Souvenir du Concours Agricole de 1856 par Nadar Jeune.

La Maison de ventes Beaussant Lefèvre, assisté de l’expert Pierre-Marc Richard, proposera aux enchères le 3 juin prochain un important portfolio de 96 photographies par Adrien TOURNACHON dit NADAR JEUNE (1825-1903). Cet « Album photographique des races bovines et ovines du Concours Agricole Universel de Paris 1856 » comprend des tirages sur papier salé d’après négatif verre au collodion des animaux qui furent primés.

Les photographies, vendues séparément ou en lots sont signées « Nadar Jeune & Cie 17 boult des Italiens » et sont estimées entre 500 et 5 000 euros pour les plus importantes.

– Taureau de Mariahof âgé de trente mois, présenté par Monsieur Senekowitz à Saint Georgen, près Unmark (Autriche) (4 000 / 5 000 euros) ;
– La vache normande âgée de cinq ans élevée par Monsieur Morin à Caen (Calvados) (4 000 / 5 000 euros)
– Brebis Siebenburge élevée par Monsieur la Baron Banssi en Transylvanie (2 000 / 3 000 euros)
– Bélier Siebenburge (2 000 / 3 000 euros)

Souvenir du Concours Agricole de 1856NADAR JEUNE (1825-1903)
Taureau de Mariahof âgé de trente mois, présenté par Monsieur Senekowitz à Saint Georgen, près Unmarkt (Autriche)
Estimation : 4 000 / 5 000 €

Souvenir du Concours Agricole de 1856NADAR JEUNE (1825-1903)
La vache normande âgée de cinq ans élevée par Monsieur Morin à Caen (Calvados)
Estimation : 4 000 / 5 000 €

Souvenir du Concours Agricole de 1856NADAR JEUNE (1825-1903)
Brebis Siebenburge élevée par Monsieur la Baron Banssi en Transylvanie
Estimation : 2 000 / 3 000 €

Souvenir du Concours Agricole de 1856NADAR JEUNE (1825-1903)
L’album photographique des races bovines et ovines du concours agricole universel de Paris, 1856

« Depuis lundi dernier la photographie est en plein exercice au concours agricole universel, et nous pouvons affirmer de visu qu’elle y tient admirablement sa place. C’est à M. Adrien Tournachon (Nadar Jeune) qu’a été confiée la mission de reproduire par la photographie les animaux primés. Il eût été difficile de mieux choisir. L’atelier nous a paru très bien disposé. C’est une large baraque qu’entoure un vaste espace rectangulaire où viennent poser tour à tour, en pleine lumière, les sujets destinées à être pourtraités (sic). Une palissade de deux mètres de hauteur, recouverte de serge vert sombre, isole ce terrain et protège le travail des artistes contre les regards indiscrets de la foule. Nous avons vu M. Adrien Tournachon à l’oeuvre et nous avons pu juger des difficultés qu’il faut vaincre. Pendant que nous étions auprès de lui, on a amené un gigantesque taureau noir, que son conducteur tenait par une longe. La glace collodionnée, sensibilisée et placée dans la chambre obscure, il a fallu attendre (par un soleil ardent sous l’influence duquel l’éther s’évapore avec une grande rapidité) que l’animal voulût bien rester un moment tranquille. Il trépignait, mugissait, agitait son énorme tête. Enfin, l’habile photographe a saisi un moment de repos entre deux mouvements. Cet instant (deux secondes) a suffi pour obtenir une excellente image… »
Ernest Lacan, Journal de la Lumière du 7 juin 1856

Quand a lieu la vente ?

Souvenir du Concours Agricole de 1856 par Nadar Jeune

Vente aux enchères publiques – Hôtel Drouot – Salle 11 :
Mercredi 3 juin 2015, à 14 h

Expositions publiques – Hôtel Drouot – Salle 11 :
Mardi 2 juin 2015 : 11h-18h
Mercredi 3 juin 2015 : 11h-12h

Drouot
9, rue Drouot
75009 Paris

Lien : www.drouot.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom