Le Carl Zeiss Planar 50mm f/0.7 de Stanley Kubrick

0

Le Carl Zeiss Planar 50mm f/0.7 de Stanley Kubrick présenté à San Francisco.

Créée en 2004, l’exposition consacrée à Stanley Kubrick continue son tour du monde, elle vient d’arriver à San Francisco.

Adam Savage l’un des animateurs de la célèbre émission MythBusters l’a visité. Il présente dans cette vidéo quelques-uns de ses objets préférés tels que le désormais mythique objectif Zeiss, développé par la NASA pour photographier la mission Apollo. Il s’agit bien sûr du Carl Zeiss Planar 50mm f/0.7.

Carl Zeiss Planar 50mm f/0.7

Carl Zeiss Planar 50mm

En 1973, Stanley Kubrick adapte le livre de William Makepeace Thackeray, Mémoires de Barry Lyndon. Pour ce projet, le réalisateur souhaite recréer une époque disparue tant au niveau des décors ou des costumes que pour l’éclairage qui doit être authentique.

Kubrick va devoir surmonter toutes les difficultés techniques, il souhaite tourner en lumière naturelle, les scènes nocturnes seront donc éclairées aux bougies. Avec son chef opérateur John Alcott, le cinéaste découvre l’existence de trois objectifs photo suffisamment sensibles (50 mm, f/0.7) conçus et fabriqués par Zeiss pour la Nasa.

En quelques mois, l’ingénieur Ed Di Giulio réalise une adaptation de l’objectif sur une caméra Mitchell BNC. La technique nécessite un traitement spécifique du négatif et l’emploi de réflecteurs.

Un véritable tour de force

Une nouvelle difficulté vient s’ajouter, les lentilles Zeiss manquent de profondeur de champ et avec la faible intensité lumineuse la mise au point est rendue difficile. Les acteurs doivent donc limiter leurs déplacements afin de rester nets.

Au final, le film bénéficie d’une photographie exceptionnelle qui lui confère une esthétique sombre et très particulière.L’atmosphère du film est tout à fait dans le ton de l’histoire et des peintures de genre de l’époque comme les tableaux de Quentin de la Tour.

En 1976, la photographie de Barry Lyndon est récompensée par un Oscar. Le directeur de la photographie John Alcott a déclaré plus tard à propos de Stanley Kubrick “s’il n’était pas réalisateur, il serait probablement le plus grand directeur de la photographie au monde.”

Extrait de Barry Lyndon de Stanley Kubrick. Photographie : John Alcott, 1975.

Site de l’exposition : http://www.thecjm.org/on-view/currently/stanley-kubrick-the-exhibition/about

Partager

A propos de l'auteur

Auteur : Antony Barroux. Depuis juillet 2006, Pixfan traite de l’actualité de la photographie : expositions, astuces et découvertes de photographes connus ou en devenir.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
La mention “photographie retouchée” obligatoire sur les publicités

Depuis le 1er octobre 2017, la mention "photographie retouchée" doit désormais être apposée sur les publicités de mannequins. Photographie retouchée,...

Fermer