’élément fondamental, l’eau, et le concept de changement à travers sa transformation pour que le fil de nos pensées crée l’énergie nécessaire afin que chacun fasse un petit effort pour s’impliquer dans le soutien de la solution scientifique.

Patrizia Dottori
© Patrizia Dottori / Decade of Change

Hermann Bredehorst / Manifestation pour le climat FridaysForFuture Berlin

19 juillet 2019 – Berlin, Allemagne : la militante écologiste suédoise Greta Thunberg (C) assiste à une manifestation “Fridays for Future”, réclamant des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique.

Hermann Bredehorst
© Hermann Bredehorst / Decade of Change

Ciril Jazbec / Les Stoupas de glace

Une façon de lutter contre le changement climatique : fabriquer ses propres glaciers. Alors que les neiges diminuent et que les glaciers reculent, les habitants des montagnes du nord de l’Inde construisent d’énormes cônes de glace appelés “Ice Stupas” qui fournissent de l’eau jusqu’en été. Cette “Ice Stupa” de 33,5 m de haut, située près du village de Shara Phuktsey, a remporté le premier prix du plus grand Ice Stupa lors d’un concours organisé en 2019. Les près de deux millions de litres d’eau stockées ont permis d’irriguer les champs de quatre villages. La Stoupa a également attiré les touristes : des alpinistes sont venus escalader ses flancs abrupts.

Ciril Jazbec
© Ciril Jazbec/ Decade of Change

Mateo Ruiz Gonzalez / Air sacré pollué

La nation Navajo souffre d’une pollution environnementale héritée des activités historiques d’extraction d’uranium, ce qui entraîne des effets néfastes sur la santé publique et une exposition continue de la population autochtone.

Mateo Ruiz Gonzalez
© Mateo Ruiz Gonzalez / Decade of Change

Joel Redman / Ferme Dam, Le Cap “Jour Zéro”

Ces photographies sonnent l’alerte : un barrage agricole à la périphérie du Cap. Au début de l’année 2018, après des années de sécheresse soutenue, la ville a fait face à une crise de l’eau douce. De sévères restrictions d’eau ont été promulguées, dans ce moment crucial la ville a imposé la menace bien réelle du “Jour Zéro” le 11 mai 2018. Une date à laquelle l’eau qui alimente potentiellement les foyers des communautés locales de la région pourrait être coupée, les habitants devraient alors faire la queue pour obtenir de l’eau. Heureusement, grâce à la détermination et à la réaction de la ville et des populations locales, ainsi qu’aux pluies providentielles, cette situation a été évitée de justesse, même si elle constitue un rappel important de la manière dont nous traitons et respectons la nature, à mesure que les événements climatiques graves deviennent plus fréquents.

Joel Redman
© Joel Redman / Decade of Change

Kate Peters / Tunnel de culture, culture souterraine

Image extraite d’une série réalisée pour Popular Mechanics sur une ferme souterraine du sud de Londres, au Royaume-Uni, où des plantes comestibles sont cultivées à 33 mètres sous terre dans un ancien abri antiaérien.

Kate Peters
© Kate Peters / Decade of Change

Slater King / Femme triant des sacs en plastique

Près de la décharge que j’avais prise de loin pour une montagne, les travailleurs triaient, broyaient, nettoyaient, coupaient et recyclaient. Heure après heure. Il fait tellement chaud à l’intérieur des hangars et des appentis qui sont alignés le long de la longue route aride et poussiéreuse que la réalité est floue et l’air brûlant.
Ces photographies sonnent l’alerte, la pollution plastique a été multipliée par dix depuis les années 80. Chaque année 1,3 milliard de tonnes de déchets sont produits, mais seuls 9% des déchets plastiques sont recyclés, alors que le besoin de recycler ne fera que croître.
Le coût humain de cette situation, en particulier dans les pays en voie de développement, est très élevé. Les gens travaillent de très longues heures dans des conditions dangereuses et souvent toxiques. Il est essentiel que nous nous souvenions de l’humanité et de la dignité de ces personnes et que nous agissions en conséquence.

Slater King
© Slater King / Decade of Change

Natalia Poniatowska / Statut de conservation : Vulnérable (partie du projet Humanature, 2018, édition de 7 + 1AP)

A l’ère de la remise en question constante du lien entre nous, les humains, et la nature qui nous entoure, le projet Humanature, y compris cette photographie, est né d’une sélection d’images qui représentent l’état d’esprit actuel de ces questionnements.
La photo a été prise au zoo de Copenhague. Humanature ne donne pas de réponse ou ne questionne pas, mais laisse l’interprétation au spectateur.

Natalia Poniatowska
© Natalia Poniatowska / Decade of Change

Ces photographies sonnent l’alerte, elles seront présentées dans deux expositions, l’une à Hong Kong au Jockey Club Museum of Climate à partir du 27 mai 2021 et l’autre à New York l’année prochaine.

Le prix Decade of Change

Antony Barroux
Depuis 2006, Pixfan.com traite de la photographie et de ses évolutions. Des grands maîtres aux photographes contemporains. Des procédés argentiques et alternatifs aux dernières évolutions en matière de matériel et de logiciels mais aussi en terme d'usages.La photographie est en perpétuel mouvement à l'image de ses pratiques qu'elles soient amateurs ou professionnelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DxO PureRAW
Luminar AI

Les plus lus