Azerbaïdjan, Terre de tolérance, exposition photographique sur le dialogue inter-religieux par Reza.

Célèbre photojournaliste notamment pour le National Geographic, Reza parcourt le monde depuis plus de 30 ans. Après un premier voyage en 1987, le photographe n’a cessé depuis de capturer l’âme et les habitants de ce pays grand comme le Portugal

En 1997, Reza a séjourné plusieurs mois afin de réaliser un reportage pour la National Geographic Society sur la mer Caspienne. Voyageant de l’Ouest vers l’Extrême-Orient, il a commencé à découvrir les traditions associées aux différentes régions du pays.

L’exposition présentée à la Mairie du 1er arrondissement de Paris réunit une série de reportages au sein des communautés religieuses chrétiennes, musulmanes et juives qui cohabitent en Azerbaïdjan, toutes animées d’un profond désir de partage, de respect et de dialogue avec l’autre. Cette exposition fait la lumière sur les ponts communautaires millénaires que chaque groupe religieux a tissé avec l’autre.

RezaAzerbaïdjan,
Village Ivanovka, 19 mai 2013
© Reza
Azerbaïdjan, Terre de tolérance RezaAzerbaïdjan, Bakou, Allée des Martyrs, La flamme éternelle, 9 mai 2013
© Reza

Azerbaïdjan, Terre de tolérance RezaAzerbaïdjan, Quba, Gyrmyzy Gasaba (« Village rouge »). Pessah (Pâque juive) 26 mars 2013
© Reza

Azerbaïdjan, Terre de tolérance RezaAzerbaïdjan, Bakou, Vieille ville, palais de Chirvanchah, 24 avril 2012
© Reza

Azerbaïdjan, Terre de tolérance RezaAzerbaïdjan, périphérie de Bakou, péninsule d’Abcheron, Village de Gala (Qala), 20 mars 2012
© Reza

Informations pratiques

Azerbaïdjan, Terre de tolérance

Exposition du 20 août au 10 septembre 2015

Mairie du 1er arrondissement
4 Place du Louvre
75001 Partis

L’exposition est ouverte et accessible gratuitement du lundi au vendredi de 9H30 à 17H.

Lien : http://reza.photo/

2 Commentaires

  1. Je trouve que le nom de l’exposition est très mal choisi, sachant que des journalistes sont emprisonné chaque années dans ce pays pour avoir, remis en cause le régime, et critiqué certaines malversations.
    Il faut savoir que cette exposition à été payé par le régime et que récemment Leyla Yunus et Khadija Ismayilova qui sont deux journalistes ont été emprisonnées sous de faux motifs à 8 et 9 ans de prison pour avoir enquêter sur le régime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom