Lire, écrire, photographier… trois activités qui donnent accès à la compréhension, à la représentation et à l’interprétation du monde.

Le Château de Tours propose jusqu’au 29 mai 2011 une rencontre avec les mots et les images entre un écrivain, Émile Zola, qui découvre la photographie, et un photographe, André Kertész , qui célèbre l’intime plaisir de lire.

Le Château d’Eau et le Palais de l’électricité, Émile Zola
Tirage moderne effectué par Jean Dieuzaide à partir du négatif original appartenant au docteur François Émile-Zola

Émile Zola, chantre du naturalisme littéraire, qui soumet sa démarche à l’observation « sur les faits de la nature », trouve dans la photographie un moyen idéal pour saisir et accentuer son regard méticuleux sur la réalité.

Tout en lui le prédispose à rencontrer la photographie. Son sens inné de l’observation, son souci de saisir dans la banalité du quotidien tout ce que la cuirasse de nos habitudes cache à notre regard. Sa volonté de trouver dans tous les aspects les plus fugitifs du réel, beauté ou poésie.

Émile Zola, écrivain, ne peut pas envisager la photographie  exclusivement comme un aimable passe-temps, mais  au contraire comprend très vite l’autonomie réelle et  scientifique de ce moyen d’expression : « à mon avis,  écrit-il, vous ne pouvez pas dire que vous avez vu quelque chose si vous n’en avez pas pris une photographie, révélant un tas de détails qui, autrement, ne pourraient pas être discernés. » « Quand  j’évoque les objets que j’ai vus, je les revois tels qu’ils sont réellement avec leurs lignes, leurs formes, leurs  couleurs, leurs odeurs et leurs sons. C’est une matérialisation à outrance, le soleil qui les éclairait m’éblouit presque. »

Émile Zola et le « Box 7 », Émile Zola
Tirage moderne effectué par Jean Dieuzaide à partir du négatif original appartenant au docteur François Émile-Zola

Qu’il soit dans un jardin, un autobus, un café, une bibliothèque ou un salon, sur sa terrasse ou dans son lit, à l’école ou à la guerre, debout, assis ou couché, le lecteur est ailleurs : dans un autre  univers et dans un temps qui n’est pas le présent. Il est dans sa lecture, dans ses pensées, dans ce qu’il apprend, dans ce qu’il ressent, dans un autre monde réel ou dans l’imaginaire. C’est ce décalage spatial et temporel, affectif et spirituel, qu’André Kertész a photographié avec la connivence de l’initié.

André Kertész, maître des photographes du XXe siècle, se distingue quant à lui par un compromis poétique avec la représentation de la réalité.

André Kertész, Enfant lisant des bandes dessinées dans une rue de New York, 12 octobre 1944.
Ministère de la Culture et de la Communication / Médiathèque de
l’Architecture et du Patrimoine / Dist Rmn © Donation André Kertész

Ministère de la Culture et de la Communication / Médiathèque de l’architecture et du patrimoine / Dist Rmn © Donation André Kertész

Informations pratiques :

Du 28 novembre 2010 au 29 mai 2011

Émile Zola photographe
Émile Zola : Paris, 1840 – Paris, 1902
Collection du Château d’Eau, Toulouse. Exposition réalisée par le Jeu de Paume en collaboration avec la Ville de Tours et le Château d’Eau à Toulouse.

André Kertész. L’intime plaisir de lire
André Kertész : Budapest, 1894 – New York, 1985
Exposition réalisée par le Jeu de Paume en collaboration avec la Ville de Tours et la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication.

CHÂTEAU DE TOURS
25 avenue André Malraux
37000 Tours
Tél. : 02 47 70 88 46
Horaires : du mardi au dimanche de 13H à 18H
Entrée : 3 € (tarif réduit : 1,50 €)

1 COMMENTAIRE

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Antony Barroux, dadavidov. dadavidov said: André Kertész et Emile Zola au Château de Tours | Pixfan http://bit.ly/eFuR6j #photo #exposition #Tours […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom